Accueil » Lou

Lou

Lou

Pete Fromm et Valerio Varesi — l’été indolent.

été 2017 - LOU DARSAN

Prendre le temps d’emporter dans ses bagages ou sous le bras quelques livres que l’on voudrait lire à l’ombre, des livres qui nous font entrer dans un rythme autre — celui de la marche, de l’attente, le corps détendu et l’œil aux aguets. La pêche dans les barrages de castors, les filatures le long de rues sinueuses et de quais …

Lire la suite »

William Kotzwinkle — Fan man. Déambulations d’un hippie dans le Lower East Side.

Fan man, William Kotzwinkle, Cambourakis - bandeau

« Voilà ma besace, mec. Maintenant il faut que je la truffe d’articles essentiels à la survie dans la rue : partitions, ventilateur, réveil, magnétophone. Le dernier objet à ajouter à ma besace de survie est la casquette coréenne avec cache-oreilles du commandant Duchmoll, au cas où, chemin faisant, je serais amené à entendre de la musique portoricaine. Il y a des …

Lire la suite »

Sophie G. Lucas — moujik moujik, suivi de Notown.

Sophie G. Lucas — moujik moujik, suivi de Notown. Editions La Contre Allée, mars 2017.

« Le ciel est rouge derrière lui. Il ouvre une thermos. Il se verse un café (ses mains tremblent un peu). Il souffle sur le café trop chaud. Il regarde loin devant lui. Il dit qu’il n’y a pas grand chose à dire (il se brûle un peu). Il allume la radio (c’est de la musique). J’écoute plus les informations. C’est …

Lire la suite »

Charles Yu — Guide de survie pour le voyageur du temps amateur

Guide de survie pour le voyageur du temps amateur, Charles Yu, Aux Forges de Vulcain, 10x5

« Quand ça arrive, voilà ce qui arrive : je me tire dessus. Enfin, c’est-à-dire, pas sur moi à proprement parler. Sur mon futur moi. Il sort d’une machine à voyager dans le temps et se présente comme Charles Yu. Qu’est-ce que vous vouliez que je fasse ? Je le tue. Je tue mon propre avenir. » Le « Guide de survie pour le voyageur …

Lire la suite »

Hors du charnier natal — Claro

Hors_du_charnier_natal_Claro_Inculte_bandeau

« Du scribe, j’ai l’échine docile et l’œil stupide, mon tempérament m’invite à confondre la suie déposée sur la vitre avec l’espèce de nuit qui s’agite au-dehors. Toute proie a son ombre, dit-on — autant mêler l’une et l’autre. » « Donc, croyez-moi, ne me croyez pas, peu importe, puisque toute vie racontée n’est qu’un violent processus de défiguration. » …

Lire la suite »

Norwood, le premier road trip drolatique de Charles Portis.

Norwood, Charles Portis, Cambourakis, Théophile Sersiron

« — T’as déjà entendu Lefty Frizzell chanter I Love You a Thousand Ways ? — Non, j’ai même pas entendu parler de Lefty Frizzell. — Je ne pense pas que je puisse te le décrire alors. — T’as une cicatrice là derrière le cou. C’est horrible. Y’a pas un cheveu qui pousse dessus. — Je suis tombé d’un camion-citerne en Corée. …

Lire la suite »

Marx et la poupée — Maryam Madjidi

Marx et la poupée, Maryam Madjidi, Le Nouvel Attila

« Ainsi, dans la tête de la petite fille, s’est tu le persan. » Il était une fois une petite fille qui donna ses poupées aux enfants du quartier pour apprendre « le détachement matériel et l’abandon de la propriété » communistes, et des parents qui cachaient des tracts politiques dans sa grenouillère. Il était une fois un arbre, au …

Lire la suite »

TOP 5 2016 # Lou

Voici donc mon Top 5 2016 ! Cinq parmi tous les livres parus, dévorés et adorés cette année, cinq lectures qui interrogent la langue, qui modifient le regard et la perception, qui chacune à leur façon sont un bouleversement du réel, une inflexion. Cinq, plus un. Le Bal des ardents, de Fabien Clouette. La rumeur de la mort du roi, …

Lire la suite »

Entretien avec Romain Verger

Romain Verger

Un Dernier Livre : Bonjour Romain, et merci d’avoir accepté notre invitation. Vous êtes l’auteur de nombreux poèmes et de plusieurs romans, dont Zones sensibles, Grande ourse et Forêts noires (Quidam éditeur), ou encore Fissions (Le Vampire Actif éditions). Ravive est votre dernier livre, il s’agit d’un recueil de nouvelles publié par les éditions de l’Ogre. Peut-être pourriez-vous commencer par …

Lire la suite »

