Accueil » Fantasy/SF » Angle Mort – #10

Angle Mort – #10

En fouillant les internets à la recherche de perles science-fictivo-fantastiques, vous risquez fort de tomber sur le site d’Angle Mort.
Qu’est-ce donc, me direz vous ? Et bien je suis maintenant en mesure de vous répondre.
Angle Mort est une revue numérique de science-fiction, fantastique et tout autre écrit littéraire ayant goût à l’étrange et le genre. Chaque numéro propose 4 nouvelles qui ont la bonne idée d’être augmentées d’une interview de l’auteur.
Dans Angle Mort, on trouve toute sorte d’auteurs. Des débutants, des confirmés, des français et des étrangers. Angle Mort veut mettre en avant les littératures de genre, mais surtout des auteurs qui écrivent bien et racontent de belles histoires, tout en explorant les multiples possibilités données par le support numérique. Car oui, si tu suis un peu, lecteur, lectrice, tu te rappelles que plus haut, j’ai indiqué qu’Angle Mort est une revue numérique ! Et ils en usent ma foi avec intelligence et habileté pour le moment ! Tous les sommaires des numéros précédents sont sur le site, et les nouvelles sont en accès libre. Celles du numéro en cours se dévoilent au fil du temps (mais sont, à ce jour, toutes là, à t’attendre!). Le numéro en achat t’offre la chance de pouvoir bénéficier des interviews des auteurs, pour la modique somme de 2,99 €, sans DRM bien sûr.

Mais sinon, je te vois venir, que trouve t-on vraiment dans Angle Mort, te demandes-tu ?
Et bien dans ce dixième numéro, ma foi, 5 nouvelles et les interviews des auteurs correspondants, ce qui remplit déjà les objectifs donnés par la revue. Bon point.

On commence par Chronique d’une croissance, de Fanny Charasse.
Un jeune homme confronté à une situation angoissante, bien qu’il ne le ressente pas ainsi, remet en cause la réalité et tente de cloisonner et de recadrer ce qui lui échappe avant que le réel et le fantasme ne se mêle et ne le perde.

Vient ensuite À l’assaut du ciel, de Nina Allan. Premier exemple, dans ce numéro, que de grands noms y laissent des mots.
Pour ceux qui ont lu Stardust, nous retournons ici dans l’univers de Poussières d’étoiles, l’une des plus incroyables histoires de Stardust. Elle nous conte ici la perte d’humanité d’une femme qui suit ses désirs pour accéder au programme Aurora, et la douleur de son amie, pour qui ce départ est autant un déchirement qu’une plongée dans son passé et son histoire familiale.

Moi, la forêt, de Stéphane Meyer, prend la suite de la grande auteure britannique.
Ce jeune auteur français nous emmène dans un road-trip flippant et décalé, au fond des bois. Éveillant nos souvenirs communs de films d’horreurs et de récits d’angoisse, il éclate par la suite tous les poncifs pour une fin magique.

Futouristic.co.uk, du grand et formidable Christopher Priest.
Écrit pour la BBC, cette nouvelle du britannique est exclusive à l’écrit. Voyage dans le temps et jeu sur la réalité sont bien sûr au programme, on parle de Priest, le tout avec un décalage et un humour qui font du bien et nous propose finalement un autre regard sur son travail et ses thèmes de prédilection.

La revue se clôt avec La couleur des angles morts, de Stéphane Beauverger.
Texte fantastique qui se déroule durant la seconde guerre mondiale, des morts mystérieuses de hauts-gradés alliés, une enquête troublante, un enquêteur devenu fou, une vérité indicible… Beauverger rend hommage à Lovecraft, et ça fait bien du bien !

Chaque texte est suivi par une interview de l’auteur par l’un des membre du comité rédactionnel d’Angle Mort, et donne l’occasion de creuser le travail fait sur le texte, le sens vu par l’auteur, celui ressenti par le lecteur, la science-fiction, le fantastique, Ballard, Dick, le monde, la vie…

Une revue numérique qui en est à son dixième numéro déjà, qui fait également peau neuve et qui mérite un large détour, ne serait-ce déjà que pour se délecter des nouvelles mises en ligne gratuitement.
Et qu’on se le dise, 2,99 € pour profiter en plus des interviews fortes intéressantes des différents auteurs ce n’est franchement rien, et les revues numériques, ça ne prend pas la poussière.

Angle mort petitAngle Mort
Fanny Charrasse,
Nina Allan, traduit par Annaïg Houesnard,
Stéphane Meyer,
Christopher Priest, traduit par Michelle Charrier,
Stéphane Beauverger

À propos Marcelline

Marcelline
Chroniqueuse/Co-Fondatrice

Vous aimerez aussi

Vellitt Boe

Kij Johnson – La quête onirique de Vellitt Boe

Kij Johnson est une écrivaine américaine, autrice de deux romans et d’une cinquantaine de nouvelles. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money