Accueil » Olivier

Olivier

Chroniqueur. Passe sa vie ici et là, à pratiquer les routes, les livres, et l'écriture.

Quentin Leclerc – Rivage au rapport

'Reading is Good for Steve' d'icrdr (www.deviantart.com)

T’es dans un champ, il y a un cadavre entre les herbes. L’inspecteur Rivage s’est déplacé sur les lieux, laissant sa partie de Tetris inachevée. D’ailleurs c’est une brèle à Tetris ; son assistant Copperfield ne lui dit pas, la vie à Myriad Pro est suffisamment compliquée comme ça et c’est pas près de s’arranger, parce que ce cadavre, c’est …

Lire la suite »

Gôzô Yoshimasu – Draps d’Ishikari

À l’automne 2019, les éditions de l’Ogre avaient publié un texte d’Ariane Jousse intitulé La fabrique du rouge ainsi sous-titré : “un roman un poème une forêt”. Draps d’Ishikari, récit poème fleuve : oui, ce serait possible. 9400 kilomètres séparent le fleuve Ishikari de la traduction du poème Ishikari, publiée à Caen par les éditions Impeccables. Cette chronique voudrait expliquer …

Lire la suite »

Bakhtiar Ali – Le dernier grenadier du monde

Détail de la couverture (édition originale soranie, 2002)

Je sus dès l’aube du premier jour qu’il avait fait de moi son prisonnier. Dans un palais, au milieu d’une forêt cachée. Il me dit qu’au-dehors s’était propagée une épidémie aussi mortelle que la peste. Lorsqu’il mentait, tous les oiseaux s’envolaient. C’était comme ça depuis l’enfance. Chaque fois qu’il mentait, une chose différente se produisait. Soit il pleuvait, soit les …

Lire la suite »

Anna Burns – Milkman

Milkman, couverture (détail)

Milkman avance comme un nuage. Sa silhouette apparait au fond des premières lignes et gagne le récit avec rapidité, par une journée qu’il faut avouer couverte, chargée, dépressionnaire. Au-dessus des villes d’Irlande du Nord évolue un ciel plein de plomb et cette journée, ça fait longtemps qu’elle dure. Années 70 : les Troubles. Des fils, des frères, s’engagent et meurent, …

Lire la suite »

Gabrielle Wittkop – Hemlock (à travers les meurtrières)

Victor Prouvé, reliure de l'édition 1893 de Salammbô, musée de l'école de Nancy (photo : Studio Image - détail)

C’est une histoire de poisons, de femmes-poisons. Des femmes voient le jour à différentes époques, sur des sols de marbre, et au revers de leur noblesse s’initient aux plantes. “Cigüe” en anglais se dit hemlock. On voit vite que le marbre est maculé de boue. C’est pas épais, une fine pellicule sur laquelle on se met à glisser, à se …

Lire la suite »

Powered by keepvid themefull earn money