Accueil » Fantasy/SF » Clive Barker – Pinhead

Clive Barker – Pinhead

Dans l’univers de l’étrange, dans la pop culture horrifique moderne, une figure littéraire, devenant un emblème trans-média, a su imposer son esthétisme et son dogme depuis une trentaine d’années. Des cénobites et plus largement de l’Ordre de l’entaille, s’impose une figure, une icône, un prêtre des enfers que la culture populaire a baptisé avec le temps : Pinhead.

En 2021, les éditions Bragelonne ont décidé de sortir pour la toute première fois une édition collector sobrement intitulé « Pinhead ». Regroupant le roman original « Hellraiser » de 1986, ainsi que sa suite qui fut écrite trente ans plus tard, à savoir Les évangiles écarlates, cette édition propose dans une belle reliure, des illustrations de Førtifem afin d’accompagner ce voyage en Enfer.

Hellraiser/les évangiles écarlates sont avant tout l’histoire d’explorateurs, d’explorateurs du plaisir extrême, en quête de profondeurs et d’extases. Frank dans Hellraiser, par le biais d’un contact fini par mettre la main sur un étrange artefact, une boite/puzzle. Un cube que l’on nomme la boite de Lemarchand. Cette dernière n’est rien d’autre qu’une énigme permettant d’ouvrir un passage entre deux mondes et permettent ainsi aux cénobites de venir sur terre pour s’occuper de vous dans d’exquises tortures. Toujours dans le premier roman, nous démarrons par la cause et suivons les conséquences, quand, après la disparition de Frank, son frère et sa femme viennent emménager dans la maison où vivait Frank.

Les évangiles écarlates ne dérogent pas à la règle, ici des magiciens usent de nécromancies pour faire revenir l’un des leurs à la vie. Ce dernier leur apprend que Pinhead les chasse, cherchant à récupérer toute formes de magies sur Terre. Les magiciens en question finiront par se faire rattraper et tuer par Pinhead. En parallèle, nous suivons l’enquête d’un autre personnage mythique de Clive Barker, à savoir Harry D’amour, détective de l’occulte et qui suite à une révélation par une amie médium décide d’enquêter sur la boite de Lemarchand et ses conséquences.

Clive Barker impressionne par cette capacité à créer un univers aussi riche est complexe. Cette édition, finalement, s’impose comme une forme de synthèse sur trente ans de terreurs trans-média, un retour aux fondamentaux et à l’horreur que cet univers engendre.

Hellraiser bénéficie d’une traduction impeccable de l’excellente Mélanie Fazi, et permet de redécouvrir l’origine du mal. Le roman n’ayant pas pris une ride et travaillant énormément sur les ambiances et la psychologie des personnages, ce pseudo-huis clos n’en est que plus déstabilisant et angoissant. Il est à l’origine de tout l’univers qui en découle et il mérite amplement son statut de culte.

En revanche, L’évangile écarlate est un cran en dessous. Superbement traduit par Benoît Domis, ce roman est inégal. La sensation de « fan service » étant trop présente tout du long, on perd cette sensation de frayer avec le danger et l’interdit pour finalement se retrouver à espérer l’affrontement et le dénouement dans un déluge de sadisme. Mais pour autant, pas raté non plus, la seconde parti offrant un Clive Barker plus en roue libre que sur le début du roman, et se permettant quelques scènes d’anthologies.

Enfin, il faut parler de Førtifem, duo d’illustrateurs où l’on retrouve énormément de leur créations dans le milieu du métal, je vous invite vivement à aller voir leur Instagram, c’est d’une créativité folle! Dans le cas de l’édition Pinhead, le duo Førtifem s’est fait plaisir et nous régale tant les illustrations savent donner de l’ampleur et de la cohérence au tout. Elles sont magnifiques et rendent cette édition collector superbe !

Pinhead se veut être un objet livre beau et indispensable pour les fans de l’auteur et du genre, le pari est réussi, l’édition est superbe, mais je pense que le livre s’adressera également aux curieux, tant ce recueil peut se permettre d’être une porte d’entrée dans les enfers de l’auteur et dans l’univers foisonnant du roman horrifique.

 

Bragelonne,
trad. Mélanie Fazi & Benoît Domis,
illustrations Førtifem,
527 pages,
Ted.

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

L.L. Kloetzer, Noon, Le Bélial illustration

L.L. Kloetzer – Noon du Soleil Noir

Noon du Soleil noir, du nom du sorcier dont il sera question, est le titre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money