Accueil » Littérature Américaine » Joshua Cohen – Votre message a été envoyé

Joshua Cohen – Votre message a été envoyé

Joshua Cohen et le paradoxe contemporain. Cet auteur talentueux – a n’en pas douter – en perpétuel mouvement, tant dans la vie que dans son écriture, aborde le questionnement du rapport de l’écriture et du rôle de l’écrivain à travers quatre histoires. Quatre récits, quatre situations, contextes et protagonistes, mais une seule idée, l’impossibilité de sa propre écriture, comme il a pu le confier à Olivier Lamm pour Libération.

On pourrait voir “Votre message a été envoyé”, comme les quatre étapes de l’écrivain en devenir, une sorte de narration qui évolue histoire après histoire, partant du témoignage et se terminant par de la fiction pur et codifier. « Emission » se veut une sorte de narration mémorielle, le souvenir d’une histoire racontée par un ami. Une mésaventure, une soirée et une action qui, par le bief des réseaux sociaux va stigmatiser son avenir. « McDonald’s » est  le développement d’une fiction, les balbutiements, que le narrateur tente d’exposer à son père. « Le Borough de l’Université » une fiction que n’aurait pas renié un certain Philip Roth, sur fond de reproduction du FlatIron Building et les chemins de vie que l’on prend. Ce livre se termine par la forme narrative la plus poussé avec un conte sur fond d’industrie pornographique avec « Envoyé ».

Et tout le paradoxe réside dans la sensation d’assister à la représentation d’ un auteur qui doute, mais qui fournit un texte à la fois intelligent, pertinent et malin, qui peut aussi bien frapper par son cynisme, sa pertinence ou sa sincérité. Usant de la métafiction ou encore de ses influences littéraires, se permettant de jouer avec les styles, et offrant des digressions anthologiques, l’on devine à chaque page tout le talent et la puissance de l’auteur.

« On a eu droit au débat plutôt gâteau ou tarte ? et aussi à plutôt cupcake ou muffin ? avec comparaison de leurs mérites respectifs et à une discussion sur les meilleurs joueurs mondiaux de lacrosse, où plusieurs noms ont circulé, au niveau universitaire comme au niveau pro. Problèmes urgents soulevés et résolus : Le métier le plus dégradant, stripteaseuse ou femme de ménage ? la meilleure position face à l’Iran – frappes préventives ou sanctions qui toucheront inévitablement des femmes et des enfants ? La meilleure position pour perdre sa virginité – selon qu’on est un homme, une femme, un enfant ? L’avenir de la réforme du financement des campagnes politiques après l’arrêt absolument assassin de la Cour suprême, Citizens United v. Federal Election Commission ? Si on pouvait abroger un amendement de la Constitution, lequel ( pas le droit de choisir un des dix premiers, ni celui, quel que soit son rang dans la liste, qui a aboli la Prohibition, ni le treizième, quatorzième ou le quinzième) … »

Joshua Cohen n’est pas sans rappeler l’auteur anglais Tom Mccarthy, on retrouve cette même fausse modestie, ce même talent latent mais discret. On peut invoquer Saul Bellow et Philip Roth, mais les références seraient trop aisées et le cataloguerait comme romancier juif américain, le rentrant De Facto dans une case avec les attentes inhérentes. Joshua Cohen, tout comme Tom McCarthy, c’est bien plus que ça, c’est un auteur, qui après « Le paradis des autres » a su continuer à se chercher, à affiner sa plume, s’amuser avec cette dernière, défier les codes et s’aventurer là où il sentait l’inspiration.
L’élégance n’est pas en reste, une sensation de construction intelligente et minutieuse, loin des schémas classiques, mais puissamment esthétique offre un rendu homogène et puissant, qui par-delà le questionnement de l’auteur, pousse le lecteur à s’interroger sur son rapport à internet et à l’immédiateté des médias.

« Les lits sont faits avec des arbres et les cercueils sont des lits avec des couvercles. La mort est un sommeil sans fond. Sa nature : silence, absence de conscience, un noir dense »

Cet auteur confirme tout le bien que nous pensions de lui à la lecture de son précédent livre.” Votre message a été envoyé” est puissant, grinçant et jubilatoire à la fois, un vrai plaisir de lecture, des textes aussi percutants qu’intelligents superbement traduit par Annie-France Mistral.

Le Nouvel Attila,
Trad. Annie-France Mistral
215 pages

Ted.

À propos Ted

Ted
Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

La Peur qui Rôde - H.P.Lovecraft

Howard P. Lovecraft – La Peur qui Rôde

Une maison habitée par une entité terrifiante, une chasse aux fantômes lugubre alors que l’orage …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money