Accueil » Fantasy/SF » Jeff VanderMeer – La cité des saints et des fous

Jeff VanderMeer – La cité des saints et des fous

Alors que nous avions pu nous réjouir en cette dernière rentrée littéraire, avec « Astronautes morts », voici qu’est sorti en format poche le monumental « La cité des saints et des fous ». Un livre aux mille variations ayant pour personnage principal une ville, Ambregris, puisant son nom de la concrétion intestinale du cachalot.

Posons un peu de contexte, “La cité des saints et des fous” n’est pas à proprement parlé un roman. Il s’agit plus d’un recueil d’histoires ayant en commun la ville. L’auteur compléta son « recueil » à partir de 1992, pour petit à petit proposer des éditions augmentées. Ainsi, trois versions furent publiées aux Etats-Unis, venant grossir son nombre de pages, sorties après sorties.

C’est ainsi qu’en France, et dans la présente édition de poche, nous bénéficions d’office de la version la plus complète existante à ce jour. Une édition bien remplie, fourmillant d’histoires, de gloses, d’annexes, de biographies, de références plus ou moins obscures. Car Jeff VanderMeer durant toutes ces années aura multiplié ses incursions sur les terres d’Ambregris, multipliant autant les histoires que les styles et les narrations.

Il pourrait être amusant de dresser une liste, mais cette dernière fait partie, in fine, de l’expérience de lecture. Alors comment parler simplement du livre ?

Peut-être en parlant de la ville ?

Ambregris, n’a pas toujours été, ni porté ce nom. Au commencement, il y avait les champigniens, qui furent chassés dans les sous-terrains lors de l’arrivée des humains. D’ailleurs, cette histoire vous sera contée. Nous pouvons parler aussi des fêtes organisées à la nuit tombée ou encore des nombreux et nombreuses disparues, ou bien encore du Calmar d’eau douce, animal autant consommé que vénéré par les ambregrisiens. Nous pourrions parler des grandes dynasties, des artistes, des cultes secrets, des conspirations, des magouilles, ou encore nous pourrions aborder l’histoire étrange d’un malade interné dans un hôpital psychiatrique. Mais tout ceci est dans le livre. Alors que dire ?

La cité des saints et des fous contient tout ce que vous ne vous attendez pas à découvrir. Ambregris portent en son sein tout ce que votre esprit n’aurait oser imaginer, dans ses bas-fonds, ses ruelles, en périphérie et dans les maisons, rien ne vous sera épargné. Vous saurez tout.

Jeff VanderMeer, bien que nous le connaissions surtout pour sa trilogie du Rempart Sud en France, est un auteur multi-facette, ce qui est assez flagrant à la lecture de “La cité des saints et des fous”. Non-content des proposer un salmigondis étrangement efficace, l’auteur s’amuse par la narration à explorer les styles et les références littéraires. Nabokov, Rabelais, Joyce ou encore Mervyn Peake, l’auteur arrive à multiplier les styles tout en gardant une cohérence incroyable. Nous pourrions le comparer aux auteurs métafictionnels, mais ce serait là encore trop réducteur.

Car, au travers de cette exploration d’Ambregris dans le temps et l’espace, dans ses petites histoires et ses grands drames, dans sa culture et son art, Jeff VanderMeer arrive à ancrer en profondeur son œuvre dans une forme de récit fantastique unique.

Et il faut bien aborder un autre point, plutôt vertigineux, la lecture de la cité des Saints et des fous révèlent, comme a pu le constater Héloïse, ancienne chroniqueuse du site, des références à l’univers d’Ambregris apparaissent dans la trilogie du Rempart Sud ou encore du côté de l’univers de Borne. Auto-référence pour s’amuser ? Timeline éclaté pour raconter une histoire globale ? Un multivers des œuvres de Jeff VanderMeer ? Les questions se posent, mais une certitude s’impose, Jeff VanderMeer est définitivement un grand auteur.

La cité des saints et des fous est une œuvre culte, fondatrice et riche qui plonge le lecteur dans un univers singulier et fascinant. Un livre de textes imposant une mythologie, voir une cosmogonie atypique sans réelle équivalence actuelle.

Éditions Le Livre de Poche,
Trad. Gilles Goulet,
736 pages,
Ted.

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Brandon Taylor – Les Derniers Américains

Avec ” Real Life”, Brandon Taylor a fait une entrée fracassante. Une nouvelle voie prodigieuse …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money