Accueil » Jeunesse » Brian Selznick – L’invention de Hugo Cabret

Brian Selznick – L’invention de Hugo Cabret

Paris, 1931. Hugo Cabret connaît la gare comme ses poches – pleines de vis, de ressorts et bien d’autres trouvailles – normal, il vit entre ses murs et y travaille. Depuis la disparition de son oncle, c’est lui qui s’occupe de régler les horloges du hall et des différentes galeries. À douze ans, il n’a plus que lui-même pour subvenir à ses besoins alors il vole de quoi se nourrir mais aussi de quoi réparer l’automate qu’il cache dans les combles de la gare. Il poursuit ainsi le travail de son père, mort accidentellement dans un incendie, persuadé que ce dernier lui a laissé un message que seul l’automate peut lui délivrer. Mais pour cela il doit récupérer le carnet de croquis que le vendeur de jouets lui a confisqué et trouvé la fameuse clef qui lui manque ; mais aussi accorder sa confiance à Isabelle, qui passe son temps à la librairie de la gare ; et surtout ne pas se faire piquer par l’inspecteur qui assure la sécurité des lieux…

En images et en mots, Brian Selznick nous emmène sur les pas de Hugo Cabret, bricoleur hors pair, voleur aguerri…. et prêt à tout pour découvrir les mystères qui entoure l’automate et son message. Des rêves pleins la tête, il va à la rencontre de l’histoire cinématographique et de son destin.

L'invention de Hugo Cabretéd. Bayard, 2008
523 pages
trad. Danièle Laruelle

Pauline

À propos Pauline

Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Le Mambo des animaux

La Terre regorge d’un écosystème stupéfiant, dont le fragile équilibre a été trop longtemps relégué au second plan par une grande partie des sociétés humaines. Aujourd’hui plus que jamais, il me tient à cœur de partager des lectures célébrant le règne animal, de parler de livres qui sensibilisent sur l’urgence de sa préservation. Et comme il n’y a pas d’âge pour commencer à se passionner pour la nature, rien de mieux que des albums jeunesse pour traiter de ce vaste sujet ! Alors voici une sélection qui aborde aussi bien les animaux qu’il devient impératif de protéger les habitats, ceux qui ont disparu pour toujours, mais également les représentants d’espèces qui existent peut-être (mais pas sûr) !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money