Accueil » Littérature Américaine » Benjamin Whitmer – Cry Father

Benjamin Whitmer – Cry Father

Patterson Wells est un élagueur saisonnier. Se déplaçant de zone sinistrée en zone sinistrée, il côtoie les pires teigneux et reclus de la société et fait son travail sans broncher. Lorsque la saison est finie il court s’isoler en haut d’un Mesa dans sa cabane en compagnie de son chien. Un isolement quasi-total pour ne pas oublier la mort de son fils, ne pas perdre de mémoire son visage. Mais son isolement est abrégé de temps à autres par le vieux Henry qui s’occupe de magnifiques mustang sauvages. Sa vie est réglée comme une montre suisse jusqu’au jour où Patterson va croiser le chemin de Junior, le fils d’Henry.

Après un exceptionnel Pike qui nous présentait un auteur talentueux, Cry Father confirme et enfonce le clou, l’auteur a pris le temps et a su s’entourer des bonnes personnes pour développer son roman, a tenu compte des critiques qu’il a reçu au court des nombreuses lectures des ébauches. Ce travail a donné naissance à un texte puissant et touchant, sombre et plus mature. Un texte empruntant autant à Jim Harrison qu’à Jim Thompson.

Le travail d’ambiance et le rythme nous transportent dans son univers obscur et violent. Les hommes sont rudes, crasseux et crapuleux. Les femmes désabusées et tentent de s’en sortir comme elles le peuvent, les enfants à l’abandon.

Un monde de violence, de drogue et de sang, un monde dans lequel les personnages se perdent et se complaisent un peu mais surtout n’ont pas la force de s’en sortir. Un monde sans lumière au bout du tunnel. Whitmer maîtrisait déjà cet univers avec « Pike », mais il arrive à affiner son art dans ce second essai et dévoile au lecteur un « style » Whitmer puissant et marquant.

Faisant partie de la nouvelle collection « NeoNoir » de Gallmeister, Cry Father, offre ses premières lettres de noblesses à cette collection et va très vite en devenir un titre indispensable.

Benjamin Whitmer - Cry FatherGallmeister éditions
NeoNoir collection
Trad. Jacques Mailhos
320 pages

Ted

À propos Ted

Ted
Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Claudia Rankine – Citizen: BaLlade américaine

« Quand tu es seule et trop fatiguée pour allumer le mondre appareil, tu t’attardes sur …

3 Commentaires

  1. Ted

    @Le Bouquineur: un auteur qui gagne en maturité! on a fait un vrai bon en avant entre “Pike” et “Cry Father” hâte de lire le prochain! 🙂

    @Léa: Bien entendu! qui d’autre pour un roman de ce calibre! 😉

  2. Excellent roman d’un excellent écrivain !

  3. Encore un Gallmeister à découvrir 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money