Accueil » Album » Dai Dunbang- Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes
Dai Dunbang Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes

Dai Dunbang- Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes

Les Editions de la Cerise (La Fille maudite du capitaine pirate, In-Humus) publient un superbe nouvel ouvrage autour de la poésie chinoise sous l’ère de la dynastie de Song (660-1279) illustré par le maître contemporain Dai Dunbang. Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes regroupe donc des poèmes et chansons de cette époque traduits par Bertrand Goujard et agrémentés d’enluminures à couper le souffle, reprenant les codes picturaux de peinture sur soie et sur papier de cette époque.
Avant toute chose, il est bon de savoir que cette dynastie correspondant au Moyen-Age occidental était soucieuse de l’importance accordée aux arts, à la culture et à l’apprentissage sous toutes ses formes. Ainsi, alors qu’au même moment nous étions plongés dans une période d’obscurantisme, la musique, la peinture, le dessin mais aussi les progrés techniques et les évolutions et rapports sociaux étaient en plein essor en  Chine.
Au début de Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes, Les éditions de la Cerise ont ajouté quelques pages pour décrire cet âge d’or et permettre au lecteur d’apprécier d’autant plus la lecture de ce merveilleux recueil.Dai Dunbang Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumesDai Dunbang Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes

Dai Dunbang Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes

Dai Dunbang Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes

A travers une mise en page alliant sobriété et élégance, on peut savourer la cinquantaine de poèmes et de chants répertoriés, chacun écrit en mandarin et en français d’une façon équilibrée et épurée, leur verticalité et horizontalité respectives se complétant.
A chaque texte son illustration pleine page, où l’on peut alors contempler le talent de Dai Dunbang et sa maitrise des couleurs et des tonalités. Dans un respect des oeuvres de ses aïeuls, il crée des images lumineuses et délicates qui laissent réveur. On y  découvre la civilisation de la dynastie Song à travers l’amour, les voyages, le pélerinage ou encore la nature, grâce aux textes de l’époque et aux peintures se faisant écho.
La particularité de ce livre est l’ambiance particulière qui s’en dégage, teintée de nostalgie, de mélancholie et de sophistication perdue. En effet, tout invite à la réverie et à la contemplation à travers ces pages; déjà car la lecture des poèmes se veut lente et rythmée mais aussi car la profondeur et les détails des oeuvres de Dai Dunbang nous plongent et nous capturent littéralement dans cette époque révolue et lointaine.

Aussi bien sublime par les choix et la traduction de ses textes que sublimé par la finesse de ses illustrations, Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes est un beau livre qui plaira aussi bien aux amateurs de gravures traditionnelles chinoises qu’aux passionnés de langues. Encore une très belle publication de la part de la maison d’édition bordelaise.

Dai Dunbang Quand mon âme vagabonde en ces anciens royaumes

136 pages
Editions de la Cerise
Caroline

À propos Caroline

Caroline
Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Couverture Iulian Ciocan L’empire de Nistor Polobok

Iulian Ciocan- L’empire de Nistor Polobok

Deuxième roman de l’auteur roumanophone Iulian Ciocan traduit en France chez Belleville Editions, L’empire de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money