Accueil » Littérature Américaine » James Lever – Moi, Cheeta

James Lever – Moi, Cheeta

Dans la grande tradition de la littérature contemporaine américaine, il est fréquent de tailler un costard à l’empire cinématographique hollywoodien. Des auteurs comme James Ellroy ont fait éclater le glamour et révélé l’envers d’un certain Hollywood des « fifties » démontrant méthodiquement comment la quête de reconnaissance poussait certains à mal tourner. Steve Erickson faisait exploser le glamour d’Hollywood pour mieux nous faire comprendre l’influence que pouvait avoir un film sur un monteur de génie. Dans un registre plus trash et désabusé les univers de Bruce Wagner ou Bret Easton Ellis ont révélé ce que ce cinéma là a engendré comme rejetons.
Avec « Moi, Cheeta » James Lever s’attache à décrire un univers hollywoodien à travers les yeux malicieux et vivaces de Cheeta. Dans cette biographie ô combien rocambolesque et espiègle, le lecteur voit ce système, et les humains qui y vivent, comme s’il les observait dans un zoo. Nos habitudes sont mise à mal, le star-système se cristallise dans la plus absurde grandiloquence et Cheeta s’amuse et s’épanouit dans ce monde.
De son enfance dans la jungle à sa capture, de son voyage en bateau à son séjour chez l’éleveur, de sa presque fin tragique dans un laboratoire à son arrivée à Hollywood qui sera sa consécration et qui de son propre aveux sera ce qui lui aura sauvé la vie, Cheeta dans sa biographie nous régale de détails et d’anecdotes croustillantes.

James Lever a écrit un magnifique roman sur l’amour d’un cinéma et d’un univers qui a très certainement dû bercer une partie de son enfance. Avec cette vraie fausse biographie mais surtout cet amour véritable pour ce personnage, l’auteur promène ses lecteurs dans l’Hollywood de l’âge d’or. L’écriture est belle et inventive, certains passages amusent et très souvent touchent le lecteur. Car la vision d’un singe sur ce monde d’humain démontre à quel point nous nous ressemblons et sommes différents à la fois.

Une belle découverte, un texte drôle, audacieux et touchant, magnifiquement traduit à quatre mains par Cyril Gay et Théophile Sersiron. Un univers qui fourmille de détails, James Lever a écrit très certainement le plus bel hommage à Hollywood et à ses animaux acteurs. Encore une belle découverte du Nouvel Attila que décidément rien n’arrête cette année.

CV-CheetaLe Nouvel Attila,
367 pages,
Trad. Théophile Sersiron, Cyril Gay

Ted.

En bonus: Traduire un singe par Cyril Gay & Théophile Sersiron!

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

sang et stupre au lycée kathy acker

Kathy Acker – Sang et stupre au lycée

On ne peut entrer dans l’œuvre de Kathy Acker en fonçant tête baissée. Ce serait …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money