Accueil » Fantasy/SF » L’épouse de bois – Terri Windling

L’épouse de bois – Terri Windling

images-2 Maggie Black est écrivaine et universitaire spécialiste de poésie. Elle entretient depuis quelques temps une relation épistolaire avec Davis Cooper, poète qu’elle admire depuis longtemps. Lorsque celui-ci est retrouvé mort, noyé dans le lit asséché d’une rivière de l’Arizona, Maggie a la surprise de découvrir qu’elle est la principale légataire du grand homme. Elle se rend donc dans sa nouvelle maison, au fin fond de Tucson et aux portes du désert, et décide d’utiliser tous les documents à sa disposition pour écrire une biographie de Cooper.
Elle fait connaissance de ses nouveaux voisins, fermiers, indiens, dont la vie s’écoule au rythme du bruit du vent dans les cactus. Tandis qu’elle s’habitue peu à peu à ce nouvel univers, Maggie ressent et découvre qu’il n’y a pas que la mort de Cooper de mystérieuse dans ce désert.

C’est un univers loin de la fantasy classique dans lequel nous entraîne Terri Windling. Pas de combat dantesque, d’excursion dans les forêts étranges et mystérieuses, de poursuites et de quêtes effrénées. Le fantastique arrive par touche dans le désert d’Arizona, entouré par l’aura mystique des croyances et mythes amérindiens. L’auteure part des codes de la fantasy urbaine, qui veut que le fantastique s’immisce dans un monde normal, et transpose tout cela dans un décor pour le moins atypique. Prenant ce paysage à bras le corps, avec toutes ses possibilités, nous plongeons dans un western-fantasy, au rythme lent et prégnant. Les différents personnages se dévoilent au fur et à mesure que s’écoule le texte, révélant leurs secrets au compte-goutte. Des êtes fantasmagoriques, sortis tout droit des mythes indiens ou de poèmes apparaissent, bons ou mauvais. Mais loin du manichéisme traditionnel aux univers de fantasy, toutes ces apparitions, tous ces êtres, la Fille-Lièvre, Crow, le comportement des coyotes et autres animaux du désert, ont un rôle et une place, ils sont les gardiens du désert, de sa magie, de son intégrité.
La place de la nature est importante, et à ses côtés l’art, sous différentes forme, s’y mêle pour dessiner un tableau riche, original et prenant. On se laisse porter par cette fausse impression de tranquillité, et rapidement la chanson du désert nous charme et nous garde à ses côtés.

Terri Windling est malheureusement très peu connue et publiée en France. Écrivaine, anthologiste et éditrice (on peut notamment trouver chez nous Blanche-neige, rouge sang, au Fleuve Noir et certains de ses essais dans différents ouvrages ou revues édités par Les Moutons Électriques) elle a écrit peu de romans, et L’épouse de bois est pour l’instant le seul traduit en français.
Pour ce roman elle s’est notamment inspirée du travail de l’artiste Brian Fround, qui illustre la couverture du livre.

Ce beau roman plaira autant aux amateurs de fantasy, qui trouveront une approche atypique du genre, qu’à ceux moins adepte du genre. Encore une belle réussite des Moutons Électriques !

315 pages
Les Moutons Électriques
Réservez-le!
Marcelline

À propos Marcelline

Chroniqueuse/Co-Fondatrice

Vous aimerez aussi

Robert McCammon Zephyr Alabama couverture

Robert McCammon – Zephyr, Alabama

L’imagination sans limites de Cory, glissant entre réalité et fantastique, nous happe. Autour de lui gravitent une sorcière accompagnée d’un Homme-Lune, un poisson légendaire à la gueule immense, un cowboy pro de la gâchette et une diablesse en culottes courtes. On vole accroché·es à ses ailes, nous heurtant au goût métallique et froid du deuil, nous régalons avec lui de tarte au potiron et nous inquiétons en chœur pour les nuits blanches et les eaux noires. On se rappelle, on ressent. La féérie et l'enchantement sont là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money