Accueil » Actualité » Entre découverte et préservation
Entre découverte et préservation

Entre découverte et préservation

Si les livres ont le pouvoir de faire rêver et voyager, de pousser les portes de mondes merveilleux et incroyables, ils détiennent également le don de transmettre des messages forts qui ébranlent et impactent de manière décisive celles et ceux qui les lisent. En cette période de fêtes de fin d’année où l’on est poussé·es à consommer encore plus que d’habitude, voici une sélection d’albums jeunesse qui incitent à faire un pas de côté pour découvrir et respecter le vivant.

 

L’agriculture est au cœur de nombreux débats : bio, AMAP, production intensive et élevage en batterie sont autant de termes que l’on entend dans les médias ou que l’on peut lire sur les étiquettes de ce que l’on consomme. Si la possibilité de bien se nourrir est un marqueur social et a un impact direct sur la santé et l’environnement, celle de bien produire se révèle être confrontée à des facteurs équivalents. 

Claire Lecœuvre et Arnaud Tételin ont sillonné une partie de la France pour partir à la rencontre de celles et ceux qui travaillent la terre et ont regroupé leurs histoires et leurs témoignages dans un album touchant : Les Pieds dans la terre.

Les Pieds dans la Terre Claire Lecœuvre Arnaud Tételin image
Au cours de ces cinq récits de paysan·nes, c’est également les portraits d’un pays et d’une société qui se dessinent sur une période allant des années 40-50 à aujourd’hui. On y suit l’évolution des méthodes d’agroalimentaire, la pression du rendement privilégiant la quantité au détriment de la qualité, l’apparition des pesticides et l’arrachage des haies et des arbres qui délimitaient les parcelles.
On y entend la voix de Sophie, qui a fait le choix de laisser le confort d’un emploi stable, mais dénué de sens pour se lancer dans une agriculture bio. Celle de Josiane qui se souvient de ses grands-parents et de ses parents rompus par le travail à la ferme, et de Christian qui explique comment il est revenu à une exploitation laitière beaucoup plus respectueuse des animaux et de l’environnement.
Ces enfants de paysans et de paysannes voient l’impact des produits chimiques, déplorent la perte du terroir, la disparition des hirondelles et la précarité de leurs métiers pourtant vitaux et nécessaires à toutes et tous. 

Sans jamais prendre un ton accusateur ou moralisateur, Les Pieds dans la terre regroupe des portraits de famille sincères et touchants sur trois générations. Tout en témoignant des changements rapides constatés en un siècle qui ont transformé les paysages et les activités paysannes d’une manière encore en évolution, ce livre célèbre ces hommes et ces femmes et leur amour de la terre et du vivant, qui conscientisent le futur en préservant un héritage riche, semé de craintes et d’espérances. 

Les Pieds dans la Terre Claire Lecœuvre Arnaud TételinLes pieds dans la terre
De Claire Lecœuvre, illustré par Arnaud Tételin
80 pages
Les éditions des éléphants

 

 

Trois présentateur·ices chics et de choc animent un show sur la bourrinologie, une science pointue autour de la destruction de l’ensemble du vivant par l’humanité. Mais loin de s’en alerter ou de chercher des solutions, iels semblent s’en délecter et s’émerveiller des moyens mis en place par les lobbies de l’agroalimentaire, du textile ou encore de l’informatique pour ruiner les ressources de notre planète. 

À chaque épisode, iels entrainent un·e stagiaire plein de bonne volonté sur la piste de la déforestation de la forêt amazonienne, la pêche intensive ou bien la récupération des terres rares. Mais malheureusement, aucun·e jeune ne tient le coup face au terrible rouleau compresseur commandé par les GAFA ou autres géants capitalistes, écrasé·es sous les montagnes de déchets ou encore asphixié·es par leurs émanations toxiques.

Les bourrinologues Lucie Castel Nicole Augereau Grégory Jarry image
Critique acide de ce qui nous attend, voir de ce qu’il se passe en ce moment même, Les Burrinologues est une bande dessinée présentant sans fard ni détour les aberrations de notre société actuelle. Initialement publiés dans le magasine Géo Ado, les épisodes regroupés dans ce premier volume à l’humour satyrique ont un effet coup de poing, analysant avec une finesse qui ne manque pas de sel les absurdités mortelles et dégueulasses inventées pour répondre à une surconsommation aveugle. Ce non-respect total et assumé de l’écologie, des conditions humaines et animales amené sous forme de show télé méprisant et inepte tape dans le mille et fait froid dans le dos.

Pourtant, en articulant cette critique sociale de cette manière franche et comique sous la forme d’une BD rendant des évènements parfois compliqués à appréhender compréhensifs à toutes et tous, ce livre réveille et bouscule. Permettant une prise de conscience sans détour qui ne peut que donner envie d’essayer de faire bouger les choses à son échelle, Les Bourrinologues est à mettre en toutes les mains.

Les bourrinologues Lucie Castel Nicole Augereau Grégory JarryLes Bourrinologues
De Lucie Castel et Nicole Augereau, illustré par Grégory Jarry
48 pages
Milan éditions et Bayard jeunesse, collection Bande d’Ados

 

 

 

 

Si aujourd’hui on dénombre environ 8 milliards d’êtres humains sur Terre, ce n’est rien comparé à la population à la fois passionnante et fourmillante des insectes. En effet, il y aurait prés de 10 quintillions de bébêtes volantes, grouillantes et rampantes autour de nous !

Passionnée par ce qu’elle surnomme affectueusement les « bestioles », Élise Gravel leur dédie un album farfelu et amusant : Le Fan-club des petites bêtes. Après le tout aussi génial Fan-club des champignons où l’autrice se penche sur ces minuscules merveilles de la nature, elle invite de nouveau les lecteurs et lectrices à réfléchir sur le monde qui les entoure et à en observer la richesse.

Le fan club de petites bêtes Elise Gravel image

Dans ce livre plein de malice, elle présente certaines de ses bestioles préférées comme l’étrange phasme, l’envoutante mante religieuse, ou encore le bousier costaud et regroupe des faits cocasses concernant les invertébrés (saviez-vous par exemple que les vers de terre possèdent dix cœurs ou que les abeilles ont les yeux poilus ?).
Grâce à ses dessins rigolos et à son vocabulaire simple et accessible, Élise Gravel parvient à rendre une tarentule mignonne en expliquant qu’une variété en particulier s’allie avec un crapaud tout riquiqui pour former une entraide unique (appelée également relation symbiotique) !

Avec humour et tendresse, l’autrice sollicite notre curiosité en nous poussant à découvrir et mieux comprendre ce monde lilliputien et frissonnant détenant une richesse incroyable. Souvent mal aimés et même redoutés, les insectes sont la plupart du temps bien inoffensifs et ne piquent ou ne mordent les humain·es uniquement pour se défendre. De plus, comme tout être vivant, ils sont nécessaires à l’équilibre de l’écosystème terrestre et il est donc plus important que jamais de ne plus les craindre, mais de les protéger. 

Le fan club de petites bêtes Elise GravelLe fan club des petites bêtes
d’Elise Gravel
64 pages
Alice jeunesse

À propos Caroline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Fentanyl Flowers Émilien Chesnot

Émilien Chesnot – Fentanyl Flowers

On place trop souvent la pratique de la poésie en dehors de la réalité des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money