Accueil » Littérature Américaine » Paris est une fête, d’Ernest Hemingway
Couverture paris est une fête
Couverture paris est une fête

Paris est une fête, d’Ernest Hemingway

Le livre de mémoires d’Ernest Hemingway relatant sa vie d’écrivain fauché à Paris dans l’entre-deux guerres a connu un boom de ses ventes sans précédent après les attentats du 13 novembre, grâce à son titre surtout.

Paris n’est pas réellement une fête à l’époque dont parle Ernest Hemingway. Le livre pourrait s’appeler en français ” Paris est (pourtant) une fête”. C’est ce qui est beau finalement, et qui fait écho avec la période actuelle : le jeune écrivain noue de solides amitiés, réinvente des liens après le chaos, cherche de l’art après la désolation. “Génération perdue”, peut-être, mais énergique.

Hemingway finance sa vie d’écrivain en jouant aux courses, traverse le centre de Paris par les parcs plutôt que par les rues pour fuir les odeurs de nourriture qui font souffrir son ventre affamé, mais finalement racontera avec davantage d’intérêt la découverte d’une librairie/bibliothèque qui lui permet de lire, et de lire encore. La lecture, l’écriture et l’art sont au centre de tout. Hemingway rappelle qu’il a la chance de pouvoir vivre de peu, trouvant son bonheur dans cette activité qui le rend heureux, reconnaissant même un bénéfice à observer certains tableaux au musée en ayant faim. Il se désole que tout le monde autour de lui n’ait pas cette chance, sa femme en premier lieu, qui aurait besoin de davantage de distractions plus onéreuses que les siennes et dont son choix de vie les prive de fait.

Hemingway n’est pas un écrivain maudit, mais au contraire enthousiaste. Il décrit le rythme d’écriture qu’il s’est trouvé, et les discussions de littérature qu’il a avec ses camarades poètes.

Ezra Pound, dont le portrait est magnifique sous la plume de l’ami Hemingway, crée une petite start-up de crowdfunding assez ingénieuse lui permettant de s’assurer que leur ami TS Eliot ne passe pas une minute de trop à travailler dans une banque ( hérésie !) ce qui nuit grandement à sa poésie. Chacun est ainsi supposé donner un peu de son maigre revenu pour participer à ce projet et rendre sa liberté d’artiste à Eliot. Comme tous les sujets de ” Paris est une fête” on passe tout de même bien vite à autre chose. Le livre tournoie sans cesse à travers les souvenirs de l’écrivain.

Paris est bien là, mais c’est le Paris que les jeunes fréquentent beaucoup moins aujourd’hui, autour du jardin du Luxembourg. Hemingway parle aussi de ses voyages dans le pays, au pays basque notamment, mais aussi à la montagne.

Chaque lecteur trouvera dans cette lecture les phrases qui résonneront, dans ses réflexions sur la ville et sur l’écriture, celles qui feront écho. C’est intelligent mais pas érudit, enlevé mais bien tenu. Après avoir lu les nouvelles d’Hemingway, je vous recommande cette lecture, qui éclaire la façon de travailler d’Hemingway, sa façon de voir la vie et qui, c’est vrai, fait chaud au coeur, ne serait-ce que par la magie du voyage dans le temps qu’elle permet.

 

paris-fete-couvParis est une fête, d’Ernest Hemingway

Chez Folio

À propos Coralie

Vous aimerez aussi

Paul Di Filippo – Un an dans la ville-rue

Retenez ce numéro, le 37. La trente septième publication de la collection « Une heure lumière » risque de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money