Accueil » Actualité » Pauline Lecerf : TUT
Couverture Pauline Lecerf TUT

Pauline Lecerf : TUT

Première bande dessinée de l’artiste Pauline Lecerf, TUT est un voyage décalé en noir et blanc où l’on suit les traces et les vagabondages métaphoriques d’un personnage à l’allure de patate un peu molle. Étrange vous direz-vous, intriguant même : où donc l’autrice cherche-t-elle donc à nous emmener ?
Tout simplement sur le fil de ses réflexions, de la plus philosophique à la plus banale, qu’elle explore dans vingt-six histoires abordant des sujets allant du langage des coups de Klaxon à la silhouette longiligne des lampes, en passant par sa relation avec les hommes ou la dynamique de l’Art contemporain.

Pauline Lecerf TUTImage Pauline Lecerf TUT

Si au premier coup d’œil ce livre paraît dépouillé, la lecture nous révèle le soin avec lequel l’autrice travaille les détails sensitifs, notamment en y intégrant des sons et des bruits en les retranscrivant sur le papier à l’aide d’onomatopées choisies. Dessinés en minuscule ou bien imposants et jaillissants, ils sont partout et rythment la BD avec finesse et humour. 

D’ailleurs, dans TUT, rien n’est laissé au hasard et tout va droit à l’essentiel. Le trait et la mise en page épurés cèdent ainsi la belle part à la réflexion, qui en quelques mots seulement exprime énormément. L’acuité loufoque dont fait preuve Pauline Lecerf pour appréhender son quotidien devient alors presque contagieuse, et l’on se surprend à s’interroger soi-même sur la fresque de notre vie. Comme on s’y cache, on s’y perd et on s’y oublie les uns les autres. 

Beaucoup de choses se dissimulent entre les lignes, sous le couvert d’une simplicité du dessin et d’un texte allant à l’essentiel. Le peu de moyens révèle un esprit critique poétique et acide, une dynamique qui touche : TUT fait rire, fait réfléchir, questionne notre société et nos habitudes, petites ou grandes.

Sous couvert d’un décalage quasi dystopique, Pauline Lecerf analyse l’humanité d’aujourd’hui, avec tout ce qu’elle possède d’étrangement drôle et de tristement dénaturé.  

Pauline Lecerf TUTÉditions Magnani
200 pages
Caroline

À propos Caroline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Fanny Wobmann Les Arbres quand ils tombent couverture

Fanny Wobmann – Les Arbres quand ils tombent

Comment capturer les vibrations d’un monde en perpétuel mouvement tout en se débarrassant des lianes étouffantes qui nous collent la peau, parvenir à déconstruire et pardonner ? Et surtout, que soulève la chute des arbres, l’abattage des branches qui, jusqu’ici, obscurcissaient la mémoire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money