Accueil » Romans Noirs/Polars » Tanguy Mandias- Sangs d’encre
Tanguy Mandias Sangs d’encre

Tanguy Mandias- Sangs d’encre

Vous connaissez déjà le Label 619 des éditions Ankama et sa collection DoggyBags inspirée des vieilles BD américaines des années 50 pour adulte. Cette fois-ci, Tanguy Mandias laisse le dessin au profit du texte en écrivant un recueil de 21 courtes nouvelles illustrées par la team du label (Neyef, RUN, Yuck…) et de la talentueuse Tarmasz pour cette nouvelle excursion du style Pulp à la sauce française.

Tanguy Mandias Sangs d’encre

La promesse du livre? « L’ambiance reste la même mais en laissant plus de place à l’imaginaire, aiguillé ça et là par diverses incursions illustratrices qui viennent apporter la touche DoggyBags originelle ».
Tout commence avec l’arrivée d’une créature à l’aile unique, porteuse d’une valise remplie d’histoires jamais lues par aucun humain, façon boite de Pandore littéraire-horrifique. Lorsque l’ange diabolique ouvre sa malette, c’est un flot de frissons et de légendes, de sangs et de spectres qui s’égraine.

Promesse tenue donc par Tanguy Mandias qui reprend les lignes directives du collectif en laissant le lecteur imaginer à sa guise ce qui se cache dans les zones d’ombres ou les trous d’eau croupie. Les dessins des différents artistes viennent apporter un supplément d’âme au texte, parfois s’inserant entre les lignes non plus en tant qu’illustration mais en tant que continuité. Il faut dire qu’un recueil de nouvelles de DoggyBags sans les traits de ses grands pontes aurait limite été un sacrilège!

 

Tanguy Mandias Sangs d’encre

Tanguy Mandias Sangs d’encre

L’étrange passion de Marco D., Histoires de femmes, The box, (h)exe(n), autant de récits qui parcourent différents décors et époques. Les réalités humaines se superposent aux fantasmagories horrifiques et parfois les dépassent en cruauté. Dans Sangs d’encre, Tanguy Mandias parle de sorcellerie, de burn-out amoureux, de faits paranormaux en boîte, le tout avec des intrigues mystérieuses et des situations glaçantes, mélant les matériaux scénaristiques des DoggyBags au style de Stephen King ou de Neil Gaiman. Du coup, merci Sangs d’encre d’avoir hanté Tanguy Mandias et d’en avoir fait le porte-parole de tes contes macabres!


Tanguy Mandias Sangs d’encre

 

 

 

 

 

 

 

Editions Ankama
Label 619
285 pages
Caroline

À propos Caroline

Caroline
Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Benjamin Whitmer – Evasion

L’évasion aussi bien physique que mentale selon Whitmer. Douze détenus qui, le soir du réveillon …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money