Accueil » Fantasy/SF » Complications – Nina Allan

Complications – Nina Allan

En horlogerie, les complications englobent toutes les fonctions autres que l’affichage de l’heure. Ce peut être des indications astronomiques, un chronographe, un calendrier… Toutes ces complications induisent l’intégration de mécanismes supplémentaires dans la montre, une accumulation de rouages tous plus petits et précis les uns que les autres. L’exemple le plus impressionnant est sans doute le tourbillon de Breguet, inventé au tout début du XIXème siècle, dont le mouvement vient contrebalancer les effets de la gravité terrestre sur le balancier.

« Une belle montre n’est pas seulement un instrument de mesure. Une montre particulière comme celle-ci peut ouvrir certaines portes. »

Dans Complications, les montres ne sont pas de simples montres, et les horloges sont mystérieuses. Qu’est-ce qu’une montre sinon une machine transtemporelle ?
Une montre offerte en cadeau à un jeune garçon qui va perdre sa sœur, avec laquelle il entretient une relation plus qu’équivoque. Une montre offerte à un jeune garçon (le même ? pas tout à fait…) qui est accompagné du fantôme de son frère mort avant sa naissance. Une horloge pleine de charme qui pousse son nouvel acquéreur (le même garçon plus vieux ? pas tout à fait…) à braver les règles d’une Angleterre dystopique totalitaire.

On retrouve dans Complications le même genre de construction narrative que Nina Allan emploie dans Stardust. Si les nouvelles peuvent toutes être lues indépendamment, elles trouvent dans leur réunion une osmose inquiétante et intrigante. Mais loin de n’être qu’un exercice littéraire, Nina Allan attache une importance toute particulière à la construction de ses personnages, à leur fragilité, leurs doutes, leurs fissures. On plonge avec eux dans un tourbillon temporel, nous montrant, comme l’explique Monsieur Loyal, l’horloger mystérieux qui contrôle les mécanismes, que le temps, loin d’être linéaire, est plus comme cette fameuse grosse boule de « wibbly-wobbly-timey-wimey… stuff » dont parle un certain Docteur qui connaît bien son affaire.

Toutes ces histoires s’imbriquent comme des rouages d’horlogerie, se confondant les unes dans les autres, créant de nouveaux espaces et de nouvelles possibilités. Toujours nimbé de cette aura d’étrangeté, ce livre nous oblige à repenser notre rapport au temps autant qu’à la vie, dans des décors absolument sublimes, entre Londres et jetées sur la mer du Nord.

« Un instant, le temps sembla hésiter, dans un infime hoquet, une inspiration silencieusement réprimée comme en présence d’un merveilleux spectacle. Puis, tout seul, le monde se remit à tourner. »

Une fois encore Nina Allan montre à quel point non seulement elle maîtrise la construction de ses textes, que rien n’est laissé au hasard, mais aussi l’attention particulière portée à l’atmosphère, aux personnages, à créer de l’empathie avec le lecteur.
Un recueil hanté par le passage (ou non) du temps, la mort, qui pourtant ressemble finalement plus à une histoire d’amour, ambiance Quatrième dimension.
Un recueil couronné l’année dernière par le Grand Prix de l’Imaginaire, on comprend amplement pourquoi, et à l’aune de Stardust et Complications, une traduction de son roman The Race est plus qu’indispensable !

complications couvÉditions Tristram / Tristram souple
204 pages
Traduit par Bernard Sigaud

Marcelline

À propos Marcelline

Chroniqueuse/Co-Fondatrice

Vous aimerez aussi

Gene Wolfe – La cinquième tête de Cerbère

En 1972 parait chez Charles Scribner’s Sons, la fameuse maison d’édition d’Hemingway, Thomas Wolfe, Henry James ou encore Edit Warthon, un mystérieux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money