Accueil » Littérature Américaine » Darcy O’Brien – Une vie comme une autre

Darcy O’Brien – Une vie comme une autre

Drôle de roman initiatique que celui-ci. Cet enfant qui tout en devenant adulte, se retrouve souvent plus mature dans ses réflexions que ses parents. Ce petit qui, par le comportement égoïste et égocentrique de sa mère, et un père résolument tourné vers le passé et enfermé dans la religion, sera poussé à s’accomplir au gré des circonstances et n’apprendra à ne compter que sur lui.

« Avenues entière de petites lumières avançant au as, longs filets de lampadaires, maisons allumées avec leurs habitants. Dans combien de ces rues étais-je passé, et mon père avant moi, et mon père avec ma mère avant moi, ombres qu’on ne remarquait pas et qui ne remarquait pas et qui ne remarquaient rien ? Et si j’étais venu au monde dans cette maison, ou dans cette autre, est-ce que mon père jouerait du violon pendant que ma mère ferait de la couture ? Mais il vivait de sa pension et elle avait du diabète. Mon père ne dormait pas, il m’attendait. Mon père cette étoile qui ne brillait plus, ce trou dans le firmament, mais pas plus que n’importe quel autre élément céleste, il ne sait pourquoi il ne brille plus : l’innocence du météore. Son téléphone reste muet, son numéro ne sort plus. »

Car de cette enfance « hollywoodienne » et faussement dorée le tragique dans cette histoire est l’absence de cadre familial. Comment ce fils de parents divagants et fantomatiques a pu se construire et grandir, c’est tout ce que Darcy O’Brien tâche de démontrer dans son premier roman.

Darcy O’Brien publia ce texte en 1977 et reçut le prix Pen/Hemingway. Roman court qui sent le vécu, tant il y a de points communs entre la jeunesse de Darcy O’Brien et celle de son personnage principal – des parents ayant eu une carrière glorieuse dans le muet, ayant côtoyé John Wayne à ses débuts…- On imagine, dès lors, aisément que sa vie a pu influencer à plus ou moins grande échelle son roman.

« Une vie comme une autre » est court mais incisif, par sa dérision, envers les personnages et l’absurde des situations, Darcy O’Brien s’attache à nous montrer le revers d’Hollywood – quand ils vous ont tourné le dos – comment ces protagonistes à la gloire passée n’arrivent pas à vivre sans et comment leurs enfants sont les premiers à en subir les conséquences. Mais il s’agit également d’un roman sur l’Hollywood de l’après-guerre, de cette jeunesse pleine d’insouciance, pensant avoir un avenir doré.

Drôle et décalé par moments, poignant sur certains chapitres, « Une vie comme une autre » est un roman satirique qui a très certainement influencé des auteurs plus récents tels que Bret Easton Ellis ou Bruce Wagner à une moindre mesure. Une belle découverte.

Darcy O'BrienEditions du Sous Sol
190 pages

Ted

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

sang et stupre au lycée kathy acker

Kathy Acker – Sang et stupre au lycée

On ne peut entrer dans l’œuvre de Kathy Acker en fonçant tête baissée. Ce serait …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money