Accueil » Littérature Étrangère » Le peintre et le pirate – Còstas Hadziaryìris

Le peintre et le pirate – Còstas Hadziaryìris

peintre-pirate-couvCostandis est un pirate, un vrai. Terrible, effroyable, impitoyable, tortionnaire, j’en passe et des bien pires ! Mais derrière cette façade démoniaque repose un homme sensible, à la fibre artistique développée. Il a d’ailleurs à son bord un peintre qui réalise pour lui, en direct, des paysages maritimes, des portraits, des abordages, des séances de tortures. Avec modèle s’il vous plaît. Mais notre peintre, lui, est loin d’avoir l’estomac, et surtout les nerfs, aussi bien accrochés que ceux de l’équipage de corsaires sans foi ni loi avec qui il cohabite, et frôle la folie à chaque menace entendue et goutte de sang versée. Costandis, qui aime le peintre comme un père aime son fils, va tout faire pour lui rendre la santé, y compris écouter à longueur de nuit et de journée les sermons et la vision chrétienne du monde que veut lui faire comprendre le peintre.

« Le résultat fut que Costandis, se rasseyant sur la malle, écouta le peintre attentivement. Il s’efforça de ne pas perdre un seul mot, car à la fin le peintre allait l’interroger et il devait répondre à tout prix. Le sujet était donc le nouveau caleçon du médecin, et l’on posait la question: faut-il jeter un homme à la mer, le cambusier par exemple, à cause d’un caleçon? « Non », soutenait le peintre, et Costandis, très attentif, notait mentalement: « non »  »

Transformer une frégate remplie de pirates sanguinaires en annexe d’un monastère ultra-chrétien, voilà ce que réussit à faire le peintre. Pris d’une crise de folie mystique, c’est tout l’équipage qui va virer de bord, sous la conduite et les bons commandements de l’artiste, propulsé figure messianique par Costandis. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Car de bons chrétiens ni ne tuent, ni ne pillent… Voilà donc notre fine équipe qui entame une reconversion professionnelle, qui les mènera de la Méditerranée jusqu’aux terres britanniques pour certains, vers la campagne grecque pour d’autres. C’est un vent de foi barrée, de sagesse du terroir et de à qui sera le plus malin qui se lève, et attise la folie douce, l’absurde et la moquerie sur notre vieux continent.

Court texte sans chapitre, Le peintre et le pirate se lit d’une traite, au bord d’une rivière, sur un port, ou encore un banc en bois, là où des murs de vieilles pierres ont renvoyé pendant des centenaires les voix de bénitier des prieurs et autres pécheurs, et où en contrepoint viendra s’éclater aux quatre coins des vitraux tes éclats de rire, lectrice, lecteur, tes sourires en coin et ton regard moqueur.
Des pirates transformés en fous de Dieu, un peintre craintif qui devient grand chef, un tribunal terrifié à l’idée de rendre la justice, un village grec complètement siphonné… voici quelques-unes des rencontres qui t’attendent dans ce roman complètement foutraque ! Dans cette fable affabulatrice pleine d’humour noir et de dérision, Còstas Hadziaryìris suit son équipage en merle moqueur et nous en rapporte un tableau singulier, mais qui n’est peut-être pas si fou que ça. Ou alors nous le sommes tous !
Une formidable lecture, un texte original et inclassable qu’il ne faudrait rater sous aucun prétexte !

173 pages
Cambourakis

Marcelline

À propos Marcelline

Marcelline
Chroniqueuse/Co-Fondatrice

Vous aimerez aussi

Les saltimbanques ordinaires, McBride

Eimear McBride – Les saltimbanques ordinaires

Londres, 1994. La jeune Eily, 18 ans, débarque de son Irlande natale pour étudier dans …

Un commentaire

  1. bonjour? (Cali mera) Aussitôt lu, aussi tombée en amour. Où est Costas Hadziaryriris? pourrait-il savoir que je griffe le sol et le ciel gonflé de vents pour être la première de ses deux lecteurs,son prix sera le mien, en fèves aussi?! je souhaiterai tant lire d’autres livres de lui. Est-ce possible? (en français)
    Efharisto poly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by keepvid themefull earn money