Accueil » Littérature Américaine » La jeunesse de Picsou – Don Rosa

La jeunesse de Picsou – Don Rosa

On a presque tous un lien assez fort avec Disney. Pas forcément les films, mais les comics. On a tous eu un super Picsou Géant ou un Mickey magazine entre les mains, à un moment ou un autre. Pour ma part, j’ai souvenir m’être ruée sur de vieux cartons humides lors d’une brocante, qui contenaient une cargaison de Picsou Mag. Et pas n’importe lesquels. Ceux qui publiaient La jeunesse de Picsou, le chef d’œuvre de Don Rosa ! Je les ai lus et relus à en user le papier glacé de la couverture, à en détacher les agrafes. Madeleine de Proust de ma petite adolescence, ces vieux cartons étaient le coffre au trésor de mes évasions.

Et voilà qu’il y a peu, au détour d’un paquet cadeau, je découvre sous le papier qui se froisse la tête de ce bon vieux Picsou, protégeant fièrement mais avec émotion son cher sou fétiche. Le plongeon dans les souvenirs pouvait commencer !

Si je ne suis pas forcément une aficionados de tous les comics Disney, que j’ai suivi de loin, La jeunesse de Picsou reste une œuvre à part. Lauréat du prix Will Eisner pour celle-là, Don Rosa a réussi non seulement à se réapproprier la création de Carl Barks, mais a en faire une œuvre très personnelle et un bel hommage à son créateur. Parfaitement intégrée à l’œuvre de base, Don Rosa a épluché les histoire de Barks pour noter chaque référence, chaque petit détail renvoyant à la jeunesse du cher oncle pour que cela soit d’une fluidité et d’une limpidité totale. Picsou le canard le plus riche du monde, a été jeune, et quelle jeunesse il a vécu !

Le premier tome de cette belle intégrale nous propose donc les chapitres originaux de La jeunesse de Picsou. Chaque chapitre est augmenté d’un petit texte de Don Rosa qui nous raconte la genèse de cette aventure, comment elle s’articule dans les histoires de Picsou, quelles ont été ses influences et inspirations.

Le second tome vient reprendre des histoires hors cycle mais qui se relient à des aventures de la jeunesse, rajoutant de la vie dans l’histoire déjà fougueuse et folle de ce canard !

Scrooge-McDuck-Don-Rosa

La  jeunesse de Picsou est une œuvre à part, vraiment. Non parce qu’elle touche à l’un des personnages les plus emblématiques de l’écurie Disney, mais parce que Don Rosa, en bon fan et exceptionnel dessinateur, en a fait une œuvre multiple et complexe. Les histoires s’imbriquent parfaitement dans la trame générale du personnage. Picsou n’est plus seulement ce milliardaire acariâtre et pingre, désagréable et solitaire. Du gain de son sou fétiche jusqu’à la découverte de sa première pépite, de ses exploits à travers le monde jusqu’à son établissement à Donaldville, Picsou a eu une vraie vie d’aventurier. Image idéale et dernier représentant de l’aventure américaine, Picsou a tout fait, tout vécu. Guidé par le rêve américain afin d’aider à sauver le château écossais familial, il a convoyé du bétail, travaillé sur un vapeur, exploré l’Australie, avant de tenter sa chance dans le Klondike. Cette vie folle et aventureuse a été magnifiquement mise en planche par Don Rosa, dont le dessin est d’une précision et d’un foisonnement incroyable. Les couvertures originales, reprises ici, cachent toutes une petites référence à Carl Barks avec l’acronyme D.U.C.K. (Dedicated to Unca Carl from Keno), certaines cases sont de véritables tours de force, les couleurs pétillent, les personnages nous éblouissent et l’on trouve toujours des détails rigolos au détour d’un cactus ou du sabot d’un cheval.

Don Rosa a donné à Picsou ses lettres de noblesses, il l’a rendu plus humain, grand sentimental, et pour toujours triste, rêvant peut-être à sa pépite, plutôt à ses aventures, sans aucun doute les yeux plongés sur cette mèche blonde, l’or qui lui a toujours échappé.

Pour accompagner ta lecture de ce chef d’oeuvre, lectrice, lecteur, je ne peux que t’encourager vivement à mettre dans tes oreilles la BO qu’a composé pour le comic Tuomas Holopainen, qui sublime le travail de Don Rosa.

la jeunesse de picsouDeux tomes,
Traduit par Jean-Paul Jannequin et Ali Dias Taboury
Glénat

Marcelline

À propos Marcelline

Marcelline
Chroniqueuse/Co-Fondatrice

Vous aimerez aussi

John Feffer – Zones de divergence

Tout commença par un article, pour TomDispatch. Le regard d’un homme vivant en 2050, sur …

Un commentaire

  1. Pas plus fan que ça de cette Jeunesse. Je préfère les histoires classiques type Mickey Parade, plus simples et dynamiques.

Laisser un commentaire

Powered by keepvid themefull earn money