Accueil » Littérature Étrangère » Prometheus Unbound – Percy Bysshe Shelley

Prometheus Unbound – Percy Bysshe Shelley

Prometheus Unbound (Prométhée délivré) est une pièce de théâtre écrite par Percy Bysshe Shelley et publiée en 1820.

Il s’agit d’une pièce en quatre actes, intégralement écrite en vers, qui n’est pas destinée à être jouée. C’est un ”spectacle dans un fauteuil” comme les romantiques français l’appelaient, ou un ”closet drama”. La pièce se lit par une personne qui, en héros romantique solitaire, s’exile de ses confrères pour admirer la beauté de la Nature et de l’Art. De plus, Percy Shelley était, au moment de la publication de la pièce, exilé en Italie et aurait eu bien du mal à mettre en scène une pièce en Angleterre. En particulier une pièce aussi révolutionnaire que Prometheus Unbound qui aurait pu lui causer des ennuis.

Votre humble narratrice n’est pas spécialement très enthousiaste quant aux lectures biographiques des oeuvres, mais ceci est une information qui pourra vous être utile. Percy Bysshe Shelley est le mari de Mary Shelley, qui a écrit Frankenstein ou le Prométhée Moderne, publié pour la première fois en 1818. Si vous voyez où votre humble narratrice veut en venir…

Prometheus Unbound est une oeuvre qu’on pourrait qualifier de ”musclée”, c’est-à-dire qu’elle n’est pas évidente à lire. Percy Shelley a un style très élevé, très métaphorique qui n’est pas facilement abordable. Ceci étant dit, ne craignez rien, tel Charon, votre humble narratrice va vous guider à bon port à travers les eaux tumultueuses de l’Achéron.

Commençons par votre kit de survie. Vous allez avoir besoin de :

