Accueil » Actualité » Antoine Dufeu – Nous abstraire
Nous abstraire Antoine Dufeu

Antoine Dufeu – Nous abstraire

Le titre du dernier livre d’Antoine Dufeu résume assez bien son propos. Nous abstraire propose une véritable réflexion sur l’idée du commun, ce « nous » que le poète vient interroger dans des blocs de proses incisifs, flirtant avec le manifeste. Divisé en trois parties : Nota bene, Mondanité et RIP, il se révèle percutant surtout dans cette période ou les crises sanitaires, sociales et géopolitiques se succèdent. Le discours d’Antoine Dufeu est clair, il incite à réfléchir sur ce que « nous » représente, comment il peut récupérer son sens. À l’instar du slogan outrancier d’un certain candidat élu, Nous abstraire incite à penser ce « nous » comme une pluralité, se réunissant par son altérité. Mais ce livre d’Antoine Dufeu n’est pas simplement un texte de philosophie militante, que l’on pourrait réduire à une simple tribune.

Pourtant la dernière partie intitulé RIP pour rest in peace, comme un slogan considéré par Antoine Dufeu de manière frontalement pacifiste plutôt que l’habituel hommage mortuaire, résonne durement avec l’actualité que nous connaissons. Mais lorsqu’on apprend en fin d’ouvrage que ce livre fut écrit en résidence en 2019, le caractère très actuel et spontané se perd. Cela lui redonne son caractère d’œuvre littéraire. Cela nous incite à relire Nous abstraire comme une œuvre à part entière s’incluant dans l’assemblage complexe du travail d’Antoine Dufeu. En effet, le poète réalise depuis maintenant quelques années une œuvre littéraire qui se réfléchit par ensemble et sous-ensemble. Antoine Dufeu ne cesse de bâtir des textes qui vont au-delà du simple livre spontané.

C’est d’autant plus surprenant pour ce texte au caractère très manifeste, engagé dans une réflexion qui touchera chacun-e, car nous sommes toustes concerné.e.s par l’idée du commun, de l’altérité et de la paix. Mais réduire Nous abstraire à un texte militant ne permet pas de comprendre la démarche du poète. Si ce livre est édité, disponible en librairie, ce n’est pas seulement pour se déployer comme un texte manifeste pour saisir l’altérité et la lutte pour la paix. Du moins, ce n’est pas le seul intérêt du livre d’Antoine Dufeu et, espérons-le, ce qui fera son succès auprès des lectrices et lecteurs. S’il peut apparaître ainsi, c’est une bonne chose mais il faut le voir dans l’ensemble de ce que construit le poète.

C’est sûrement en lisant le précédent livre publié aux Éditions MF que l’on comprendra que Nous abstraire n’est pas un geste isolé. Sofia-Abeba était déjà inscrit dans une construction d’ensemble de textes et n’était pas du tout dans la même veine de réflexions philosophiques. Du moins, il ne l’était pas aussi frontalement, résonnant différemment avec notre réalité. Voir en Nous abstraire un manifeste masque son caractère éminemment artistique. Car Antoine Dufeu travaille dans ce livre autant une pensée qu’une écriture. Quand on met le propos de côté, si salvateur soit-il, on remarque que l’écriture y est travaillée avec perspicacité. Tout le monde ne travaille pas ses blocs de proses avec autant d’acuité et de sens du rythme. Si c’était le cas, tous les textes lus sur internet ou dans la presse participerait d’un effort poétique, ce qui pose de sérieux doutes.

 

Éditions de l’AttenteNous abstraire Antoine Dufeu

64p

Adrien

À propos Adrien

Passionné de poésie contemporaine et attaché à l'écriture sous toutes ses formes, engagée ou novatrice.

Vous aimerez aussi

Dominique Quélen Quélen = enqulé

Dominique Quélen – quélen = enqulé

De quélen = enqulé de Dominique Quélen, il ne faut pas retenir ce titre outrancier …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money