Accueil » Actualité » Ce qui nous touche

Ce qui nous touche

L’amitié peut revêtir bien des formes, réunissant parfois des êtres que tout oppose, se moquant du classement des espèces ou des années qui passent. Célébrant les liens qui nous unissent aux autres, Jim et Plein Ciel explorent également le deuil et les souvenirs, tout ce qui nous touche et qui reste ancré à jamais dans nos mémoires. 

Suite au décès de son chien Jim, François Schuiten s’est heurté au poids l’absence de ce compagnon qui a partagé sa vie. Dans un recueil à la beauté sobre et poignante, il lui rend un dernier hommage en encrant leurs souvenirs communs, toutes les petites habitudes du quotidien avant qu’elles ne commencent à s’estomper.
Nait ainsi une série d’illustrations agrémentées chacune d’une phrase brève, traversées par l’ombre de cet ami perdu. Lorsque les mots ne suffisent plus ou qu’ils deviennent trop douloureux, les images prennent alors le pas, créant un album de souvenirs uniques et délicats.

L’auteur traite avec une justesse pudique de ce lien si particulier unissant chien et homme, la force souvent sous-estimée d’une complicité interespèce créant un noyau familial unique. L’élégance de son trait, ses mots ou encore la galerie de portraits de Jim clôturant ce livre… Tout vibre, est transporté par l’amour de cette amitié impérissable marquée en creux par le chagrin du deuil.
Jim, Lettre d’amour à mon chien possède une beauté mélancolique, qui touchera celles et ceux qui ont eu la chance de rencontrer un animal adoré et de faire un bout de chemin à ses côtés.

Jim, Lettre d’amour à mon chien
François Schuiten
128 pages
Rue de Sèvres
pages 

 

 

 

 

Le jour de ses 78 ans, Émile saute de la fenêtre de son appartement de la résidence Plein Ciel. Aux yeux de ses voisins et voisines qui le connaissent depuis des années, ce geste est aussi douloureux qu’incompréhensible. Surtout pour Martine, amie d’Émile depuis plus de 30 ans, dont la tristesse est immense. Passé le choc et la stupeur, tout le monde s’interroge sur les raisons qui ont pu pousser cet ami de toujours à commettre un tel acte. Sans compter que deux nouveaux locataires emménagent bien trop rapidement dans le logement tragiquement vacant, ce qui ne manque pas d’éveiller bien des soupçons…

Véritable chronique sociale, Plein Ciel s’inspire du quotidien de celles et ceux vivant dans ces barres d’immeubles souvent mal-aimées. Imaginées entre autres par Le Corbusier, ces citées idéales tout en hauteur fourmillent d’éclats de rire, de joies et de peines, et l’esprit d’entraide et les amitiés solides de Plein Ciel ne font pas exception. Explorant une mixité bien éloignée de la gentrification lissée, Pierre-Roland Saint-Dizier et Michaël Crosa saisissent ici un large nuancier de personnalités et de liens, où s’entremêlent les générations et les cultures. L’auteur s’inspire d’ailleurs de sa propre enfance passée dans un logement similaire, prêtant à certains de ses personnages quelques menus détails tirés d’anciennes connaissances bien réelles avec lesquelles il a partagé un bout de palier. 

Certaines pages offrent des vues en coupes des habitudes cachées au-delà du béton. Comme autant de pièces de théâtre d’un quotidien s’activant dans une verticalité de planches  répondant à l’horizontalité bienveillante des liens affectifs, on assiste à des portions de tranches de vies, au rythme d’une microsociété à part entière. Tout en questionnant l’importance des jonctions humaines, intimes et amicales, sur l’héritage et les souvenirs que l’on souhaite laisser derrière sois et le choix de mourir, Plein Ciel célèbre celles et ceux qui aiment leur quartier tel qu’il est, avec ses mélanges et ses hauteurs vertigineuses.

Plein ciel
Scénario de Pierre-Roland Saint-Dizier, illustré par Michaël Crosa
Ankama BD

96 pages
Caroline

À propos Caroline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Ryan Heshka Mean Girls Club La Vague rose couverture

Ryan Heshka – Mean Girls Club, La Vague rose

"Aventure survoltée et jouissive, Mean Girls Club célèbre la sororité sous un angle à la fois badass et rétro. En s’inspirant directement de l’esthétique des magazines Pulp et des codes des Pin-Up, l’auteur crée une galerie de superhéroïnes pro de la gâchette et du coup de massue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money