Accueil » Actualité » Philosophie et magie

Philosophie et magie

Lorsque tout semble sombre, il ne faut pas oublier qu’une petite lueur d’espoir luit quelque part. Le proverbe d’un grand sage ou bien la main tendue d’un ami peuvent devenir étincelles et illuminer les jours un peu trop gris.

Dans un futur que l’on peut imaginer à la fois lointain et cependant trop proche, l’humanité s’est éteinte, victime de sa propre croissance technologique. Les animaux ont à leur tour ployé sous le poids des manipulations génétiques et de la dénaturation du progrès, amenant le chaos sur terre. Seules deux espèces, celle des ours et celle des corbeaux, parviennent à maîtriser les nouvelles facultés qu’ils déploient, pour malheureusement s’en servir à mauvais escient en se plongeant dans une guerre éternelle, sanglante et dévastatrice.

Berthile et le monde sans espoir Maurizia RubinoPetite fille gravitant dans cet univers désolé, Berthile est l’unique survivante des Hommes. Alors qu’elle habite loin de tout dans une cabane isolée, elle fait la rencontre d’Hercule, un ourson capable de parler et même, selon lui, de voler. Peu à peu, ils apprennent à se connaître et à s’apprivoiser pour finalement devenir amis… sans se douter qu’ils sont les pions d’un terrible engrenage. 

Malgré la douceur de ses teintes pastels, Berthile et le monde sans espoir nous plonge dans un univers sombre et hostile peuplé d’animaux dénaturés, dont l’anthropomorphisme entraîne l’apparition des vices humains. Créatures bioniques en quête de domination, ils s’entretuent plutôt que de s’entraider, cherchant à écraser sans comprendre, tout en plaçant leur intellect dans la destruction. Les deux amis vont être victimes de ces manigances belliqueuses, où l’ennemi n’est pas toujours celui que l’on pense.

Cette première bande dessinée de Maurizia Rubino nous plonge dans un univers dystopique, où l’effondrement des uns à entraîné la mutation des autres, où la perte de l’instinct mène à la cruauté et la soif de contrôle. Mais ensemble, Berthile et Hercule prouvent que l’innocence et l’amitié peuvent éclore et changer le cours des choses.
Une lecture poétique sous fond de fin du monde et de guerre de territoire, qui sensibilise sur les valeurs d’entraide et de solidarité, quand les différences deviennent force et illuminent une destinée des plus sombre.

Berthile et le monde sans espoir Maurizia Rubino couvertureBerthille et le monde sans espoir
De Maurizia Rubino
148 pages

Les Aventuriers de l’étrange

 

 

 

Petite anthologie regroupant des proverbes inspirants, Les 120 clés du bonheur nous invite à faire un pas de côté pour prendre le temps de relativiser et de trouver la sérénité. Choisies et illustrées par Guillaume Bianco (Billy Brouillard), ces citations proviennent des quatre coins du monde, issues de l’esprit de grands philosophes antiques comme de chanteurs populaires, pour nous rappeler qu’il est important d’oser, de savourer la simplicité ou encore de rêver. Les 120 clés du bonheur Guillaume BiancoLes paroles de Bouddha, de Brassens, d’André Gide et d’Einstein s’accompagnent de sorcières malicieuses secondées par leurs familiers, figures que l’on croise souvent aux détours des albums et des bandes dessinées de l’auteur. Lilliputiennes et effrontées, elles incarnent parfaitement l’innocence de l’enfance, lorsque l’on ne s’encombre pas de doute et où les obstacles se métamorphosent en terrains de jeux. 

En cas de coup de mou ou de manque de confiance en sois, pourquoi ne pas simplement piocher dans ce joli et précieux livre, afin de profiter de la pointe d’humour et de poésie revigorantes qu’il renferme ? Une de ces 120 clés saura forcément ouvrir la porte de l’inspiration et esquisser un paysage réconfortant dans lequel flâner un moment.
Guillaume Bianco mixe habilement bestiaire du petit peuple et développement personnel au cœur de ce grimoire moderne, à conserver à son chevet, près de soi, pour prendre du recul et gagner un peu de légèreté. 

Les 120 clés du bonheur Guillaume Bianco couvertureLes 120 clés du bonheur
De Guillaume Bianco
248 pages
éditions Oxymores, collection Métamorphose

À propos Caroline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Fanny Wobmann Les Arbres quand ils tombent couverture

Fanny Wobmann – Les Arbres quand ils tombent

Comment capturer les vibrations d’un monde en perpétuel mouvement tout en se débarrassant des lianes étouffantes qui nous collent la peau, parvenir à déconstruire et pardonner ? Et surtout, que soulève la chute des arbres, l’abattage des branches qui, jusqu’ici, obscurcissaient la mémoire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money