Accueil » Fantasy/SF » Brian Catling – Vorrh

Brian Catling – Vorrh

Brian Catling était un artiste complet. Ayant vécu pour et par ses œuvres, il aura sû incarner, à sa manière, l’engagement que peut représenter la création. Il fut sculpteur, peintre, performer, mais aussi réalisateur, poète et romancier. Un Anglais touche-à-tout, talentueux, construisant un univers aussi singulier que jusqu’au boutitste, allant même jusqu’à co-créer en 2001 le « the international performance collective WitW » . Alors que nous apprenions, il y a quelques jours la mort de Brian Catling, sortait de manière plutôt confidentielle, en poche, le premier volume de sa Trilogie Vorrh en version poche chez Pocket.

Comme nous le disions en préambule, Brian Catling était poète, et même nous aurions pu dire : avant tout poète, et performer, si nous avions dû hiérarchisé l’importance, dans sa vie, de ses créations. De cette poésie, il faut comprendre ici, que même dans ses romans, même dans Vorrh, elle imprègne le style de l’auteur à chaque instant. C’est une composante centrale, qui colle au texte comme une sangsue au milieu de la jungle. Ce qui, au vu de certains articles lu à droite et à gauche, peut rebuter visiblement, tant l’auteur porte une signature, un style fort empruntant tour à tour à l’écriture pleine de souffre d’un Joseph Conrad, ou d’un Malcolm Lowry, qu’une écriture plus immédiate sans jamais perdre de sa superbe et qui n’est pas sans rappeler le travail d’un certain Claro.

Vorrh est un lieu,une forêt, c’est une légende, un égarement, ce sont les possibles par-delà le sacrifice. Nous savons qu’elle existe, nous pouvons la placer, en Afrique, sur une carte, délimiter ses contours, exploiter ses abords. Mais Vorrh, en son sein, reste vernaculaire, obscure et échappe à la compréhension des hommes. De ce lieu et de cette mystique, toute une sociologie s’est créé, des peuples, des cultures, allant même jusqu’à construire Essenwald. Une ville européenne, transportée, et reconstruite à l’identique le long de Vorrh.

William un ancien soldat, à la mort de sa compagne, construit un arc à partir du corps de cette dernière à sa demande, et s’élance dans la Vorrh. A Essenwald, dans une cave, grandi Ismaël un être humanoïde, n’ayant qu’un oeil, un cyclope aux proportions humaine qui finira par croiser la route de Gerthrude, fille d’un richissime exploitant. Nous suivons aussi, ailleurs, en Amérique, Eadweard Muybridge ( l’ inventeur du zoopraxographe), un photographe britannique. Suivi par une galerie de personnage comme le Français ( représentation de l’écrivain Raymond Roussel), le docteur Gull ( un des tueurs présumés de Whitechapel), ou encore la veuve de Winchester et sa maison pour accueillir les fantômes de celles et ceux tués par un fusil de la marque winchester.

Des parcours venant à se croiser, même parfois de loin, et interagir, ayant pour centre magnétique cette mystérieuse forêt. Ce lieu, cette Terra Incognita, ou l’on pourrait aisément écrire « Hic sunt dracones “, comme sur les anciennes cartographies, tant elle catalyse fantasmes et possibles.

Il est important de dire que ce n’est pas un livre de Fantasy, ou de Science Fiction, du moins pas dans le sens classique du terme. Vorrh est une matérialisation textuelle d’une certaine idée de ce que la magie peut-être dans le réel, mais bien loin de ce que vous croyez. Ainsi exit troll, farfadet, chupacabra, extra-terrestre, ou autres bestiaire que nous pourrions nous attendre à découvrir, et bienvenue dans une terre peuplée avant tout des névroses humaines. Des névroses engendrées par des fantasmes bien humains et bien ancrés dans son époque, construisant ainsi une forme de “proto-fantaisie”, où la magie et le fantastique sont présents mais d’une manière discrète et sans jamais dire leurs noms.

Au-delà de cet aparté, Vorrh est une construction minutieuse d’un monde en pleine évolution, comme la prise instantané d’un temps en mouvement, ayant autant à dire sur un passéisme colonial, qu’une quête de reconnaissance et d’identité, le tout pris dans une frénésie capitaliste, poussant avant tout à l’usure immédiate pour un profit éphémère.

Nous retrouvons aussi cette idée d’usure sur les corps, ils sont exploités, abîmés, utilisés, mutilés, transformés, transcandés. Il y a ce rapport au corps, à sa chair, à ses douleurs et plaisirs, qui s’inscrit dans l’incipit même du roman, donnant une ambiance et une tonalité, faisant écho aux auteurs cités plus haut, mais également à un certains Ténèbres de Paul Kawczak. Un tropisme de la chair ayant pour espoir l’illumination et l’élévation.

De cet ensemble, se dégage une tension quasi-permanente, nous plongeant presque par instant dans une forme de transe où les mots nourrissent un imaginaire que nous n’aurions jamais évoqué en dehors de ce texte et de cet univers en particulier. L’écriture de Brian Catling jouant son rôle à la perfection. D’une beauté et d’une puissance rare, l’auteur construit avec un style fort, un univers dense et vénéneux où la lumière et les ténèbres font avant tout et surtout souffrir.

Brian Catling, avec Vorrh a su se détourner des grandes voies littéraires, pour construire un chemin empruntant autant à ses propres références littéraires, qu’à une certaine vision du réel, et ainsi proposant un Vorrh obsédant et fascinant par sa densité ainsi que par ce qu’il a à dire de son monde et du notre. Une œuvre certes, aux premiers instants, déroutantes, mais une oeuvre monde, porteuse en son sein d’une indéfinissable magie obsédante que l’on pourrait apparenter à la folie créatrice. Ce qui n’est pas sans rappeler le talent de deux autres compatriotes anglais, à savoir Alan Moore et Iain Sinclair.

Éditions Pocket,
Trad. Nathalie Mège,
650 pages,

Ted.

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Fumiko Hayashi Vagabonde

Fumiko Hayashi – Vagabonde

S’articule autour d’elle et à travers elle l’ambiance du monde nocturne, des cabarets et des établissements aux nuits blanches. Entre deux services laborieux ou après une dure journée à l’usine, elle étend ses jambes, laisse aller ses larmes et fait courir ses mots. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money