Accueil » Fantasy/SF » Stardust – Nina Allan
"Stardust", par Nina Allan.

Stardust – Nina Allan

Ceci n’est pas vraiment un roman. Ce n’est pas vraiment un recueil de nouvelles non plus. Nous sommes entre les deux. Stardust est un puzzle, un tableau déchiré dont les différents morceaux, une fois assemblées, nous dévoile l’image qui guidait la lecture.

La première histoire de Stardust nous présente Michael Gomez, jeune prodige des échecs et fan de Ruby Castle, actrice de film d’épouvante et d’horreur, restée célèbre pour avoir tué son amant. Il essuie une bête défaite en tournoi, et cette journée mal commencée va prendre une tournure plutôt étrange,
La seconde nous entraîne dans les coulisses d’un cirque, celui que Ruby Castle a quitté pour devenir une star de cinéma. En se rendant dans la prochaine ville de leur tournée, un lanceur de couteaux et son ami Piet, nain du cirque, ramasse en bord de route une jeune fille à l’air sauvage et entourée d’une aura plus qu’inquiétante.
La troisième histoire nous ramène dans les années trente, entre Allemagne et Angleterre, dans les souvenirs refoulés et terrifiés d’un homme dans une fête foraine, entre nazisme en pleine montée en puissance et labyrinthe burlesque et « boschien ».
La quatrième accompagne une jeune femme, poète en devenir, folle amoureuse de son mentor de 80 ans, un « ami » de Ruby Castle qui lui a consacré une œuvre. Obsédée par son amour lointain et sa vie malheureuse, elle est (littéralement?) hantée par une ancienne camarade de classe du lycée.
La cinquième nouvelle (ma préférée!) est racontée par une écrivaine qui a assisté, enfant, dans une Russie post- seconde guerre froide, au lancement et à l’explosion de la première fusée à fusion thermonucléaire russe, le jour même où sa grand-mère est assassinée.
La sixième histoire est celle d’un homme qui fuit et poursuit ses rêves suite à la disparition de sa femme.
La septième nouvelle n’en est pas une, c’est un poème, conclusion parfaite de cette recherche de Ruby Castle.

Nina Allan s’amuse ici avec ce qu’elle appelle un roman fracturé. Les histoires sont indépendantes, mais semblent pourtant intimement liées. Ruby Castle bien sûr, fil rouge ténu et discret, fait une apparition plus ou moins rapide dans chaque histoire, laissant une marque indélébile bien que subtile.
On retrouve dans plusieurs histoires l’ombre d’un chapiteau de cirque ou d’une montagne russe de fête foraine. Les fantômes sont de sortie, certains monstres aussi. Chaque histoire est nimbée d’horreur et de mystère, glissant derrière notre nuque, pendant la lecture, un souffle froid et saisissant. On ne sait pas où vont surgir les monstres, ce qui est vrai ou ne l’est pas, et l’on retrouve avec cette même surprise et ce même saisissement, presque avec stupeur, les liens discrets entre les histoires, rajoutant une dose de cette inquiétante étrangeté qui nous cloue les mains au livre. Entre Christopher Priest pour ce jeu sur la réalité et l’irréel et La Quatrième Dimension pour l’horreur et le mystère, Nina Allan joue avec nous et avec les livres pour tisser une toile beaucoup plus complexe et emmêlée que ce que l’on voit, et je pense déjà avec délectation à la seconde lecture de Stardust, qui me révèlera de nouveaux liens qui m’avaient échappés, m’enfonçant encore plus dans la poésie et l’univers fantasmé et riche de Nina Allan. Les trois nouvelles les plus longues, Poussières d’étoiles (la cinquième), La porte de l’avenir (la troisième) et Le naufrage du Julia, la dernière, sont de vrais bijoux, des perles de novelas, un plaisir de lecture tel que je n’en avais pas eu depuis longtemps, avec des histoires fascinantes, inquiétantes et diablement bien écrites. Pour autant les textes plus courts ne sont pas en reste et quelle que soit la longueur, Nina Allan excelle.
Sans aucun doute le livre à ne pas manquer cette année !
(Et entre nous, la couverture est quand même particulièrement belle !)

stardust couv

357 pages (postfaces de Nina Allan puis de Robert Shearman)
Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Bernard Sigaud
Éditions Tristram

Marcelline

À propos Marcelline

Chroniqueuse/Co-Fondatrice

Vous aimerez aussi

Gene Wolfe – La cinquième tête de Cerbère

En 1972 parait chez Charles Scribner’s Sons, la fameuse maison d’édition d’Hemingway, Thomas Wolfe, Henry James ou encore Edit Warthon, un mystérieux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money