Accueil » Fantasy/SF » Octave Béliard – Les petits hommes de la pinède

Octave Béliard – Les petits hommes de la pinède

Une nouvelle collection vient d’être lancée chez les éditions de L’Arbre Vengeur. ” Fantascope” est née sous l’ impulsion de sa directrice de collection : Fleur Hopkins-Loféron.

”inspirée par l’appareil optique du même nom qui permettait à Étienne-Gaspard Robertson d’invoquer les spectres des êtres aimés et de grandes figures historiques lors de séances de fantasmagorie, cette collection se donne pour but de conjurer certains textes méconnus ou oubliés du mouvement merveilleux-scientifique”

Une nouvelle collection, donc qui promet d’être passionnante et introduite à merveille par sa directrice. Ce qui est crucial lors d’un lancement d’une nouvelle collection, c’est de frapper fort avec le premier titre proposé pour marquer les esprits et imposer cette collection comme une référence en la matière. Un pari totalement réussi avec ” Les petits hommes de la pinède” d’ Octave Béliard.

Bien que son nom parle à peu de gens aujourd’hui, il fut une figure éminente du ” merveilleux-scientifique” et participa activement à la création du’ ‘Groupement des médecins écrivains’ ‘ en 1949. Médecin de profession, à Nantes, Octave Béliard était un passionné de médecine, mais aussi d’ occultisme, de martinisme, de journalisme et d’histoire. Une grande curiosité et richesse intellectuelle qui alimenta ses récits toute sa vie durant, pour proposer des récits de ” merveilleux-scientifiques” souvent à la marge des genres, offrant ainsi un nouveau regard sur le monde et ses possibles.

L’ Arbre Vengeur, mettant les petits plats dans les grands, propose son livre phare, dans une version intégrale qui ne fut jamais éditée. Augmentant le livre avec une préface érudite et passionnante de Fleur Hopkins-Loféron, nous apportant une contextualisation et une analyse fine de l’oeuvre, de l’auteur et du mouvement.

Alors que Moranne, l’auteur du récit, vient de décéder dans l’asile où il était interné, depuis le meurtre d’un vieux scientifique, ami de son père, et d’hypothétiques enfants, lors d’un incendie monstrueux. Ceinture, son médecin, propose à son invité, de lire le carnet de Moranne pour en savoir plus sur cette étrange biologiste, talentueux à une époque, qui semble avoir basculé dans la folie.

Un récit qui revient sur sa rencontre avec un savant farfelue, Dofre, vivant reclus dans les landes, un spécialiste du nanisme, qui par ses expériences aurait réussi à créer une nouvelle espèce d’humains, et crée une nouvelle civilisation, considérant Dofre comme une divinité…

Quel bonheur que cette réédition. Ce récit est tout bonnement passionnant et ne souffre jamais de problème de rythme. Maniant habilement le genre de la Science Fiction et du Fantastique, l’auteur arrive à l’ancrer dans un présent qui était le sien, ce qui donne un charme fou à son récit. On pense aux voyages de Gulliver, forcément, mais aussi à ces récits d’explorateurs parcourant inlassablement les Terras Incognitas pour nous offrir des rencontres saisissantes qui fonctionnent un peu comme un miroir tendu, donnant en écho un regard passionnant sur nos modèles de société et l’Histoire de ces dernières.

D’inspiration gothique, le livre d’Octave Béliard n’est pas sans rappeler, par son style et sa forme les nouvelles de Poe, ou le Frankenstein de Shelley voir le Horla de Maupassant. Tour à tour malicieux récit de démiurge scientifique, témoignage de la folie ou encore étude anthropologique d’une société de liliputs,” Les petits hommes de la pinède” témoigne d’ une certaine élégance et finesse du récit fantastique. Un texte qui ne peut être considéré que comme une œuvre littéraire magistrale de par son écriture pleine de nuances et son propos passionnant offrant un regard sans concession sur notre rapport aux autres et à notre environnement.

Une réédition plus que bienvenue, un témoignage d’une littérature de genre qui n’aura jamais fini de nous surprendre et de nous enthousiasmer, et avec cette nouvelle collection ” Fantascope ” nous promets encore de belles découvertes de notre patrimoine littéraire définitivement inépuisable.

 

L’Arbre Vengeur,
Collec. Fantascope,
376 pages,
Ted.

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Shaun Hamill – Une cosmologie de monstres

Shaun Hamill est un peu l’énigme de la collection Albin Michel Imaginaire. Détonnant avec les reste de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money