L’homme au grand-bi — Uwe Timm

l'homme au grand-bi, uwe timm, nouvel attila

« Oui, rouler sur le grand-bi, quel ennoblissement pour l’esprit, pour le cœur, pour la psyché tout entière ! Quand le vélocipédiste s’élance sur sa machine, quand, par une belle matinée de printemps, il voit défiler le paysage comme dans un kaléidoscope, alors son corps se dilate et il admire la splendeur de la création. »   En octobre, un …

Lire la suite »

La moitié du fourbi, « littérature et appels d’air »

la-moitie-du-fourbi-logo

Lieux artificiels, réunis dans une moitié de fourbi, un fatras ouvert. Fragments d’espace discernés, appréhendés, saisis, imaginés dans le territoire libre d’une revue. Quatorze textes, deux entretiens, autant de sensibilités et d’approches d’un concept, d’une idée large et glissante. Création littéraire, essai, dessin, photographie, rêverie, dialogue… Tentatives tentaculaires de s’immiscer dans, vers. De chercher ce qui ne semble pas naturel, …

Lire la suite »

Les cosmonautes ne font que passer — Elitza Gueorguieva

les cosmonautes ne font que passer, Elitaza Gueorguieva, éditions Verticales, bandeau

Dans la cour de l’école Iouri Gagarine, une mosaïque à l’effigie du héros soviétique et un immense sapin planté de ses propres mains dominent les élèves. Une fillette fascinée par le premier homme dans l’espace et son Volstok légendaire décide de devenir à son tour cosmonaute, une mission secrète qu’elle cache à sa famille qui juge son projet « totalement à …

Lire la suite »

Sombre aux abords — Julien d’Abrigeon

Sombre aux abords, Julien d'Abrigeon, Quidam éditeur

« J’entends que tout s’écroule. Tout part en vrille. Et ne je comprends rien. À rien. » « Je les ai déjà vues. Cent ou mille ou cent mille fois, ces scènes pathétiques. Extérieures et nuisibles. Les mêmes, toujours les mêmes, répétées à l’envi, toujours la même vie à vivre matin midi et soir, les mêmes poivrots, mêmes engueulades, mêmes …

Lire la suite »

Le Gaffeur — Jean Malaquais.

Le Gaffeur, Jean Malaquais, L'Echappee

Il y a un mois, Jacques Baujard (éditeur à L’Echappée et libraire à Quilombo, Paris) m’a mis dans les mains (littéralement) un livre résolument enthousiasmant, un cri de liberté et d’émancipation poussé en 1953 qui resurgit aujourd’hui et que je vous encourage tous à lire. « La littérature peut être instrument de prospection, à la recherche des possibles, les meilleurs comme …

Lire la suite »

En procès (Une histoire du XXe siècle) — Collectif Inculte

En procès collectif Inculte Gavrilo Princip

« Les procès permettent de déconstruire le bruit de la vague et d’entendre à nouveau chaque goutte — ce qui pourrait passer pour l’intention ou l’ambition de beaucoup d’œuvres littéraires. » Ouvrage collectif, En procès propose à travers le récit de vingt procès historiques ou anecdotiques qui l’ont jalonné une lecture du XXe siècle et interroge « la manière dont la justice est …

Lire la suite »

Buenos Aires Noir, anthologie.

Buenos_Aires_noir_Asphalte

Guillermo Saccomano, Lenonardo Oyola, Juan Martini, Félix Bruzzone, Leandro Avalos Blancha, Roberto Arlt, le mystérieux J.P. Zooey… La présence de nombreux écrivains argentins au catalogue des éditions Asphalte laissait présager cette arrivée de Buenos Aires dans la collection « Asphalte Noir » qui, de Marseille à Delhi, en passant par Rome, Haïti ou Washington, s’enrichit d’une quinzaine de recueils de …

Lire la suite »

La Scie patriotique — Nicole Caligaris, avec douze dessins de Denis Pouppeville.

La Scie patriotique, Nicole Caligaris, Denis Pouppeville, Nouvel Attila

«     Des jours de marche. Ils n’en voyaient pas le bout. Ils respiraient le brouillard. Ils perdaient la cadence. Ils étaient saouls de forêt. Ils n’avançaient pas. Comme énergie, il ne restait pas lourd. Crispés du bloc des mâchoires jusqu’au dernier orteil, ils étaient là d’aplomb à peu près. Les paupières râpeuses, prises de drôles de battements, le cou moite, …

Lire la suite »

Esquisses révolutionnaires — John Reed

« — Forcément, grimaça la vieille femme. Je vous connais, vous les cap’talisses ! A nous donner du boulot quand on n’en veut pas et à nous le refuser quand on (hip) en a besoin. Retire la main de ta poche ! J’veux pas de charité crasse… (…) Je disais : “On élit un président et tout ce qu’on nous donne c’est… la police…” » …

Lire la suite »

Powered by keepvid themefull earn money