Accueil » Fantasy/SF » Camille Leboulanger – Enfin la nuit

Camille Leboulanger – Enfin la nuit

Enfin-la-nuit (1)Une nuit qui ne vient jamais…
Un ciel orangé, aux vives couleurs, qui ne cesse de projeter ses éclats aux quatre coins de la terre. L’éternelle lumière, les jours s’enchaînant aux jours. Au revoir la Nuit.

Quand ce tumulte survient c’est tout un monde qui s’échappe. Les autorités qui ne le sont plus, la population qui s’entre-tue et la sensation d’avoir été des moutons complètement contrôlés par la société de consommation. Une société qui étouffe l’instinct et le rend inerte, absent. Alors quand ces bases viennent à s’effondrer le monde sombre dans le chaos. La nuit ne tombe plus, les humains quant à eux si.

Thomas était policier lorsque la nuit s’est absentée. Voyant la population devenir folle il décide d’échapper à ses obligations et de conquérir les routes, sans savoir que sa femme, à quelques pas de là, est morte sur le bord de la route, seule.  À ses côtés une adolescente, Sophie, qui l’accompagnera à travers cette France rendue chaotique par l’homme. Au fur et à mesure de l’aventure et des péripéties Thomas laissera dans son sillage les ruines d’une nouvelle construction. Mais dans ce nouveau monde y’a-t-il encore de la place pour bâtir ?

“Le ciel était embrasé. On avait bien donné des explications à la télévision, histoires de guerres, de catastrophes, d’ennemis, d’alliés. Des noms, d’autres, beaucoup de noms qui se croisaient sans grande cohérence entre eux. Alors, du coup, les gens étaient dans la rue, le regard plongé dans le feu du ciel. Le grand embrasement. Ravage. La nuit était plus claire que le plein jour. Les lampadaires devenaient inutiles. Le ciel s’était allumé le 23 janvier, sur le coup de 22 h 30. Et si, sur le moment, personne ne comprenait vraiment ce qu’il se passait, il faudrait bien admettre, une semaine plus tard, que la nuit ne retomberait plus jamais.”

Premier roman d’un très jeune auteur, et pour ma part ça commence par un vrai petit chef d’oeuvre…

La particularité de “Enfin la nuit” réside dans l’absence d’arguments. Le lecteur est projeté dans une France dévastée, en proie aux mêmes questionnements que les protagonistes de l’histoire. Que s’est-il passé ? Pourquoi la nuit ne tombe plus ? Cette proximité-là rend le roman plus intime et l’atmosphère chaotique qui s’en échappe rend le récit plus incisif. Camille Leboulanger se sert divinement bien de la catastrophe comme toile de fond pour faire entrer ses personnages dans une introspection tantôt dépressive, tantôt utopique. Au fur et à mesure de l’aventure le cynisme et l’immoralité entrent en jeu rendant les rapports à l’humain plus tendancieux, prêt à se briser aux premiers écarts. Dans ce monde il n’y a ni passé ni futur. On vit parce qu’on respire, instinctivement. On se déconstruit dans cet amas de chaos, on s’oublie dans la violence, l’alcool et le désespoir. On pose ses pieds sur le bitume et on avance, à la recherche de tout … mais surtout de rien.

Camille Leboulanger nous propose ici un roman simple et déroutant. Simple dans sa forme et dans son genre, pourtant déjà tant vu, et déroutant dans son fond, poétique, profond et terriblement sensible. Une plume qui respire incontestablement le talent.

185 pages
Éditions L’Atalante
Ludo

À propos Ludo

Fondateur, Webmaster

Vous aimerez aussi

Steven Erikson – Les jardins de la lune

Steven Erikson commence à bien faire parler de lui depuis que les éditions Leha ont décidé de se lancer …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money