Accueil » Fantasy/SF » Terry Goodkind – L’épée de vérité

Terry Goodkind – L’épée de vérité

56495081Il fallait bien que je le chronique un jour. Pourtant, chaque fois je repoussais l’échéance, je me disais que quelqu’un d’autre allait le faire ou qu’internet regorgeait déjà de quelques centaines de critiques à son sujet. Ce n’est pas facile de chroniquer un auteur qui vous a déçus au fil de ses œuvres. Passer du stade de fan incontestable à son contraire n’arrive pas tout les jours, et entre nous je préfère ça. Parce que la descente aux enfers est quelque peu brutale. Dans le fond, je crois que je porte toujours cet auteur dans mon cœur, pour ce qu’il m’a fait vivre, c’est-à-dire l’entière partie de mon adolescence à aujourd’hui. Je me remémore encore les nuits blanches à boire ses écrits avec une avidité qui semblait dépasser la raison pour certains.

Lorsque Terry Goodkind lance sa série en 1994, il ne se doutait pas qu’il allait au devant d’un succès planétaire. Il nous conte une histoire, pourtant simple dans la forme, qui a su développer un fond d’une richesse incroyable, de personnages charismatiques et d’une épopée fantastique aux multiples péripéties innovantes.

Rien ne prédestinait Richard Cypher, guide forestier, à devenir l’homme qu’il est aujourd’hui… rien… hormis sauver une belle inconnue dans la forêt d’Hartland. Alors qu’il cherchait des indices sur la mort suspecte de son père, il découvre, en plein cœur de la forêt, Kahlan, en proie avec un quatuor. Ce premier contact marquera son destin et celui de milliers d’autre personne.

Alors que beaucoup de thèmes sont abordés dans la série, notamment l’amour, l’amitié, l’abnégation, le courage, la fierté, Terry Goodkind semble faire l’apologie de la souffrance. Il fait évoluer ses personnages par cet intermédiaire et leur donne du fil à retordre. Le massacre, la violence, le viol, la perte d’être cher, la folie, il joue avec tous ces thèmes d’une manière parfois subtile, parfois trop brutale mais sait insuffler de la profondeur à ses romans. Vous en baverez autant que les protagonistes et ce, parfois, sur des dizaines de pages. C’est peut-être ce qui fait que son récit reste accrocheur malgré tout. Une pointe de compassion, un zeste d’empathie et on embarque avec eux.

Terry Goodkind a des choses à nous dire et il le fait de façon incroyable jusqu’au milieu de sa série, ou celle-ci, prend à chaque ligne, une tournure inattendue. Chaque livre regorge d’une leçon, une leçon de Sorcier, qui accompagne et met parfaitement en scène les événements en cours. Malgré les répétitions, les discours parfois trop légendaires et un poil américanisés, les héros sont d’une richesse à couper le souffle. Richard se voit accompagner d’une quantité de personnage tous aussi charismatique les uns que les autres. Des sorciers légendaires, des gardes du corps dévoués et touchants, des Mords-Siths aussi brutales que fidèles et une femme aux parfums enivrants. Enivrant de beauté, de tendresse, de combativité, de respect, une femme qui fait graviter l’histoire autour d’un thème majeur, l’amour.

Les ennemis ne sont pas en reste non plus. Chaque antagoniste apporte son lot d’horreur et de folie et renforce, avec précision, les idéologies barbares qu’il véhicule. Dans chacune de leurs exactions ils ont la sensation de faire et vouloir le bien autour d’eux. Ce genre de schéma s’insipre d’une violence et d’une cruauté sans borgne, qui flirte parfois sur les frontières du pervers et de la gratuité. Alors, le combat n’en devient que plus investi et vindicatif. Mais à quel prix ?

Au milieu se sa série, Terry Goodkind plonge et la descente semble ne plus s’arrêter jusqu’à la trilogie finale. Son intrigue ne tient plus que dans un mouchoir de poche et le reste de son roman tend à nous rappeler ce qu’il s’est passé dans le précédent. Toujours sous le couvert de monologue politique et moralisateur, Richard devient le porte parole d’une philosophie bien trop présente chez l’auteur. Les péripéties balbutient, les personnages tournent en rond et l’histoire bat de l’aile. Il faudra attendre le tome 9 pour que l’auteur renoue avec son succès passé. Il reviendra à la base et redécorera ses romans de nouveaux enjeux, de méchants encore plus dévastateurs et d’une quête finale aussi épique qu’originale. Welcome back Mister Goodkind.

Alors qu’il semblait avoir fini d’écrire sur son univers, le revoilà encore une fois … et peut-être pas aussi en forme que lors de sa trilogie finale. L’envie y est, l’histoire aussi, mais ça sent beaucoup trop le vécu. Richard et Kahlan sont de moins en moins crédibles et l’auteur semble trop jouer avec ce qui a fait son succès. Les thèmes abordés sont fades, les ennemis transparents et l’univers quelque peu fragile. Alors attendons, attendons de voir si l’auteur saura se relever à son niveau d’antan. Personnellement je ne rêve que de ça.

532 Pages

Éditions Bragelonne

Réservez le !

Ludo

À propos Ludo

Fondateur, Webmaster

Vous aimerez aussi

Jack Finney – Body Snatchers

Jack Finney revient sur le devant de la scène ce mois-ci grâce au superbe travail d’édition du Bélial’. L’auteur …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money