Accueil » Actualité » Rim Battal – Les quatrains de l’all inclusive
Rim Battal Jerome Revel

Rim Battal – Les quatrains de l’all inclusive

Rim Battal est l’une des nouvelles voix de la poésie francophone, à la fois populaire et exigeante. Son cinquième recueil confirme l’originalité de son écriture. Les Quatrains de l’all Inclusive ont été écrits dans un hôtel en Sardaigne ; L’un de ces hauts-lieux du tourisme de masse où tout est compris pour le voyage et la détente forcée. Et c’est dans ce bain que se dévoile Rim Battal. Son corps semble lascif et en même temps oppressé par cette obligation du farniente.

Les quatrains de l’all inclusive dévoilent par petite touche ses impressions et la poétesse parle autant du lieu que d’elle-même. Rim Battal décrit sa féminité comme un entre-deux. Une sensualité se dégage des poèmes. Mais il y aussi ses enfants qui jouent dans la piscine. Armée de son téléphone, on l’imagine écrire ces quatrains et tromper l’ennui en affirmant par les mots ce qui la marque au plus profond. En tapant sur son téléphone, elle essaye de comprendre dans un lieu où tout est compris.

Cette poésie est écrite au cœur de notre monde moderne. Souvent au bord de la piscine, Rim Battal se joue des quiproquos. On pourrait lui reprocher d’être une poétesse dilettante. Au contraire, c’est bien dans cet endroit que les poèmes doivent sortir, là où l’imaginaire manque de place. L’All-Inclusive n’empêche pas la complexité des mots et ici dégage un temps où l’écoute de son corps devient nécessaire. Les désirs y sont comme lancinants. Plaquée par la chaleur et l’indolence, Rim Battal construit avec d’autres mots, comme pour ne pas se noyer.

C’est une poésie résolument accessible, qui se laisse savourer comme on savoure un cocktail doux amer. C’est parfois cru et cruel et ne rend pas un portrait facile de la féminité. Rim Battal en parle en comprenant toute la difficulté de sa position. Dans sa préface Guillaume Lecaplain dit ceci : « Rim Battal compose sa littérature depuis cette crête étroite qui réunit dans une même parole la maman et la putain ». La poétesse fait avec sa poésie un exercice féministe. Elle se questionne alors que le patriarcat oblige les femmes à ne pas se penser. Sa poésie en devient une lutte pour échapper aux injonctions, y compris celle de se détendre.

Crédit du bandeau : avec le concours de Jérôme Revel et de La Factorie – Maison de poésie en Normandie

Le castor astralLes quatrains de l'all inclusive Rim Battal couverture

Illustré par Sarah Battaglia

76p

Adrien

À propos Adrien

Passionné de poésie contemporaine et attaché à l'écriture sous toutes ses formes, engagée ou novatrice.

Vous aimerez aussi

Julien Gracq – Nœuds de vie

Un inédit de Julien Gracq ne laisse jamais insensible toutes les personnes amoureuses de littérature. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money