Accueil » Littérature Américaine » William Gaddis – Agonie d’Agapè

William Gaddis – Agonie d’Agapè

agonie-d-agapè-william-gaddisWilliam Gaddis faisait partie, pour moi, de ces auteurs américains mystérieux un peu comme William Gass ou John Barth. Ce genre d’écrivains que l’on appréhende de lire de peur de ne pas apprécier à sa juste valeur l’œuvre que l’on tient dans ses mains. Jugé comme étant un écrivain visionnaire qui aurait pu être le chef de file de la littérature américaine pour apporter un renouveau dans un style qui tournait en rond (je parle des années 50), il aura eu beaucoup de mal à se faire connaître (cela viendra avec son second roman Jr en 1975).

Longtemps on m’a parlé de l’«Agonie d’Agapè » et pendant très longtemps, tout comme le Tunnel de W.Gass, je disais « oui j’essaierai un jour ». Ma décision s’est faite en deux temps. Dans un premier temps en surfant sur le web, j’ai pu me rendre compte que la traduction avait été effectuée par un certain Christophe Claro (un énorme traducteur français doublé d’un excellent écrivain qui mériterait plus de reconnaissance) déjà là c’est venu me titiller les méninges, puis hier faisant du tourisme dans une ville (vacances obligent) je me suis retrouvé dans une librairie qui vendait des livres d’occasion (obsédé des livres oblige) et en farfouillant d’un œil distrait je suis tombé sur l’«Agonie d’ Agapè » pour sept euros. Ne réfléchissant pas trop je me suis dit c’est le moment ou jamais… Hasard ?

Donc ce matin, je me décide et je l’ouvre avec un peu d’appréhension. Et là c’est le choc, le choc des mots, de la qualité des phrases, des idées véhiculées, du rythme et de la poésie, de cette prose tout en finesse renvoyant dans leurs pénates les plus prétentieux écrivains actuels. C’est simple du génie à l’état pur, agonisant, mais du génie quand même. Car ce livre roman/essai correspond cruellement à l’état de santé de l’auteur. Le personnage est agonisant sur un lit d’hôpital et est hanté par un manuscrit qu’il n’arrive pas à finir. Quant à l’auteur, en court de rédaction, il a appris qu’il était mourant et cette information donne du corps à son œuvre. Partant d’un essai qu’il aura essayé d’écrire depuis les années 40 sur l’histoire secrète du piano mécanique, comme le raconte l’éditeur du roman. Mais pour moi cela reste avant tout un cri d’alerte sur la mécanisation et l’avilissement de l’art en simple objet de divertissement, anéantir la beauté et le questionnement pour en faire un vulgaire amusement pour ménagères et enfants capricieux. Et le tour de force de William Gaddis est justement d’intégrer son « histoire secrète du piano mécanique » et de l’utiliser comme ligne rouge tout du long. Une œuvre dense malgré ses 115 pages.

Je ne vous ferai pas l’affront de vous dire c’est génial ! Foncez ! Le livre du siècle ! etc… Je dirai tout simplement que si vous recherchez une œuvre de qualité, avec un travail du traducteur remarquable (ce n’est pas parce que j’admire Christophe Claro que je dis cela), une œuvre qui vous touche et vous change. Une prose magnifique qui n’a rien à envier à Flaubert. Alors si tout ça vous intéresse essayez l’ « Agonie d’agapè ». Un chef d’œuvre.

125 pages

Editions Plon

Ted

Réservez le !

À propos Ted

Ted
Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

La Peur qui Rôde - H.P.Lovecraft

Howard P. Lovecraft – La Peur qui Rôde

Une maison habitée par une entité terrifiante, une chasse aux fantômes lugubre alors que l’orage …

2 Commentaires

  1. Pourquoi dire «  vulgaire amusement pour ménagères « ??? Ce n’est pas ce que dit Gaddis. La décadence du divertissement est la dérive de la démocratie pour le «  troupeau «  , la masse.. il n’est absolument pas question de la ménagère, nulle part!

    • Ted

      Bonjour,
      Merci pour votre retour,
      il s’agissait d’une image pour illustrer mon propos sur la déchéance de l’art en produit de consommation. Le sacrifice du beau pour le fonctionnel ( et qui généralement a pour cible en communication la ménagère de moins de 50 ans 😉 ). Je n’ai aucune prétention d’être un spécialiste apportant une analyse poussée (pour ça il y a l’excellent “L’alchimie de l’écriture” de Brigitte Félix chez Belin). Le ressenti et l’appréciation reste avant tout subjectif et mon article est avant tout là pour inciter des curieux à lire ce livre.

      Bien Cordialement,
      Ted.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money