Accueil » Actualité » Interview editeur: E-Fractions Éditions

Interview editeur: E-Fractions Éditions

E-Fractions Éditions fait de plus en plus de bruit. Editeur de Mark SaFranko, Olivier Marinelli ou encore Guillaume Chérel, cette maison d’éditions propose ses publications à la carte en librairie ou en téléchargement sur leur site. A l’occasion de la publication en format papier de Minable de Mark SaFranko nous avons posé quelques questions au maitre des lieux:

1/ Qu’est-ce qui vous a décidé à sauter le pas et à créer votre maison d’édition?
2/Pourquoi avoir choisi de travailler dans ce domaine?

Si je peux me permettre, je répondrais à vos deux premières questions en même temps parce qu’elles sont étroitement liées l’une à l’autre.
La fondation d’E-FRACTIONS ÉDITIONS est la suite logique de mes engagements personnels pour la littérature et particulièrement la littérature contemporaine, c’est à dire pour celle qui nait sous la plume d’écrivains vivants qui tentent, tant bien que mal, de se colleter avec ce monde et de nous en dire quelque chose qui échappe au discours et à la langue commune.
Que je me décide à me jeter sur ce versant là de la bataille : la publication et la diffusion de cette littérature contemporaine, tout au moins d’une petite partie, n’a été possible qu’après ma rencontre avec Paul Leroy-Beaulieu. Paul avait des idées et la maîtrise du numérique dans lequel nous voyons un nouvel outil de diffusion des œuvres. Nous nous rejoignions sur l’éthique, et la confiance l’un en l’autre est née très vite et ne se dément pas aujourd’hui.

3/ Quelle est votre politique/ligne éditoriale?
Sur ce point aussi, avec Paul, nous étions d’accord : l’envie de promouvoir des voix singulières portées par des langues qui le seraient tout autant. Nous ne voulions pas réduire notre politique éditoriale à un genre. Nous ne voulions pas nous enfermer ni nous priver de la joie d’une découverte quelle que soit la forme choisie par son auteur.

4/ Comment choisissez-vous les textes, les auteurs avec lesquels vous allez travailler?
En les lisant. Nous assumons parfaitement toute la subjectivité qui préside à nos choix. Une voix ce n’est pas un scénario dont on peut dire, de façon objective qu’il est bien ou mal ficelé, non, une voix nous parle, nous touche ou nous laisse indifférent, et cela est parfaitement subjectif.
De même qu’un sujet d’actualité qui pourrait nous laissé espérer un « coup d’édition » est objectivement analysable mais vient se heurter à l’éthique qui nous fonde tout autant l’un que l’autre.

5/ Comment se passe le travail avec l’auteur (et le traducteur le cas échéant) depuis la sélection de l’ouvrage jusqu’à sa sortie?
En de nombreux aller-retour, lectures et relectures, avis partagés et confrontés, comme dans toutes les maisons d’éditions j’imagine.(sourire)

6/ Un coup de projecteur sur une sortie plus ou moins proche?
Toute notre rentrée ! (Sourire)
Honnêtement, pour le moment nous nous offrons le luxe de ne publier que des textes que aimons de façon aussi singulière que chacun d’entre-eux est unique.

7/ Quel(s) texte(s) auriez-vous voulu publier?
Des centaines… J’aurais aimé découvrir Henry Miller ou John Fante, Pierre Michon ou Guillermo Rosalès, publier « Putain d’Olivia » de Mark SaFranko, les premiers textes de Sébastien Doubinsky ou Catherine Ysmal… Impossible de vous sortir une liste exhaustive de tous les textes ni de tous les écrivains dont les voix m’ont secoué depuis que je sais lire… Et je crois pouvoir dire sans m’avancer qu’il en est de même pour Paul. C’est la raison pour laquelle, au-delà de notre activité d’éditeur nous numérisons, diffusons et distribuons via notre concept d’ebook-cartes, les catalogues d’autres éditeurs indépendants que nous aimons et dans lesquels nous nous reconnaissons… Parce qu’il nous sera impossible de publier tous les écrivains et tous les textes qui mériteraient de l’être…

8/Quel(s) texte(s) êtes-vous fier d’avoir porté?
Sincèrement ? Tous ceux que nous avons publié jusqu’à présent. Mais je crois que ce qui nous rend le plus fier avec Paul, c’est la confiance que nous accorde ces auteurs, de même que celle que nous accorde les éditeurs qui nous ont confié leur catalogue.

 

À propos Ted

Ted
Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Festival Les intergalactiques

La Science-fiction politique : Les intergalactiques de Lyon 6e édition

La science-fiction, genre protéiforme, est souvent un genre politique et militant. Par l’anticipation, c’est une …

Laisser un commentaire

Powered by keepvid themefull earn money