Accueil » Actualité » Benjamin Fouché – Du concept de féerie

Benjamin Fouché – Du concept de féerie

Du concept de féerie est le premier livre de poésie de Benjamin Fouché. Né en 1981 à Fontainebleau, cet auteur avait déjà publié dans des revues en ligne ou papier comme Sitaudis, L’intranquille, Lundi Matin, La vie Manifeste et son équivalent papier : Hector.). Il est très engagé dans une pensée anti-capitaliste et militante.

Benjamin Fouché propose avec ce premier livre une réflexion en plusieurs tableaux sur les éléments du récit, de la littérature pour enfants et ce qui en dénote son caractère politique. Nous y lisons des définitions, des axiomes, des propositions, des démonstrations ou encore des scholies. Chaque exercice peut paraître très scolaire, mais c’est un moyen pour élargir la proposition poétique de Benjamin Fouché à une écriture rageuse.

Ce livre confronte la littérature et sa notion de féerie avec notamment la reprise de conte comme Peau d’âne, Blanche Neige ou encore Cendrillon. Benjamin Fouché cherche à réimplanter une vision politique de ces œuvres littéraires qui ont finalement construit notre rapport au monde qui devient de plus en plus invivable.

C’est justement ce que prouve Du concept de féerie avec cette constante référence au libéralisme le plus féroce, qu’il soit économique ou politique. La confrontation du littéraire et du politique provoque une étincelle prête à enflammer la conscience du/de la lecteurice. Cette féerie qu’on ne cesse de vouloir enterrer est ici remise à notre niveau de compréhension. Le message implicite de Benjamin Fouché se situe au niveau de notre conception de l’enfance.

Le dernier chapitre de Du concept de féerie pose justement la question de l’enfance et de sa constante oppression. Au détour de ce dernier tableau, on peut lire cette phrase lourde de sens : « Une lente dépossession de l’enfance par accumulation du capital ». On comprend qu’au-delà de la littérature, le capitalisme que dénonce Benjamin Fouché s’attaque de manière systémique à un rabaissement de notre éveil au monde. Son oppression provoque un amincissement de la capacité de l’Humain à proposer de nouvelles évolutions, à accepter l’incroyable échappatoire que permettent l’imagination et la lutte dans tous les domaines humains.

Au-delà de ces analyses parfois beaucoup complexes, Du concept de féerie permet de découvrir une écriture d’une rare vitalité à la fois rageuse et enlevée. Benjamin Fouché produit une écriture remplie de l’énergie de la lutte, mais également de son humour, féroce et irrévérencieux. Il se moque de la littérature bourgeoise et de sa capacité à s’accommoder du monde néo-libéral.

Un livre comme Du concept de féerie est alors a considérer comme un signe sur nos capacités à toujours trouver une littérature désenchaînée des oppresseurs. C’est un témoin sur l’état d’asservissement de la littérature. Il faut bien reconnaître que la publication du livre de Benjamin Fouché et celles d’autres livres ayant la même motivation est bien faible par rapport à la masse des autres livre. Mais il ne faut pas les oublier et rendre inopérant leur caractère salvateur. Il faut donc les lire et les défendre en s’imprégnant de l’énergie qu’ils dégagent.

 

Les presses du réel Du concept de féerie Benjamin Fouché

Collection Al Dante

120p

Adrien

 

Image du bandeau : Annie Spratt / unsplash

À propos Adrien

Passionné de poésie contemporaine et attaché à l'écriture sous toutes ses formes, engagée ou novatrice.

Vous aimerez aussi

Pierre Barrault – Protag

Quand on connaît les livres de Pierre Barrault, on sait que la littérature est pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money