Accueil » Actualité » Top 5 #Caroline
top 5 un dernier livre avant la fin du monde caroline

Top 5 #Caroline

Cette année 2017 a été vibrante d’émotions apportées par des lectures encore et toujours plus marquantes. C’est toujours un peu compliquer d’en faire un top 5, de peur de blesser ces livres dont on ne parlera pas ici mais qui pourtant résonnent encore au fond de nous…

Entre littérature et bande-dessinée, voici mon podium à 5 étages:

Les Editions  le Berbolgru

Maison d’édition indépendante crée en 2016, Le Berbolgru est spécialisée dans les fanzines hallucinés et les récits mordants. Imprégnée de notre société contemporaine de consommation où l’Homme est de plus en plus névrosé, elle propose des auteurs et illustrateurs triés sur le volet, chacun apportant sa touche personnelle à un grand tableau de débandade affolée et de prise de conscience cynique. Si vous aimez la contre-culture et les recoins sombres de la conscience humaine, chaque parution du Berbolgru, que ce soit sous forme de fanzine ou d’essai, vous régalera.

 

Oublie mon nom, Zerocalcare

 A travers un album graphique introspectif très intimiste et personnelle, Zerocalcare revient sur la mort de sa grand-mère et de son impact sur sa famille, et plus particulièrement sur sa mère. Avec des personnages parfois humanoïdes et parfois anthropomorphiques, il mêle réalité et rêve, présent et passé, le tout avec beaucoup de références pop-culture, de tendresse et des allégories bien pesées. Il revient sur trois générations en y glissant fantasmagories et anecdotes, invoquant une imagination débordante afin de s’expliquer des vérités parfois trop compliquées à percevoir.
Dans Oublie mon nom, Zerocalcare développe une telle analyse de lui-même et des rapports humains que sa lecture provoque des questionnements personnels et un remue-ménage sensitif et philosophique comme il est rare d’en ressentir.

Editions Cambourakis, 240 pages

 

Le coeur de Berlin, Elie Maure

 Simon, la cinquantaine, erre à califourchon sur son vélo dans les rues de Montréal et couche sur papiers le fil de ses pensées et de ses souvenirs. Il y parle de son Berlin son chien dont le décès le hante encore, mais aussi de sa famille, en particulier de son père mystérieux et mélancolique ainsi que de sa soeur Béatrice, enfant joyeuse devenue subitement l’ombre d’elle-même. Plus il noircit les pages et plus les questions et les fantômes du passé resurgissent et lui ouvrent les yeux sur un tabou qui a autrefois scellé le sort de cette famille atypique. Entre réflexion personnelle, enquête sur le passé et prise de contact avec des êtres du même sang et pourtant si inconnus, la narration s’écoule avec une force et une beauté à couper le souffle.
Premier roman d’Elie Maure, le coeur de Berlin est un récit aussi dur que magnifique, qui nous hante toute la journée et dans lequel on a hâte de se replonger. A lire pour découvrir un auteur aussi prometteur que talentueux.

Editions Les Allusifs, 235 pages

 

Personne ne gagne, Jack Black

Autobiographie du célèbre auteur-cambrioleur Jack Black, qui retrace sa vie de 1871 à 1932, de son enfance au couvent à ses premiers flirts avec l’illégalité quelques années plus tard, puis de ses larcins divers et variés à travers les Etats-Unis et le Canada. De saloons poussiéreux à fumeries d’opium, ce témoignage met aussi en lumière l’aspect résolument humain de Jack Black, personne pétrie de contradictions qui, malgré la filouterie indéniable de son métier analyse toujours tout avec intelligence et empathie. Que ce soit sous à bord d’un wagon de marchandise, à cheval dans la nuit polaire ou derrière les barreaux de la pire prison du comté, l’auteur nous surprend et nous ravie par sa perspicacité, sa débrouillardise et sa lucidité saine sur le monde qui l’entoure.
Ce livre épique au sujet contrebalancé a une saveur qui ravira les fans de westerns, d’Histoires et de destinées aux allures d’aventure.

Editions Monsieur Toussaint Louverture, 457 pages

 

Demon, Jason Shiga

Préparez-vous à une bande-dessinée folle, irrévérencieuse, effrénée et surtout à aucune autre pareille!
Tout commence avec Jimmy, grand héros de cette histoire qui reprend conscience dans un motel, bien étonné d’être encore en vie. Il faut dire qu’il se souvient pourtant bien avoir mis fin à ses jours de manière plutôt drastique quelques minutes plus tôt… Après différents suicides réussis dont pourtant il se sort, il va vite se rendre compte qu’il possède une aptitude hors norme jusque là inconnue; celle de pouvoir transplanter son esprit dans le corps de l’être humain le plus proche en suicidant l’enveloppe hôte qu’il squatte. En tentant de renouer les brides du passé il met le doigts dans un rouage sans fin dont il n’est pas prêt de se sortir. Commence alors une traque avec les experts du gouvernement, interpellés par le nombre de machabés qui s’accumulent sur le passage de Jimmy, qui souhaitent trouver en lui la solution de la paix mondiale. Mais c’est sans compter sur l’esprit excrément manipulateur et même quasi-inhumain de ce anti-héros.
A travers un style cartoonesque et une narration cartésienne extrêmement pointue, Jason Shiga explose tout et assemble les engrenages de son scénario fou et méthodique.

Editions Cambourakis, 2 tomes actuellement parus

 

Caroline

À propos Caroline

Caroline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Churchill Manitoba, Anthony Poiraudeau, Inculte

Top 5 – 2017 – Alexandre

A titre personnel, 2017 fut une année où j’ai lu beaucoup de livres parus il …

Laisser un commentaire

Powered by keepvid themefull earn money