Accueil » Actualité » Adam Levin – Bubblegum

Adam Levin – Bubblegum

Belt Magnet, auteur d’un seul roman, trentenaire, sous la tutelle de son père et touchant une pension d’invalidité, suite au diagnostique de troubles mentaux, entreprend d’écrire ses mémoires. Des mémoires qui deviennent petit à petit l’aveu d’une vie faussement lisse et surtout intrigante. En effet, nous deécouvrons un Belt adolescent en proie au besoin de détruire des balançoires, ces dernières étant des Inans (des objets inanimés dotés d’une conscience et d’un langage), suite à leurs demandes de meurtre par Belt. Son oreiller se moque de lui ou encore certains sols se permettent quelques petites digressions, forçant la plupart du temps Belt à devoir se cacher le visage pour communiquer avec eux ou se forcer à les ignorer.

Mais dans le monde de Belt, internet n’existe pas, la technologie a pris un autre virage dans les années 80. Ainsi lorsqu’on lui diagnostiqua ses troubles, il se vit confier un Botimal/Curios, un robot, doté d’une intelligence artificielle, ressemblant à un animal, et vraiment très mignon. Ce compagnon, d’abord confidentiel, était destiné au soutien psychologique dans un premier temps, avant d’être commercialisé et de devenir un objet de mode et culturel, que très vite le consommateur pris plaisir à détruire, manger ou se shooter avec les restes. Dans ce monde alternatif au notre, nous suivons sur quelques jours et à travers la rédaction de ses mémoires, les pérégrinations d’ un homme qui tente de s’accomplir.

Second roman de l’excellent Adam Levin, après un premier livre réussi et jubilatoire que fut ” Les Instructions ” (déjà chez Inculte, ils ont le nez fin ceux là !), on retrouve tout l’art si particulier d’Adam Levin dans ce second roman. Un roman de tous les paradoxes. Dense mais aéré, lent mais frénétique, rempli de digression mais incroyablement linéaire dans sa progression, drôle mais aussi touchant, il s’agit d’un roman sur la vie, sur les absences, sur l’attachement et les désillusions. Un texte à la fois autant optimiste et lumineux que cynique et désabusé. Le livre des paradoxes je vous disais.

Ce qui marque avant toute chose, c’est la sincérité et le dévouement du personnage principal, à quel point il s’investit dans l’œuvre qu’il écrit et à quel point il se retrouve en perpétuel décalage avec la réalité du moment. Forçant constamment le lecteur à prendre du recul sur une situation, à s’interroger sur la norme et le réel. De ce fait on se retrouve rapidement à entrer nous aussi dans ce décalage et à s’interroger sur ce que nous renvoi le miroir qu’il agite sous nos yeux.

Avec un livre tous les 10 ans ou presque, je suis prêt à attendre autant de temps pour lire le prochain texte d’Adam Levin, tant il est bon dans ce qu’il écrit.

Bubblegum est indispensable, alors ne vous laissez pas rebuter par sa taille, vous allez plonger dans une œuvre démentielle dès la première page et ne pas pouvoir la lâcher jusqu’à la toute fin. Pire vous penserez à Bubblegum entre chaque lecture. Un livre essentiel, une des claques de cette année.

Éditions Inculte
1050 pages
Trad. Maxime Berrée

Ted.


À propos Ted

Ted
Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Querelle

Kevin Lambert – Querelle

Querelle, un titre qui interpelle pour un roman qui ne laisse pas indifférent. Sous titré …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money