Accueil » Actualité » Audrey Regala – La Línéa
La Línéa Audrey Regala

Audrey Regala – La Línéa

Pour son premier livre, Audrey Regala réussit à nous faire ressentir avec une « simple » accumulation de mots son aventure, une marche de 74 jours, d’environ 1700 kilomètres entre Marseille et Gibraltar. Simple n’est pas le bon terme, car cet agencement de mots ne forme pas des phrases horizontales, ni des listes. Les mots forment une trace, une ligne que l’on suit. Ces mots choisis reflètent chaque journée de ce périple au bord de la Méditerranée, sur les côtes françaises et espagnoles. La lecture de La Línéa est étonnement enivrante, parfois palpitante et nous donne l’envie d’avoir nous aussi effectuer cette marche entre terre et mer.

La Línéa est comme la trace que laisse les vagues sur le sable, mais elle n’est pas éphémère puisque éditée dans un livre, par les Éditions Lanskine qu’il faut saluer ici pour ce pari fait autant avec l’autrice qu’avec les lecteurs et lectrices. Ce pari est celui de faire confiance aux mots seuls, à leurs puissances et effets sur l’imaginaire sans pour autant qu’ils soient collés, enroulés dans l’horizon d’une phrase trop signifiante.

Cette apparente sobriété transmet bien plus la musicalité et les images de la marche que fit Audrey Regala en 2017. Certains mots reviennent plus souvent. Il y a ce vocabulaire du paysage, du bord de mer et de la marche. Puis il y a ces mots qui nous étonnent : « Violence », « chuter » ou encore « ma guitare ».

Ces mots-là invitent à la fiction, à l’imaginaire du récit. Car l’expérience d’Audrey Regala est unique, elle n’est pas commune à l’une des nombreuses marches à laquelle s’adonnent n’importe qui. C’est une expérience qui a été transmise par l’écriture. Il y a aussi dans cette accumulation de mots une mise en scène, les mots sont placés d’une certaine façon sur la page, sur cette page-journée de marche. Certains jours sont plus denses que d’autres. Une étape de ce voyage peut n’avoir laissé qu’une demi-page de mots ou alors deux pages entières noircies. La lecture invite aussi à ne pas se focaliser sur le lieu. Les villes et kilomètres entre Marseille et Gibraltar sont détaillées après la postface de David Lespiau avec lequel Audrey Regala a conçu ce livre.

La Línéa est une invitation à faire confiance aux mots, à notre désir d’y placer des aventures. Il y a des marches sous le soleil ou sous l’orage, des traversées de villages désertés ou de villes balnéaires bondés de touristes. Il y a aussi des rencontres, des moments de partages, de la musique que l’on joue, des chiens, des hommes seuls dont on se méfie. Rien n’est idéalisé. Le mot raconte simplement la marche, dans sa banalité comme dans son caractère aventureux.

Ce premier livre est un tour de force. C’est la preuve que l’écriture contemporaine promet encore de belles aventures, qui n’empêche pas la chaleur humaine, l’émotion face aux paysages et la conscience forte d’être vivant-e face à la mer. Ou même face à ce mot : « la mer », car c’est autant l’expérience de la marche que celle de la lecture qui le permet.

 

La Línéa Audrey RegalaÉditions Lanskine

96p

Adrien

À propos Adrien

Passionné de poésie contemporaine et attaché à l'écriture sous toutes ses formes, engagée ou novatrice.

Vous aimerez aussi

Anne Simon L'institut des Benjamines couverture

Anne Simon – L’institut des Benjamines

Avec L’institut des Benjamines, Anne Simon continue de développer l’univers du Marylène, pays imaginaire marqué par les prises de pouvoirs et les dirigeant·es, mais surtout par leur grandeur et leur décadence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money