Accueil » Actualité » Émilie Gleason – L’origine du Monstre
Émilie Gleason image L'origine du Monstre

Émilie Gleason – L’origine du Monstre

Et si l’on nous avait menti pendant tout ce temps, et que Noé était un sale type et pas du tout le sauveur que l’on prétend depuis des milliers d’années ?
Emilie Gleason se penche sur cet épineux sujet, et ses révélations pourraient bien débunker toutes les pensées créationnistes, bousculer les piliers des sociétés actuelles ! Impossible de se voiler la fesse une fois la lecture de L’origine du monstre terminée… Vous êtes prévenu·es, cette vérité mise à nue changera votre vision du monde à tout jamais !

Déjà, l’histoire de base débute mal : un Dieu mécontent qui décide d’abattre son courroux sur la Terre en faisant tomber des pluies diluviennes pendant une quarantaine de jours, pour punir une humanité corrompue. Un gonze élu sur qui pèse la survie de toutes les espèces innocentes. Le tout sur un gros bateau homemade, où s’entasse un couple de chaque animal en vue de repeupler le monde nettoyé par les eaux  (vive la consanguinité) !

 

Émilie Gleason L'origine du Monstre image
image Émilie Gleason L'origine du Monstre

Dans L’origine du monstre on passe la vitesse supérieure, version épisode porno-zoophile de la Croisière s’amuse. Pour tuer le temps, animaux et humains niquent dans tous les coins et se mélangent allègrement, dans ce que l’on pourrait joliment nommé un brassage interespèces.

Jour dix-sept, Sem, la fille de Noé, se rend compte entre deux vomis que le déluge a finalement cessé et qu’une merveilleuse île se profile à l’horizon. Sur le paquebot géant, c’est la débandade ! On interrompt sec la partouze en court pour enfin mettre pieds et pattes sur la terre ferme. 

Mais pour Sem, c’est le début des ennuis. Entre deux nuages, Dieu refait des siennes en lui ordonnant d’être fécondée d’ici cinq jours, sinon Paf ! Il extermine tou·tes les survivant·es ! Évidemment, les deux frères et le père de la jeune fille étant les uniques rescapés mâles de l’espèce humaine, le scénario qui se dessine est des plus glauque.
Elle se lance alors dans une cavale débridée, en quête d’un potentiel organe représentant masculin errant sur cette île inexplorée et pleine de promesses. Pleurant son amour, Orang-Outan massacré par son salaud de père et ses sbires, elle va de galère en galère en tombant sur un macho de première catégorie puis sur un pétomane fasciste. Sans oublier que son géniteur est toujours à ses trousses, bien déterminé à en faire une mère pondeuse.

Émilie Gleason (autrice du géniallisme Ted Drôle de Coco), reste fidèle à elle-même et signe une BD Cul truculente et improbable. Ça part dans tous les sens, ça baise dans tous les coins, dans toutes les positions et par tous les orifices. Et pourtant, derrière cet aspect déglingo-crado se dessine une critique sans détour de la condition féminine, qui ne semble pas s’être tant amélioré que ça depuis l’époque de Sem. Affreux, bêtes et méchants, la poignée de mecs que l’on croise ne donnent pas vraiment envie que l’humanité soit sauvée.
Mais quel destin attend cette première femme,qui détient entre ses cuisses l’avenir de l’Homme ?

 

Émilie Gleason L'origine du Monstre couverture
Les Requins Marteaux

Collection BD Cul
160 pages
Caroline

À propos Caroline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Il a fallu apprendre à lire dans le noir Vincent Lafaille

Vincent Lafaille – Il a fallu apprendre à lire dans le noir

Dans le livre de Vincent Lafaille, intitulé Il a fallu apprendre à lire dans le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money