  • une bonne connaissance de la mythologie grecque et romaine. La pièce se déroule en Antiquité et met en scène des personnages mythologiques. Vous allez pouvoir rencontrer Jupiter, Mercure, les Furies, Prométhée et l’intrigue repose sur le mythe original de Prométhée qu’il serait bon de savoir pour comprendre à quel point cette pièce est révolutionnaire. En effet, comme Percy Shelley le rappelle dans la préface de son oeuvre, Prometheus Unbound est d’abord le titre d’une pièce d’Eschyle qui était (et est toujours) perdue. Dans cette pièce, Jupiter pardonne Prométhée et envoie Hercule le descendre du rocher où il était attaché. Or, ce pardon demanderait à Prométhée de se soumettre au pouvoir de Jupiter et Shelley ne peut pas se permettre de suivre cette version s’il veut être fidèle à son message. Dans le mythe original, Prométhée vole le feu de Jupiter pour le donner aux Hommes que Prométhée a d’ailleurs créés avec de l’eau et de la terre. Pour le punir, Jupiter attache Prométhée à un rocher où un aigle vient dévorer son foie qui repousse tous les jours pour être dévoré à nouveau. Après quelques années de ce tourment, il se trouve que Jupiter a besoin de Prométhée parce qu’il voudrait savoir quels dangers il encourt s’il devait produire un fils avec Thétis. Si Prométhée accepte de lui révéler la prophétie, Jupiter le délivrera. Dans la pièce d’Eschyle, Prométhée accepte, dans la pièce de Shelley, Prométhée refuse. Pour comprendre une oeuvre révolutionnaire, la connaissance de la tradition est toujours nécéssaire.
  • vous avez probablement pu le deviner, mais si vous voulez comprendre cette pièce, vous devez lire la préface de Shelley. Comme votre humble narratrice l’a déjà dit, Prometheus Unbound n’est pas une pièce facile à lire. Dans sa préface, Shelley explique au lecteur quels sont ses buts, quelle est sa vision de la pièce, du mythe original, comment lire la pièce. Même si vous n’avez pas l’habitude de la faire, lisez la préface, elle vous sera d’une très grande aide.
  • même si la pièce se déroule intégralement dans des terres reculées du Caucase, dans l’Enfer et sur l’Olympe (et dans l’espace, mais nous y reviendront) le contexte historique de la pièce est fondamental. Car là réside toute la surprise ! Comment cette pièce avec ces personnages mythologiques et cette intrigue de révolution lointaine pourrait avoir quelque chose à voir avec le contexte historique ? Retournons à la date de publication ! 1820 ! Deuxième génération de romantiques anglais, 31 ans après… La Révolution Française. A ce moment-là, vous pouvez hausser un sourcil et demander : ”Mais, chère narratrice, ce sont des Anglais, qu’ont-ils à voir avec la Révolution Française ?” Et la réponse est : tout, chers lecteurs. Le Romantisme anglais, aussi improbable que cela puisse paraitre, est profondément lié à la Révolution Française. Shelley lui-même a déclaré dans une lettre à Lord Byron que la Révolution Française était ”le thème maître de l’époque” (”the master-theme of the epoch” en anglais car la traduction de votre humble narratrice est immonde…) Sans m’étaler sur le sujet, la deuxième génération de romantiques anglais avait l’espoir, après que la Révolution Française se soit transformée en régime de Terreur, en une nouvelle révolution qui réaliserait les idéaux de la Révolution Française. Chaque romantique avait sa propre vision de cette nouvelle révolution. Prometheus Unbound est la vision de Shelley. La révolution de Prométhée dans la pièce est le modèle de la révolution idéale selon Shelley. (Votre humble narratrice présentera cette hypothèse devant son professeur très bientôt et écrira probablement un addendum s’il se trouve que le problème est légèrement plus complexe que ce qu’elle a pensé, mais en attendant, cette hypothèse se tient et vous pouvez lire la pièce en gardant cette idée à l’esprit)
  •  si vous voulez vraiment comprendre tous les enjeux de la pièce, votre humble narratrice vous conseille la lecture de Défense de la Poésie un traité de Shelley, publié un an après Prometheus Unbound. Ce traité est assez court et relativement facile à lire. Shelley y expose sa vision tout à fait originale de la poésie. Si on devait résumer la Défense de la Poésie, on citerait : ”Les poètes sont les législateurs non reconnus du monde.” Shelley était intimement convaincu que les poètes (sont poètes tous ceux qui changent le monde d’une manière ou d’une autre, pas nécessairement ceux qui écrivent en vers, mais aussi les musiciens et les inventeurs. Lord Bacon et Platon sont des poètes au même titre que Shakespeare et Dante) sont les fondateurs de la société. Par conséquent, la poésie est un acte concret qui a pour but de changer le monde, comme une révolution. Votre humble narratrice vient de résumer l’oeuvre mais n’ayez pas une confiance aveugle dans ce qu’elle vous dit et si vous voulez vous plonger dans la pensée de Shelley, lisez la Défense de la Poésie.
  • si vous avez la moindre réminiscence de vagues cours sur Platon, voici enfin arrivé le moment d’utiliser ces souvenirs. Shelley était un avide lecteur du philosophe et a traduit Le Banquet, son dialogue sur l’Amour et sur la Nature. Vous n’avez bien sûr pas à lire tout Platon pour comprendre Prometheus Unbound, mais Shelley est clairement influencé par les idées du philosophe et si vous gardez à l’esprit ce que Platon dit sur le corps, sur l’essence et sur la vérité, la pièce sera probablement plus claire. Si vous avez lu Le Banquet et le mythe de la Caverne, vous devriez vous en sortir sans problème. (Si vous comptez étudier la pièce, comme d’habitude, vous devriez probablement lire plus de Platon que ça, mais ce n’est pas le sujet de cette chronique)
  • la théorie de l’Ordre du Monde Elisabéthain peut être utile. Au lieu de vous renvoyer à des ouvrages, votre humble narratrice va tenter de vous résumer cette théorie. Souhaitez-lui bonne chance. Selon la théorie de l’Ordre du Monde Elisabéthain, il y a une connection entre Dieu, la Nature, la politique (le souverain) et l’Homme. Si l’un de ces éléments est bouleversé, tous les autres éléments le sont car ils sont connectés. On retrouve cette théorie dans les pièces de Shakespeare, notamment dans Le Roi Lear (dans la scène où Lear se retrouve jeté dans les landes pendant la tempête) et par conséquent, on retrouve Le Roi Lear dans la pièce de Shelley qui admirait Shakespeare. Donc, lorsque Jupiter accède au Trône, il bouleverse l’univers, en mal, et lorsque Prométhée le renverse, l’univers est remis en ordre. Si ça ne fait pas forcément sens maintenant, ça le fera lorsque vous lirez l’oeuvre.

C’est un kit de survie assez lourd mais mieux vaut être préparé avant de s’attaquer à cette oeuvre. En effet, Shelley a un style très élevé et très poétique, si j’ose dire, il est donc plutôt tentant de le reléguer dans la catégorie des poètes qui sont enfermés dans leur monde et parlent tous seuls dans un langage qu’ils sont les seuls à pouvoir comprendre. En réalité, Percy Shelley est aussi engagé que Coleridge et Southey avec leur pantisocratie. Percy Shelley était le beau-fils de William Godwin qui était un fervent anarchiste. On retrouve ce penchant anarchique à la fin de la pièce, poétiquement présenté par les Hommes qui décident d’ignorer les trônes et les sceptres pour vivre tous égaux, en totale harmonie (terme musical qui n’est pas choisi au hasard)

Procédons au résumé de la pièce :

