Accueil » Actualité » Pascale Petit – L’audace

Pascale Petit – L’audace

Pascale Petit est sans doute l’une des voix les plus particulières de la littérature francophone. On pourrait imaginer un lien parental entre elle et Gertrude Stein tant elle déstructure la phrase et son sens comme le faisait l’écrivaine américaine. Elle mélange les genres, abordant la poésie, le roman, le théâtre, le récit ou encore le livre pour enfants. Avec L’audace, elle signe un recueil de poésie aux allures de conte de fées. On suit au fur et à mesure une héroïne, princesse ou non, on ne sait pas, qui attend son prince. Elle ne livre pas un récit de vie mais des réflexions métaphysiques sur sa condition fictive. On voit à travers L’audace un portrait d’héroïne qui capte les interrogations du lecteur. Entre silence et voix, Pascale Petit réussit à garder le mystère intact.

Car la lecture ne dévoile aucune connaissance juste. Elle incite à la réflexion, s’imposant dans un style sans fioriture. On aime se perdre dans ses poèmes invoquant l’ambivalence. Il ne faut pas chercher à éclaircir le mystère. Notre princesse, si elle en est bien une, ne parle qu’à nos vieux mécanismes réflexifs. Le lecteur est sans doute le seul capable de créer le code secret pour l’atteindre. Au fil des pages se construit le désir d’y voir un vrai conte de fées et tout son univers.

Le tour de force de Pascale Petit, dans L’audace comme dans ses précédents livres, est de créer un imaginaire à partir de réflexions, sans placer clairement le décor et décrire le personnage. Ici, il n’y a pas besoin de descriptions de donjons, de robes ou de cheval fougueux. Ce qu’on lit n’est pas le décor mais l’intérieur du cerveau de l’histoire. Pour rentrer dans L’audace, nul besoin de bagages. Il faut juste avoir l’espace nécessaire pour se laisser envahir par les voix et les silences du livre.

Éditions NOUS

112 pages

Adrien

 

À propos Adrien

Passionné de poésie contemporaine et attaché à l'écriture sous toutes ses formes, engagée ou novatrice.

Vous aimerez aussi

Kukum – Michel Jean

Michel Jean s’efface et laisse la parole à Almanda, son arrière-grand mère, sa Kukum, dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money