Accueil » Actualité » Maylis de Kerangal / Joy Sorman – Seyvoz
Seyvoz Maylis de Kerangal Joy Sorman

Maylis de Kerangal / Joy Sorman – Seyvoz

Seyvoz de Maylis de Kerangal et Joy Sorman est un court roman inattendu, bercé d’une inquiétante étrangeté dont seul est capable la littérature. C’est une histoire de disparition, d’égarements et de fantômes. Mais c’est aussi un « simple caillou » glissé dans l’imaginaire du lecteur, l’histoire d’un village englouti, sacrifié sur l’autel du progrès, dont le plasma fantomatique vient hanter le héros.

L’imbrication des deux écritures, celle de Maylis de Kerangal et de Joy Sorman produisent une œuvre singulière, où l’on aimera s’y perdre et effacer les frontières habituelles de la littérature, avec son lot d’auteurice unique et de déclamations grandiloquentes.

Ce que raconte Seyvoz est l’histoire de Tomi Motz, un ingénieur qui vient faire des vérifications sur le barrage d’un lac artificiel de montagne. Très vite, tout devient irréel et il est inondé par les tourments d’étranges phénomènes. L’histoire de Tomi n’est que la partie visible, celle qui ne pourrait donner qu’un simple roman à suspens.

L’homme est perdu face à « ce mur de fiction qui retient un lac d’artifice ». L’étrangeté devient plus intense quand après un malaise, Tomi cherche une centrale qu’il a connue et qui n’apparaît pas sur le GPS de sa voiture. Alors, résolue à s’adapter à ce trouble, il suit la « route serpentine [qui] se colore de bleu, il ne reste plus qu’à suivre la flèche, […] ». Ce bleu-là, nous le retrouvons dans le livre à la fois dans les descriptions du lac que dans les parties du texte imprimé en bleu, trace enfouie d’un possible réelle, témoin d’un vécu.

Mais ce vécu-là nous perd aussi. Si nous avons la curiosité d’aller voir où se trouve Seyvoz, ce lac, ce village englouti et les montagnes, rien n’apparaîtra non plus sur nos GPS. Viendra alors une décision importante pour la lecture, faire confiance à l’écriture bleue ou chercher plus d’informations sur le livre que nous lisons. Si nous faisons le deuxième choix, le risque viendra de se heurter à la banalité du monde.

Car des histoires de villages englouties, il y en a quelques-unes, plus ou moins imprégnées dans nos souvenirs. Seyvoz est un roman qui tire son originalité par la confiance que l’on accorde à l’écriture même, celle de deux autrices dont on sait les qualités littéraires, leurs goûts pour une certaine approche du réel. Alors peu importe de savoir qui a écrit quoi, qui a tissé telles lignes fictives en lien avec notre monde.

Ce Seyvoz ne peut apparaître dans toute sa puissance qu’avec un regard un peu naïf, en ayant abandonné tout cynisme par rapport aux atermoiements littéraires. En somme, ce court roman, écrit brillamment par Maylis de Kerangal et Joy Sorman, n’a pas besoin d’être analysé par toustes les critiques de France ou décortiqué par les littérateurs.

Seyvoz est une histoire de fantôme et se savoure comme telle, en oubliant qui écrit et d’où les deux autrices écrivent. Car ce qui transparaît est ce qui fait l’intérêt des histoires, nous laisser à nos rêves et entrevoir le réel par son prisme si particulier et dont les plus ardents bibliophiles savent l’inaltérable nécessité.

 

Éditions InculteSeyvoz Maylis de Kerangal Joy Sorman

112p 

Adrien

À propos Adrien

Passionné de poésie contemporaine et attaché à l'écriture sous toutes ses formes, engagée ou novatrice.

Vous aimerez aussi

Louis Zukofsky Arise, Arise

Louis Zukofsky – Arise, Arise

Depuis plusieurs années, nous avons la chance de pouvoir (re)découvrir l’œuvre de Louis Zukofsky avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money