  • situation initiale : La Terre déplore le nouvel ordre du monde dans lequel la tyrannie de Jupiter a plongé l’univers après la vaine rébellion de Prométhée. Quant à Prométhée, accroché à son rocher, il fait appel à la Terre et à la Nature entière pour qu’on lui rappelle la malédiction qu’il a jetée à Jupiter lorsque celui-ci l’a puni. La Terre tremble et refuse de répéter ces mots qui sont trop puissants pour être répétés. Promethée fait donc appel au fantôme de Jupiter qui apparait et lui répète la terrible malédiction. Puis, Mercure arrive avec les Furies (référence à l’aigle du mythe original) et demande à Prométhée de révéler la prophétie sur Thétis en échange de sa liberté. Prométhée refuse et se fait torturer par les Furies. Fin de l’Acte I.
  • L’Océanide Panthéa retrouve Asia, la promise de Prométhée et toutes les deux rendent visite à Demogorgon, maître des Enfers, qui prédit un monde nouveau, enclenché par la révolution de Prométhée. A la fin de l’Acte II, la révolution est en marche.
  • L’Acte III s’ouvre sur l’Olympe et sur Jupiter qui se vante de son omnipotence. Il est cependant interrompu par Demogorgon qui lui annonce qu’il est son fils comme Jupiter a été le fils de Saturne (ce sont dans ces moments-là qu’une bonne connaissance de la mythologie grecque est utile : Jupiter a détrôné son père Saturne pour accéder au pouvoir) et, entre fausses parenthèses pour ne pas mettre des parenthèses partout, c’était ce que Prométhée était censé lui dire… Prométhée est enfin libéré du rocher où il était accroché, grâce à Hercule. Le premier geste du Titan est de vouloir se réfugier dans une grotte où il pourra mener une existence idyllique dans un véritable locus amoenus.
  • situation finale : l’Acte IV referme la pièce sur les bénéfices de la révolution enclenchée par Prométhée. Cette révolution altère l’ordre du monde et guérit tous les maux que Jupiter avait infligés sur les Hommes et sur la Terre. Les Hommes deviennent moralement bons et vivent ensemble dans une harmonieuse anarchie. La Terre renait et la Lune même prend vie (alors qu’autre fois, elle n’était que désert…) Demogorgon a la dernière tirade de la pièce et fonctionne comme la morale de la fable. Il liste les bénéfices de la révolution, célèbre ce nouvel ordre des choses, rappelle que cette révolution est le fruit de Prométhée et conclut que tout va bien grâce à cette révolution.

Ce résumé peut vous sembler superflu en ennuyeux, mais croyez-moi, vous allez en avoir besoin pour lire la pièce.

Comme il s’agit d’une oeuvre originellement écrite en anglais, votre humble narratrice est partie à la chasse aux traductions en français. Il y a très peu de traductions en français. Cependant, elle a finit par trouver la traduction de Louis Cazamian qu’elle vous conseille.

Nous avons parlé de la vision des romantiques sur la révolution. Voici le modèle de révolution que Shelley propose : une révolution non violente, en accord avec la nature et l’ordre du monde, visant à mettre tous les Hommes égaux. Shelley est profondément idéaliste d’une façon qu’on ne voit plus vraiment aujourd’hui et que votre humble narratrice déplore mais ce n’est pas vraiment sa place. C’est justement cet idéalisme qui permet à ce modèle de révolution de ne pas être totalement dépassé avec les siècles qui passent.

Cependant, ne laissez pas tout le contexte historique vous gâcher la beauté de la plume de Shelley. Prometheus Unbound regorge de magnifiques images qui vous émerveilleront si vous faîtes une lecture attentive de la pièce. Cette oeuvre est incroyablement romantique, elle fait parler la Terre, les montagnes, le vent, la Lune ! La Nature devient vivante sous les mots de Shelley (Disons bonjour à Manfred de Lord Byron). Il y a un moment absolument incroyable, en deux mots, où la Terre compare ses forêts à la mer et votre humble narratrice a été totalement conquise.

Comme d’habitude, votre humble narratrice n’a pas abordé la moitié des choses à dire sur Prometheus Unbound, mais ces informations-là devraient vous aider à vous lancer dans l’oeuvre. Elle est peut-être difficile, mais sa beauté va vous surprendre.

Prométhée délivré

Aubier-Flammarion

traduction Louis Cazamian

253 pages

À propos Anne-Victoire

Anne-Victoire
Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Anita Pittoni Confession téméraire

Anita Pittoni- Confession téméraire

Les Editions de la Baconnière publient Confession téméraire, composée de nouvelles et du recueil de …

2 Commentaires

  1. Merci pour cette analyse pertinente et argumentée. Elle a le mérite d’être synthétique et lisible en quinze minutes. Je suis maître de conférence en littérature anglophone et je suis plutôt convaincu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money