Accueil » Articles » L’amie prodigieuse, d’Elena Ferrante

L’amie prodigieuse, d’Elena Ferrante

Le deuxième tome de la série napolitaine d’Elena Ferrante, composée de quatre romans tous plus prenants les uns que les autres, va sortir en France en janvier.  Il est temps de découvrir le premier tome, qui pose les bases d’un récit enthousiasmant de la vie d’une femme à Naples depuis les années cinquante.

L’amie prodigieuse, c’est Lila, qui fascine la narratrice dès son plus jeune âge- une gamine effrontée, redoutablement intelligente, d’un quartier pauvre de la ville.

La première originalité de ce livre, c’est de sans cesse redistribuer les cartes des personnages. On ne sait pas réellement qui est l’héroïne de ce livre. Elena, la narratrice, dont on a le détail scrupuleux de la pensée ? Ou Lila, son amie fascinante et dangereuse ? Ou bien leur relation en elle-même, partagée entre amitié passionnelle et jalousie ? En réalité ce pourrait même être leur quartier, tant Ferrante sait écrire tous les personnages, tous les lieux, avec une égale force.

Lila et Elena sont toutes les deux intelligentes, une intelligence éhontée dans un quartier populaire comme le leur à cette époque. Elles ont le goût passionné des histoires, toutes les deux pourraient devenir écrivains. Pourtant l’institutrice ne pourra faire céder les parents que d’une seule au caprice d’aller jusqu’au collège : c’est Elena, la narratrice, qui parvient à s’arroger ce droit. Lila, elle, se met à travailler dès l’école terminée.

Ce premier tome installe ce qui sera un leitmotiv de la série entière : dans le quartier on parle un dialecte et on travaille, on vit dans la réalité, on aime les vrais hommes. Hors du quartier on parle une langue de bourgeois, on se tourne les pouces, et on tombe amoureux d’intellectuels. C’est en tout cas dans cette opposition que naîtront la plupart des conflits intimes et amicaux des deux filles. Lila et Elena tireront chacune profit à leur adolescence de l’énergie vitale dont elles témoignaient pendant leur enfance, sans cesser de la questionner au regard de la vie de l’autre.

Le roman est vibrant, extrêmement facile à lire une fois accepté de rencontrer à chaque coin de rue un nouveau personnage, toujours bien utilisé (à la russe, leur généalogie  est affichée dans la couverture pour que le lecteur s’y retrouve). C’est une fresque enivrante et addictive, bourrée de dialogues qui font mouche et d’observations pertinentes. Les rapports entre les personnages ne sont jamais figés, mais mouvants, soumis à leur environnement amoureux, social, politique.

L’ambition de Ferrante n’est rien de moins que d’écrire la vie d’une femme de son enfance à ses soixante-dix ans. Je vous le dis car j’ai lu les 1696 pages du total : c’est réussi, c’est diablement réussi. Ferrante prouve encore qu’elle sait tout écrire, avec une insolente énergie. L’amie prodigieuse est un de ces romans dont les lecteurs sont jaloux de ceux qui peuvent encore avoir le plaisir intact de le découvrir pour la première fois.

Une auteur mystérieuse à découvrir, donc. Personne en sait qui elle est, et bien qu’elle soit très reconnue en Italie, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, où on trouve ses livres partout, elle est presque inconnue en France.

En janvier, sort le deuxième tome, mais aussi  » L’amie prodigieuse » en poche, si vous pouvez attendre jusque là.

 

amie prodigieuse poche amie prodigieuse Tome 1 : L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante chez Gallimard, traduit de l’italien par Elsa Damien

 

 

 

 

 
Couverture du nouveau nom de FerranteTome 2 : Le nouveau nom, d’Elena Ferrante

traduit de l’italien par Elsa Damien

Gallimard, parution le 7 janvier 2016

 

 

À propos Coralie

Coralie

Vous aimerez aussi

Pssica, Edyr Augusto, photo d'illustration

Pssica – Edyr Augusto

« Ç’aurait dû être un journée de cours normale. Mais, en arrivant au collège, Janalice …

13 Commentaires

  1. Dans l amie prodigueuse sont elles fictives ou réelles les heroines?

  2. Marie-France :

    L’Amie prodigieuse présente la dimension d’ un roman d’apprentissage  » très intelligent ». Le lecteur s’identifie tour à tour à l’une – Eléna -et à l’autre- Lila – dans leur quête de connaissance, d’amitié, d’amour, de reconnaissance et d’ascension sociale et dans les moyens dont elles disposent ou inventent pour y parvenir . Leurs destins se répondent en miroir et leurs chemins s’enlacent, se croisent, s’éloignent sur une période de 7 ans, jusqu’à leur 16 ans.

    C’est aussi le premier volume d’une une saga grand public qui annonce plusieurs niveaux de lecture : l’infiniment petit captive le lecteur ( les détails du quotidien, le quartier, le dialecte, les relations interpersonnelles, les questionnements intimes, les vies de chacun … ) et le conduit par des interrogations muettes vers l’infiniment grand ( le maniement de l’italien et son impact sur la puissance de la pensée bridée dans le dialecte , l’apprentissage des langues étrangères et leur ouverture vers d’autres univers, les liens entre la petite histoire et l’histoire de l’organisation eco socio politique italienne dans l’ordre mondial. Le tout est traversé ,mine de rien , par des thématiques et positions philosophiques et psychanalytiques, celles de la maïeutique, du connais toi toi même, du choix, du désir, de la morale, du pouvoir, du droit, de l’imagination, du bonheur… « 

    • Coralie

      Je n’avais pas vu ce commentaire pardon. Je partage donc tout à fait votre avis ! A ce titre je trouve que l’ensemble tient les promesses des deux premiers tomes.

  3. La vision d ensemble doit être bien intéressante …

  4. Bonjour, quid des tomes 3 et 4 ?

    • Coralie

      Les tomes 3 et 4 sont déjà sortis en Italie et traduits en anglais. Je les ai lus. Mon préféré de la série est le tome 3 , le tome 4 est moins intéressant de mon point de vue. Nous espérons aux rentrées prochaines avoir la suite en français !

      • Bonjour, Pas trop d’accord avec Coralie. Pour ma part j’ai infiniment apprécié le tome 4 qui, entre autres, comporte une fort intéressante « méditation » sur le regard qu’on peut rétrospectivement jeter sur les convictions qui ont été les nôtres et qui, avec le recul, nous apparaissent comme vaines et « décalées ».
        Quant à la parution en français du tome 3, je crois savoir qu’elle est prévue pour janvier prochain et celle du tome 4 pour 2018.

Laisser un commentaire

Powered by keepvid themefull earn money