Accueil » Essais » Claudia Rankine – Citizen: BaLlade américaine

Claudia Rankine – Citizen: BaLlade américaine

« Quand tu es seule et trop fatiguée pour allumer le mondre appareil, tu t’attardes sur un passé qui s’amasse sur tes oreillers. D’habitude, tu te blottis sous les couvertures et la maison est vide. Parfois, il n’y a pas de lune et par les fenêtres le plafond bas et gris semble à ta portée. Sa lumière sombre diminue peu à peu selon la densité des nauges et tu rpelonges dans ce qui se ré-assemble en métaphore. »

Citizen: ballade américaine ou An american lyric en version originale est un texte à part. Claudia Rankine dans ce court recueil d’idées, de pensées, d’analyses délivre un message fort et met en lumière un dysfonctionnement culturel aux Etats-Unis et par le truchement de certaines figures sportives, entre autre,  et dans le monde occidental.

Le racisme ordinaire, le petit implicite comme le plus figuratif et violent  est le centre de Citizen. Alternant les styles, les textes, les points de vus et les figures suivant les situations, Claudia Rankine aborde un mal bien plus profond et enraciné qu’il n’y paraît.

La langue, le geste ou le quotidien le plus banal sont questionnés, L’auteur avec beaucoup de finesse nous fait prendre conscience des incohérences de notre époque sur un racisme ancré dans notre communication.

« Et quand la femme multi diplômée dit, je ne savais pas que les femmes noires pouvaient avoir un cancer, tu recules instinctivement de deux pas comme si l’éventualité de nouer une quelconque relation perdait soudain tout caractère urgent, et tu te rends compte qu’une telle entrée en matière ne vous mènera nulle part. »

Alternant les points de vus, les illustrations et captures d’écrans l’auteur par la puissance de ses mots, nous fait comprendre le rapport intime à cet environnement. Comment une femme afro-américaine vit ce quotidien, ce qui peut la transpercer et la fait bouillir intérieurement au détour d’une phrase. Et c’est ici que la force de Citizen pend toute sa puissance et devient une gifle monumentale. L’intime, ce que l’implicite d’une expression ou la symbolique d’un geste peut faire ressentir à un citoyen afro-américain, surtout quand cela vient d’un/une ami.e et que ce racisme ordinaire est devenu culturel.

Faisant écho à une actualité toujours plus absurde et violente, Citizen est une lecture essentielle, indispensable même, qui devrait en faire réfléchir plus d’un et questionner sur notre rapport à l’autre et nos biais de communication.

« Nous entendons, puis nous nous souvenons »

Véritable phénomène d’édition aux états-unis, ce texte a son importance et mérite toute notre attention. Ne tombant jamais dans la culpabilisation gratuite, dénonçant un monde blanc qui reste encore résolument attaché à ses acquis colonialistes, on ne peut que saluer la prouesse de Claudia Rankine et espérer que le succès soit au rendez-vous pour Citizen.

Éditions de l’Olivier,
trad. Maïtreyi et Nicolas Pesquès,
185 pages,

Ted.

À propos Ted

Ted
Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Rouge pute Perrine Le Querrec couverture

Perrine Le Querrec- Rouge pute

Pendant plusieurs semaines, Perrine Le Querrec a écouté des dizaines de femmes raconter les violences …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money