Accueil » Actualité » Mirion Malle- C’est comme ça que je disparais
C'est comme ça que je disparais Mirion Malle couverture

Mirion Malle- C’est comme ça que je disparais

Mirion Malle, je vous en ai déjà parlé: pour son dessin génial, pour ses livres féministes, engagés et judicieux (La ligue des super féministes, Commando Culotte, Les règles, quelle aventure!).

C’est avec beaucoup d’impatience que j’attendais la sortie de son nouveau livre: C’est comme ça que je disparais. Tout d’abord auto-publiée en fanzine sous une forme plus courte par Mirion Malle, il s’agit d’une histoire douce-amère sur la dépression,  traitée avec justesse et sensibilité.

C'est comme ça que je disparais image Mirion Malle

Dans cette première fiction, on suit le quotidien de Clara, jeune trentenaire travaillant dans une maison d’édition et écrivant son propre livre, un recueil de poésie autour de la rupture. Dés les premières pages, on entre dans son intimité à travers une séance pas super concluante avec une psy, où elle parle du « goût de mourir ». Elle l’aborde avec franchise et lucidité, presque avec détachement: c’est un état d’esprit qu’elle connait, une pensée rangée aux côtés des habitudes. 

Pour autant, la jeune fille semble forte, suffisamment solide pour épauler Amélie qu’elle rencontre à une soirée d’anniversaire. Après l’avoir aidé à calmer une crise d’angoisse, Clara lui propose son aide, car elle connait les mots qui rassurent et l’importance de ne pas juger ou de s’enfoncer dans des comparaisons étouffantes.
En effet, elle-même doit rassurer son groupe d’amies, faire bonne figure au travail, donner le change pour ne pas inquiéter les autres.

Petit à petit, on lit sa perte du goût de vivre, l’effritement continu qu’elle ressent et vit sans savoir comment l’arrêter. Qu’elle ne sait pas comment expliquer à ses proches, qui se montrent plus ou moins compréhensifs et bienveillants à son égard.
La raison de cette dépression que traverse Clara semble être liée à la rupture douloureuse avec son ex… Mais au final l’autrice ne concentre pas sa narration sur l’acte qui a entrainé cet état, mais plutôt le long cheminement de reconstruction qui en découle.
image C'est comme ça que je disparais Mirion Malle
image Mirion Malle C'est comme ça que je disparais

Mirion Malle retranscrit avec beaucoup de justesse et de sagesse l’enfouissement dans lequel la dépression plonge. La lancinance de cet état qui vide son héroïne de toutes ses forces, qui la prive des moments légers et qui l’enferme et l’isole.
Elle décrit les diverses réactions que la dépression suscite dans l’entourage (les conseils inutiles privés d’empathie, la lassitude mais aussi la force d’écoute sans jugement) mais également l’errance face aux psychiatres, aux délais d’attente trop longs et aux ressources financières dont il faut disposer pour espérer pouvoir être correctement pris en charge.
Elle illustre la fatigue que provoque cette lutte quotidienne pour s’en sortir et se retrouver.

Sa narration s’attarde sur des petits gestes du quotidien, notamment les notes tristes sur le téléphone, comme autant de bouteilles jetées à la mer. Les effondrements brusques qui surgissent lorsque Clara est seule, au toilettes ou en train de se préparer à manger.
La mise en page s’appuie beaucoup sur les échanges de messages SMS, les mails commencés et jamais envoyés, autant de situations bien connues par les jeunes adultes. 

C'est comme ça que je disparais Mirion Malle image

Des références musicales ponctuent ce livre intimiste, où l’autrice a également glissées pas mal de références chères à son coeur. On y retrouve également l’esprit de communauté, de sonorité et de féminisme omniprésent dans son travail, au même titre que la tristesse et les larmes. Tout cela fait la beauté de cette bande-dessinée, car on ressent réellement toute l’âme que Mirion Malle y a déposé à travers son dessin, ses personnages et ses textes.

C’est comme ça que je disparais est une lecture importante, qui traite avec délicatesse de la dépression. C’est une lecture où les hypersensibles et les abimés se reconnaitront, un livre pour ceux qui traversent des phases difficiles, pour qu’ils se sentent moins seuls. Et puis aussi pour les autres, pour qu’ils comprennent un peu et sachent peut-être mieux comment réagir.

Mirion Malle C'est comme ça que je disparais image

Editions La ville brûle
208 pages
Caroline

À propos Caroline

Caroline
Chroniqueuse

Vous aimerez aussi

Les journées internationales du livre voyageur 2020

On connaît le livre qui cultive, celui qui permet de s’évader… On connaît moins le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money