Accueil » Interviews Auteurs » Entretien avec John Wray ( Les accidents, ed. Seuil)

Entretien avec John Wray ( Les accidents, ed. Seuil)

  • Bonjour John Wray, pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous nous parler un peu de vous ? Votre parcours et comment êtes vous devenu écrivain ?

J’ai grandi dans une ville industrielle sensible, en récession économique dans le nord de l’État de New York. Je suis le fils de deux scientifiques, un d’Autriche et un de Californie. Je voulais m’échapper tout de suite, et j’ai décidé que l’écriture était mon billet. J’ai grandi en lisant beaucoup de « pulp fiction »: thrillers, roman policier, science fiction et fantastique. Je n’ai pas fait de distinction; Tout cela m’a fasciné à part égal. Je pense que l’omnivorité et le fait d’avoir divisé mon enfance entre les Etats-Unis et l’Europe ont été les deux facteurs les plus importants dans ma formation pour les livres que j’écris maintenant.

  • Pourriez-vous nous parler de votre roman « Les accidents », comment est né ce projet ?

Ce roman a commencé avec une phrase que j’ai vue écrite au-dessus de la porte d’une centrale électrique sur East River à Brooklyn: 6200 HOURS WITHOUT A LOST TIME ACCIDENT*. C’était tard dans la nuit, et je n’avais aucune idée de ce que signifiait ce signe, ce qui était beaucoup mieux, du point de vue de l’écriture, que si je l’avais compris de suite. Pendant le reste de ma marche, j’ai pensé à ce que cela signifiait, ce qui m’a conduit à réfléchir au temps, ce qui m’a amené à cette étrange idée d’écrire une histoire mystérieuse dans laquelle le mystère central n’est pas un meurtre (bien que des meurtres se produisent aussi), Mais l’un des grands mystères de la vie: en quoi consiste le temps, et pourquoi éprouvons-nous son flux et sa façon d’agir, et non d’une autre manière?

* 6200 heures sans accident. Dans sa version original le roman s’appelle « The lost time accident »

  • J’imagine que ce dut être un long travail de préparation, combien de temps avez-vous mis entre l’idée de départ jusqu’au script final ?

C’est un roman maximaliste, dans lequel le but ludique et impossible était que tout se produise; Je savais dès le début qu’il me faudrait beaucoup de temps pour écrire, et que le défi consisterait à garder le projet vivant et amusant pour moi (et donc pour le lecteur) au cours des nombreuses années qu’il allait me falloir pour le terminer. Le temps qu’il m’a fallu entre ma rencontre de minuit avec le panneau sur la centrale et la publication du livre aux États-Unis fut exactement de dix ans.

  • J’imagine qu’il y a du avoir un travail de recherche colossal pour pouvoir gagner en crédibilité dans votre histoire. Quand l’on parler d’Einstein et de sa théorie de la relativité, n’-a-t’il pas un doute en tant qu’auteur, de perdre son lecteur en explication trop poussé ?

La physique depuis Einstein est allée à des endroits très, très étranges. L’une des choses les plus excitantes pour moi en écrivant ce livre, et l’une des choses qui m’a empêché, était ma propre lutte, comme quelqu’un qui n’avait pas une grande aptitude pour la science ou les mathématiques, à bien comprendre (et, souvent, même à croire) Les nombreux endroits bizarres et absurdes que notre tentative de comprendre l’univers physique nous a menés. Un grand physicien doit avoir l’imagination et le courage au moins égal à celui d’un artiste. Plus qu’un artiste, à certains égards, parce que le physicien doit croire fermement à la réalité des choses que l’esprit rationnel rejette violemment. Mais je n’ai jamais eu trop peur de perdre le lecteur dans ces territoires hantés. Ils sont trop fascinants.

  • concernant la forme du roman, outre la fresque familiale apparente, il y a des touches de metafiction et de postemodernisme dans votre style. Était-ce volontaire, une envie ? ou bien vous vous êtes orienté vers ses références là par facilité ?

Je n’ai jamais aimé le terme «postmoderne», car il relie les techniques métafictionnelles (parfois très utiles et belles) à une période littéraire spécifique. Beaucoup de techniques que j’emploie dans ce roman peuvent être trouvées dans des livres aussi anciens que Tristram Shandy ou Don Quichote. La forme d’un anneau ou d’une boucle fermée, ou d’une bande de Moebius, est au cœur de l’histoire que je raconte et en tant que tel le roman avec son double retour en arrière en même temps, dans un sens par nécessité. C’est une histoire de voyage dans le temps, après tout!

  • quels sont vos références littéraires ? Quels auteurs vous ont donné envie d’écrire ?

Mes points de navigation littéraires sont différents d’un livre à l’autre. Dans le cas de mon roman « Les Accidents », je pourrais en nommer autant: Günter Grass, Thomas Pynchon, Raymond Chandler, Raymond Queneau, Jeff Eugenides, Saul Bellow, Garcia Marquez, Paul Auster, Laurence Sterne, Ursula Le Guin, Philip K. Dick, Stanislaw Lem. . . Je pourrais continuer longtemps.

  • quel est votre prochain projet ? avez-vous un nouveau roman en développement ?

J’écris un roman, basé sur l’histoire vraie de John Walker Lindh, sur une adolescente de Californie, dans l’année précédant les attentats du 11 septembre, qui émigre en Afghanistan et devient une combattante dans la guerre civile.

  • j’aimerais savoir ce que représente pour vous la mise en place de Donald Trump comme président ? Quel sont les craintes pour la littérature et la culture américaine en général ?

Les craintes de la communauté littéraire aux États-Unis sous l’administration Trump ne sont en aucun cas différentes, je pense, des craintes de la plupart des Américains maintenant. Cette administration est si dangereuse et irrationnelle dans ses rapports que la peur est devenue une sensation physique quotidienne. L’avenir pour nous est vide.

  • Pour finir, pourriez-vous nous parler de vos dernier coup de cœur en tant que lecteur ?

Je viens de terminer un court roman, Bonsai, par le grand écrivain chilien Alejandro Zambra. Je consomme ses livres comme des bonbons.

À propos Ted

Ted
Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Brian Evenson, Une interview

1/Bonjour Brian Evenson, pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous présenter votre univers …

Laisser un commentaire

Powered by keepvid themefull earn money