Accueil » Fantasy/SF » Ursula K Le Guin – Cinq chemins de pardon

Ursula K Le Guin – Cinq chemins de pardon

Dans le cycle de l’Ékumen (à prononcer : É-kou-mèn), figure le titre «  Cinq chemins de pardon ». Ce libre publié en 1995 en langue anglaise a la particularité de ne pas être un roman dans le sens classique du terme, Mais ce n’est pas non plus un recueil de nouvelles à proprement parlé. Ainsi l’autrice en publiant «  Cinq chemins de pardon », se propose d’évoluer dans une sorte de zone grise en se jouant de la forme pour proposer cinq récits interconnectés se déroulant tous sur Werel et Yeowe, deux planètes appelées à rejoindre l’Ékumen.

Cette interconnexion d’époque et de géographie pourrait s’apparenter à la forme de la chronique. Mais là encore, malgré le format concis des cinq histoires, l’autrice, à son habitude, est une écrivaine de la contemplation, de l’intime et de l’introspection. Autrement dit le format bien que rapprochant ne collerait pas. Ce qui fait la force du livre, est peut-être finalement plus subtil, Un recueil qui chercherait avant tout à se détacher du formalisme pour proposer autre chose, pour atteindre aussi par ce biais là une forme de vérité.

Publié initialement en France par les éditions de l’Atalante, dans la collection La Dentelle du cygne, en juin 2007, l’édition française ne comportait jusqu’alors que quatre des cinq nouvelles. Nous pouvions retrouver la cinquième nouvelle dans un autre livre publié en format court individuel en 2017. Ainsi, en proposant en 2023 une réédition du titre, nous pouvons enfin parcourir Werel et Yeowe dans son intégralité comme le souhaitait l’autrice.

Werel et Yeowe pourraient fonctionner comme une variation autour du colonialisme. Le peuple de Werel ayant colonisé Yeowe afin de l’exploiter et de mettre ses habitants en esclavage. Créant ainsi des propriétaires et des soumis (appelé ici des Mobiliers). Un univers double finement développé par Ursula K. Le Guin ( comme à son habitude), d’une Histoire et d’une cohérence ethnologique et sociologique redoutable, ce qui ajoute une profondeur supplémentaire aux cinq récits. En bonus, vous disposez d’appendices à la fin du livre pour donner des éléments de contexte autour du système planètaire Werel & Yeowe, ses seize planètes, les modèles de sociétés, les religions, les relations avec l’Ekumen ainsi que l’Histoire des peuples.

Et vous le voyez venir gros comme une baleine au milieu d’un rond point de campagne un dimanche matin, qui dit Esclavagisme, parle aussi de soulèvement, de libération et enfin d’émancipation. Au-travers des cinq nouvelles, et dans le style que nous lui connaissons, l’autrice nous parle avant tout de l’Humain. Qu’il s’agit-ce de rapport, entre dominant et dominé, d’homme et de femme, de générations différentes, d’oppositions idéologiques, … l’autrice ausculte inlassablement la mécanique humaine au travers de son mode de fonctionnement avec son environnement, sa culture et ses interactions. Ce qui était déjà vrai pour « Les dépossédés », « La main gauche de la nuit » ou encore « Le dit d ‘Aka » l’est d’autant plus pour «Cinq chemins de pardon ».

La grande force de l’autrice, et c’est très certainement une de ses nombreuses signatures, est cette capacité à prendre le temps dans son récit. Ainsi par cette habilité et sans jamais tomber dans une narration d’ambiance souffrant souvent d’un problème de rythme, Ursula K Le Guin, comme une compositrice arrive à mener sa partition brillamment pour s’assurer que son univers et son propos se déploient lentement mais vous marque profondément. C’est une forme de narration poétique cherchant à transmettre une vérité universelle pour vous toucher et vous marquer durablement.

Ressortir en 2023 « Cinq chemins de pardon » est un beau cadeau fait au lecteur de Le Guin, mais est également l’occasion pour de nombreux-ses lecteurs et lectrices de découvrir un peu plus la grandeur et le talent d’une autrice de génie. « Cinq chemins de pardon » dans son écriture subtile et belle nous bouscule, nous agace, nous fait voyager ou rêver, nous touche, bref nous fait vivre une expérience comme seul Ursula K Le Guin était capable de nous offrir. Un immanquable de ce début d’année.

Éditions l’Atalante,
Collection La dentelle du cygne,
trad. Marie Surgers,
345 pages,
Ted.

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Bernard Fischli Mandragore couverture

Bernard Fischli – Mandragore

De ce trio bancal, où chacun cache un passé trouble et lourd de secrets, vont germer aussi bien l’amitié que la trahison, le doute que la solidarité. Alors qu’ils s’enfoncent toujours plus profondément dans des paysages étranges et inconnus où ne chante aucun oiseau ni ne bruisse aucune vie autre que végétale ou humaine, le climat se fait de plus en plus hostile et de nombreux dangers se dessinent. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money