Accueil » Fantasy/SF » Jack Vance – Lyonesse T.2 – La Perle Verte

Jack Vance – Lyonesse T.2 – La Perle Verte

Retour sur les Isles Anciennes avec le second tome de la trilogie Lyonesse et Jack Vance. Publié initialement trois ans après le premier volet ( Le Jardin de Suldrun), ce second volet reprend l’histoire des Isles Anciennes quelques années après la conclusion du précédent tome. Jack Vance continue ainsi sa mythologie pré-arthurienne qui mènera à la quête du Saint-Graal par les chevaliers de la table ronde.

Alors qu’Aillas continue à construire une unité territoriale autour de lui dans l’unification forte pour maintenir une paix sur les Isles Anciennes. Un équilibre de tension avec le roi Casmir et son royaume de Lyonesse. Bien que l’envie d’unification soit commune, les intentions et finalités divergent.  Ainsi, faisant face à la prédiction du miroir, Casmir est en quête de l’enfant de Suldrun, qui doit finir par régner sur les Isles Anciennes et en recrutant un ancien élève de Tamurello, Vishbume, un magicien aussi sournois, sans grand talent de sorcellerie, mais avec un esprit pervers. Reprennent ainsi les complots, d’un côté envers cette prophétie et de l’autre avec le recrutement de Torqual, un Ska pour contrecarrer les plans d’Aillas dans son désir d’unification des Isles.
Du côté des magiciens, Shimrod est envoyé par Murgen pour surveiller Tamurello, mais ce dernier a plus d’un tour dans sa besace.

Ce second volet nous replonge, avec le même émerveillement, dans ce qui fait la grandeur de cette trilogie. L’univers foisonne toujours autant, nous redécouvrons les lieux les personnages avec le même plaisir qu’à la lecture du premier volet.

Articulé en trois grands actes, la perle verte prend une orientation plus politique et moins picaresque que le jardin de Suldrun. Ici, l’espionnage et les coups bas sont de mise, et l’on peut sans peine deviner la malice de l’auteur à se jouer de nous tout au long de l’histoire.

Et puis il y a cette première partie, d’une truculence rare, où nous suivons les péripéties de cette fameuse perle verte, qui passe de main en main et le destin de chaque possesseur au contact de cette dernière, c’est malin, jouissif et drôle à la fois, une ouverture de roman d’une fraîcheur comme rarement j’ai pu en lire.

Jack Vance continue ainsi son aventure et avec ce second volet donne une dimension supplémentaire à son œuvre, offrant encore plus de profondeur et se permettant même une incursion légèrement teinté SF dans le dernier tiers.
Nous retrouvons les héros Vanciens, les personnages sont toujours aussi intéressant, les nouveaux apportent une nouvelle dynamique, et ce second volet est une réussite autant comme roman individuel que comme second volet d’une trilogie.

La perle verte confirme tout le bien que nous pensions de cette trilogie, et permet d’élever encore plus haut au rang d’incontournable, voire de culte cette trilogie.

Le livre de poche,
Trad. Arlette Rosenblum,
704 pages,
Ted.

À propos Ted

Fondateur, Chroniqueur

Vous aimerez aussi

Alexander Weinstein – After Yang et autres nouvelles

Un énigmatique recueil sobrement intitulé « After Yang et autres nouvelles », avec en couverture …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money