Accueil » Actualité » Peter Watts – Vision Aveugle

Peter Watts – Vision Aveugle

“Vision aveugle” est un survivant ! Un texte qui a été de malchance en malchance et qui pourtant aura su trouver son public petit à petit. publié une première par un éditeur qui n’y croyait pas dans le fond, puis mis en ligne gratuitement, c’est finalement l’engouement de certains lecteurs qui aura permis au titre de se faire une place au panthéon des œuvres majeurs de la Science-fiction contemporaine.

En France, le roman de Peter watts fut publié une première fois chez Fleuve Noir, mais ne connut qu’un petit succès critique et d’estime, puis fut noyer dans l’abondance de sortie. Mais c’était sans compter ( encore eux ! Mais ils sont partout) sur la lucidité, l’amour et la patience de l’éditeur Le Bélial, qui propose aujourd’hui une cure de jouvence à Vision Aveugle, et espérons le, lui permettra enfin de connaître le succès qu’il mérite.

En 2082, sur Terre, un événement particulier s’est produit. Des milliers de sondes artificielles et non-terrestre se sont consumés dans l’atmosphère en émettant des signaux électromagnétiques. Cet événement mit en branle une expédition avec une équipe de bras cassés à bord du vaisseau Thésée. Le but ? Trouver la source de cet acte et entrer, si possible, en contact avec cette entité intelligente.
Siri, notre narrateur, à la particularité d’avoir un morceau du cerveau amputé, le rendant incapable d’empathie et, de fait, un observateur impartial idéal pour accompagner le reste de l’équipe. Une équipe composé d’un biologiste 2.0 ( comprenez qu’il peut s’interfacer avec les machines) ; une linguiste schizophrène, une militaire et ses soldats robots et le commandant du Thésée, un vampire que la génétique a pu ressusciter, d’une intelligence et d’une sensibilité inégalable. Cette « dreamteam » tout droit sortie d’un épisode du jeu vidéo “Borderlands”, va finir par arriver au nuage d’Oort et faire une rencontre plus qu’inquiétante.

Fonctionnant en quasi-huis clos, Vision aveugle se veut avant tout, être une plongée labyrinthique dans les profondeurs de l’esprit. En offrant des personnages aux caractéristiques prononcées et en utilisant Siri comme une sorte de témoin ” neutre ”, l’auteur ausculte ainsi ce qui fait un individu, une société ou encore une espèce et son identité. Le prétexte du ” premier contact devient dès lors le miroir tendu révélant la mécanique humaine. Ce principe, nous le retrouvions entre autres dans le très méconnu, mais indispensable ‘Bubblegum’ ‘ d’ Adam Levin (ed. INCULTES).

Roman de premier contact donc, appuyant sur la frustration du non-contact, mise à part quelques avertissements préalables, la communication n’existe pas et les découvertes se font par des pièges ou de la torture. On ausculte chaque parti dans la crainte et la malice au lieu d’établir un dialogue, qui est, après tout, le propre de l’homme, mais n’est pas forcément le procédé intuitif pour une espèce ayant un mode de pensée (si il y a) non-anthropologique.

Vision aveugle est un excellent roman de science-fiction, intelligent et proposant une approche différente des principes de science-fiction classique. Essayant d’avoir une approche autre que l’anthropocentrisme, le roman n’en n’oublie pas de nous faire rêver et de nous tenir en haleine durant toute l’histoire.

Ces particularités, notamment ses personnages en font un texte passionnant où foisonnent des exercices de pensée en biologie, sociologie, psychologie ou encore en science plus générale. “Vision aveugle” regorge de détails mais aussi de moment de grâce qui rend le tout encore plus humain et touchant.

L’édition proposée par le Bélial saura d’autant plus vous satisfaire grâce aux bonus, à savoir une nouvelle qui vient compléter le roman ainsi qu’une préface et postface/essai de l’auteur autant drôle que puissamment intéressant. Cette édition est une réussite totale grâce aux illustrations de Thomas Walker et la couverture de Manchu comme cerise sur le gâteau. Vivement recommandé.

Éditions Le Bélial,
Trad. Gilles Goullet,
Illustration Manchu ( Couverture) & Thomas Walker ( intérieur),
450 pages,
Ted.

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Il a fallu apprendre à lire dans le noir Vincent Lafaille

Vincent Lafaille – Il a fallu apprendre à lire dans le noir

Dans le livre de Vincent Lafaille, intitulé Il a fallu apprendre à lire dans le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money