Accueil » Actualité » Marco Quadri – Bottleneck

Marco Quadri – Bottleneck

Bottleneck peut se traduire par un goulet d’étranglement, où bouchonnent et s’entassent différentes progressions entravées
C’est également le titre du premier long récit du jeune auteur italien Marco Quadri, au fil duquel se condensent plusieurs lignes de vie jusqu’à l’enchevêtrement. Chacune d’entre elles converge aveuglément dans la même direction, comme autant de fleuves et courts d’eau se jetant dans l’immensité d’un océan incertain. Au bout du tunnel se trouve la finalité flottante d’un lendemain velléitaire, aux airs de néant.

Dans une ambiance feutrée hors du temps, où se mêlent esthétique futuriste et harmonie colorimétrique tout droit tirée des 70’s, une tension impalpable s’installe. Sous cet air de fin du monde, des personnages tous plus curieux les uns que les autres évoluent au cœur de paysages nocturnes silencieux et d’étendues diurnes désertées, pour au final se retrouver lors d’une ultime célébration, une cérémonie collective aux vibrations arty et fantasmagoriques.


Marco Quadri brouille par ailleurs la frontière entre tangible et rêverie, plaçant son récit au confluent d’une réalité qui s’effrite. Un survivaliste, un farfadet pris en covoiturage ou encore un passionné d’insectes se baladant en slip quand il ne porte pas sa combinaison d’apiculteur… Autant d’étranges figures aux contours flous dont la convergence ou l’éloignement des destins créeront une dimension unique où s’entrechoquent les fils d’Ariane. 

Roman graphique à la découpe audacieuse, habillé de couleurs évoquant l’élégance d’époques à jamais révolues et de fin du monde à venir, Bottleneck explore tour à tour les villes inanimées et les volontés humaines s’amenuisant, obnubilée par l’attente. Mais l’attente de quoi, au juste ?
En jouant avec les ondulations invisibles de cette fatalité étendant son ombre inéluctable sur les hommes et les femmes, Marco Quadri signe ici un ouvrage au charme magnétique, mystérieusement décalé et atypique.  

Bottleneck
De Marco Quadri, traduit de l’italien par Romain Guillou
Les Requins Marteaux
134 pages
Caroline

À propos Caroline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Fanny Wobmann Les Arbres quand ils tombent couverture

Fanny Wobmann – Les Arbres quand ils tombent

Comment capturer les vibrations d’un monde en perpétuel mouvement tout en se débarrassant des lianes étouffantes qui nous collent la peau, parvenir à déconstruire et pardonner ? Et surtout, que soulève la chute des arbres, l’abattage des branches qui, jusqu’ici, obscurcissaient la mémoire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money