Accueil » Actualité » Pluie acide – Poussière, une histoire presque vraie.
Pluie acide Poussière couverture

Pluie acide – Poussière, une histoire presque vraie.

Pluie acide, de son véritable nom Morgan Garente, est un jeune auteur de bande dessinée au style graphique et à l’univers alternatifs. Reconnaissable par son emploi de couleurs saturées et par son trait épais et mouvant, il retrace cette fois-ci un bout de la jeunesse de sa grand-mère dans Poussière- Une histoire presque vraie.

Lorsqu’elle était toute gosse, Julia était bercée par les histoires du soir, celles où de preux chevaliers viennent au secours de princesses vulnérables et toutes à leur disposition. Elle voit très vite le problème qui se cache derrière ces contes, emprunts par la misogynie et le sexisme. Ce schéma de la domination masculine semble se répéter chez elle également, avec son père soûlard et gueulard, et sa mère qui s’écrase et arrondit les angles. C’est peut-être tout ceci qui va engendrer chez Julia une volonté d’acier, celle de ne pas se laisser marcher dessus et de s’émanciper coûte que coûte. Pluie acide image Poussière

Alors que la petite famille originaire d’Italie vit depuis peu à Nice, dans un quartier modeste aux abords des champs, la jeune femme décide d’aller gagner sa croute en briquant chez les riches. Elle se voit embauchée par un couple particulièrement aisé, et ne lésine pas sur l’huile de coude pour prouver sa bonne volonté.
Mais elle déchante très vite en voyant le maigre salaire récompensant ses efforts… Ce qu’elle ne manque pas de faire remarquer avec un phrasé ne laissant pas de doute quant à son énervement.Poussière Pluie acide image
image Pluie acide Poussière

Sa franchise et son caractère volcanique vont toutefois lui permettre de devenir très proche, et même intime, de ses patrons et ainsi se voir inviter aux soirées de la jet-set niçoise. Avec ce qu’elle entraine de magouille, de bastons et de mafia.
Cependant, elle ne se laisse pas impressionner par l’opulence et les mots doux, bien décidée à gagner son indépendance et à suivre son rêve : tailler la route à dos de moto !

Pluie acide s’inspire des souvenirs de sa grand-mère, femme de caractère qui n’avais pas peur de foncer dans le tas, s’insurgeait contre les injustices ordinaires et traitait tout le monde d’égal à égal (avec les mots comme avec les poings). Illustrations et récit sont en parfait raccord : le caractère volcanique de Julia, la vie incroyable qu’elle semble avoir eue et la patte graphique surchargée de l’auteur dégagent une ambiance électrique contagieuse. Poussière – Une histoire presque vraie est un roman graphique résolument punk, une biographie survoltée autour de l’émancipation féminine.

Pluie acide Poussière image

Éditions Même pas mal
136 pages
Caroline

À propos Caroline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Philip K Dick – Docteur Futur

En 1960, dans le fameux double numéro de ACE, numéro D-421 , en compagnie de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money