Accueil » Littérature Américaine » Norman Maclean – Et au milieu coule une rivière

Norman Maclean – Et au milieu coule une rivière

« Dans notre famille, nous ne faisions pas clairement la distinction entre la religion et la pêche à la mouche. Nous habitions dans l’ouest du Montana, au confluent des grandes rivières à truites, et notre père, qui était pasteur presbytérien, était aussi un pêcheur à la mouche qui montait lui-même ses mouches et apprenait aux autres à monter les leurs. »

Sous l’impulsion de ses enfants, Norman Maclean a entrepris la rédaction de ses souvenirs, de son frère, de sa famille et de sa vie. Un jeune auteur âgé de soixante quatorze ans lors de la rédaction de son premier roman, « Et au milieu coule une rivière ». Un texte court, unique, un témoignage rare rempli de beauté et de poésie.

La famille Maclean vit dans le Montana, le père, pasteur presbytérien, la mère dont nous apprenons peu de chose, si ce n’est à propos de son légendaire caractère écossais et les deux garçons, Norman et Paul. Ce roman revient sur l’enfance, l’alternance entre les leçons de catéchisme et la pêche. La pêche à la mouche, car nous sommes dans le Montana après tout. Quelques années plus tard nous suivons Norman et Paul, adultes, le temps de quelques jours, des retrouvailles autour de la même pratique de la pêche. Paul étant devenu journaliste, mais pratiquant toujours autant la pêche, à défaut d’en avoir fait son métier. Il est également un joueur invétéré et un bagarreur. Quelques jours, donc, pour redécouvrir ces deux frères, et en guise de bouquet final une dernière partie de pêche avec leur père.

Faisant partie de l’école du Montana, avec Rick Bass et McGuane, Norman Maclean rentrerait presque dans le genre Nature Writing.  La pêche dans sa portée toute symbolique n’est pas le centre du roman, mais le file rouge unissant deux frères. un fil rouge qui n’est autre qu’ un héritage transmis par leur père dès leur plus jeune âge, une pratique autant vouée au rassemblement, qu’à la communion avec la nature ou encore à la méditation. Un roman de transmission ? Peut-être… finalement l’analyse importe peu, la beauté des paysages et la pratique quasi mystique de la pêche s’éclipsent volontiers pour laisser transparaitre le rapport des deux frères, l’admiration de Norman pour le cadet Maclean, la fausse désinvolture de Paul et l’héritage de leur père dans leur rapport à la vie et au monde.

« Le lever du soleil, c’est le moment parfait pour se dire qu’on va sûrement trouver le moyen d’aider quelqu’un qui vous est proche et dont on pense qu’il a besoin de votre aide, même si lui est persuadé du contraire. Au lever du soleil, tout n’est pas clair peut-être, mais tout est lumineux. »

Norman Maclean alors âgé de soixante-quatorze ans lors de la rédaction de ce roman,  a décrit une vie passée avec énormément de tendresse, d’humour et d’esprit. Ne tombant jamais dans le pathos, il a su distiller habillement quelques gouttes de nostalgie. Le lecteur, dévorant chacun de ses mots, se retrouve emporté en escapade avec les frères Maclean le long de la Blackfoot river !

Norman Maclean était un conteur hors pair, un talent indéniable pour le sens de la narration, un savant dans le dosage du rythme. Son vécu transpire dans chacune de ses pages et c’est avec un certains pincement au cœur que vous refermerez son roman. Ce n’est pas Robert Redford qui vous dira le contraire dans le préface de la présente édition. Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire, laissez-vous embarquer, vous n’aurez qu’un regret, ne pas vivre dans le Montana lors des séances de pêche des frères Maclean.

Editions Rivages,
Trad. Marie-Claire Pasquier,
175 pages.
Ted.

À propos Ted

Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Richard Krawiec Vulnérables Tusitala

Richard Krawiec – Vulnérables

« Le personnage principal de Vulnérables, Billy Pike, est de ceux qui sont tombés avant de …

Laisser un commentaire

Powered by keepvid themefull earn money