Accueil » Littérature Américaine » Sabrina Orah Mark – Lait Sauvage

Sabrina Orah Mark – Lait Sauvage

Il va être difficile de parler de ce livre. Un exercice que j’appréhende énormément en commençant cet article. D’emblée et histoire de ne pas vous perdre dans une potentielle logorrhée sans queue ni tête : il faut lire « Lait Sauvage », il faut découvrir l’univers de Sabrina Orah Mark et saluer l’excellente traduction de Stéphane Vanderhaeghe.

Sabrina Orah Mark est une autrice vivant en Géorgie et ayant écrit deux recueils de poésies, Babies et Tsim Tsum. C’est à peu près tout ce que nous savons sur elle. Son site internet, ultra esthétique, nous en apprend guère plus, abordant ses différentes publications, une biographie sur son parcours universitaire, ainsi qu’ une rubrique mensuelle dans le The Paris Review, une rubrique sous le nom de « Fairytale and Motherhood ». Donc vous l’aurez compris, la pêche aux infos est compliquée.

Lait Sauvage, publié chez DO éditions, est un recueil regroupant vingt-quatre textes, offrant autant de possibles que d’impossible pour pénétrer et comprendre l’univers de Sarah Orak Mark.

Car ici, il ne faudra pas s’attendre à un fil rouge, ou encore à être guidé par l’autrice. Quand vous pénétrez dans « Lait Sauvage » vous ne savez ni ce que vous allez découvrir, ni comment et encore moins ce qui vous attend la page d’après. Nous sommes en Terra Incognita, quelque part entre l’urgence de l’écriture, l’interrogation du sens et l’esthétisme pur.

Et c’est en cela que Lait Sauvage devient génial. Comme tout œuvre totale, ce livre n’est pas là pour vous détendre, ni vous plonger dans un récit prenant. Lait Sauvage est là pour vous perdre, vous bousculer, vous interroger et vous secouer. Autant de textes pour autant de possibilités de reconsidérer ce qu’est la vie ou l’art et le besoin de sens pour ne pas tomber dans l’absurde.

Alors, oui, il serait aisé d’en rester là et de vous souhaiter bonne chance, mais ce ne serait peut-être pas le mieux. Il y a une clé de lecture qui m’est apparu importante lors de sa première lecture : lâcher prise, accepter ce que l’on lit sans chercher à lui donner du sens, accueillir le texte en tant que tel et ensuite écouter ce qu’il suscite en nous. La raison n’aura pas toujours sa place, et l’on pourra que saluer cette prouesse de nous pousser autant dans nos retranchements et en même temps être aussi généreuse.

Lait Sauvage ne se lit pas, il se vit. Ce recueil est exigeant, soyons clairs, et je pense même qu’après deux lectures, je passe encore à côté de beaucoup de subtilité. Mais une chose est sûre, c’est une expérience, une œuvre absolue qui se « mérite », pas dans un sens élitiste, mais dans le sens qu’il faut accepter de lâcher prise pour que vivent les textes, accepter de donner de sa personne.

Bref, pour conclure quelque part entre Ben Marcus et Amelia Gray se situe Sabrina Orah Mark.

DO éditions,
Trad. Stéphane Vanderhaeghe,
160 pages.
Ted.

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Jay Kirk – Esquive le jour

Alors que son père est mourant, Jay Kirk part en reportage pour le magazine Harper’s …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money