Accueil » Actualité » Claude Favre – Ceux qui vont par les étranges terres
Ceux qui vont par les étranges terres Claude Favre

Claude Favre – Ceux qui vont par les étranges terres

C’est un projet d’une rare puissance que propose Claude Favre avec Ceux qui vont par les étranges terres. Un livre à la mesure de l’absence de reconnaissance de celleux qui fuient le pire, qui guettent le meilleur au risque des pires traitements. Le projet de la poète est simple, replacer ces femmes et hommes dans une lyrique proche des aventures chevaleresque. Le titre entier : « Ceux qui vont par les étranges terres les étranges aventures quérant » vient tout droit de Chrétien de Troye  et désigne pour l’auteur médiéval « ceux qui errent, se trompent parfois, lisent entre les lignes, prennent hauts risques, écrivent parfois inquiètent les automatismes, ébranlent les cadres, déterrent les noms secrets, monstres singuliers, précipitent la vie ». Claude Favre déplace et réactualise le concept de courage trop longtemps laissés aux oppresseurs.

Chaque paragraphe de Ceux qui vont par les étranges terres incite à réaliser la noblesse des femmes et hommes qui se déplacent pour éviter la mort ou la souffrance. Il n’est jamais question dans ce livre de Claude Favre d’interpeller directement, mais de convoquer, par cet étrange moyen qu’est l’écriture, la dignité qu’on refuse de donner à ces êtres puisant dans chaque lutte, une plus belle manière de vivre. Pour reprendre un terme de Marielle Macé, Claude Favre dépasse la sidération pour redonner ce respect nécessaire pour la considération.

Le texte est ponctué d’incitations à imaginer ou à ne pas le faire, comme des interpellations aux lecteurices qui trouveront dans Ceux qui vont par les étranges terres bien plus qu’une désolation plaintive. Les termes de migrant-e ou de crise ne sont jamais utilisés dans ce livre. On préfère de loin des mots peu utilisés par les médias, que ce soit la crudité de la violence vécue à la reconnaissance de l’humanité. Claude Favre convoque et redonne à ce verbe son caractère puissant, celui de ne dire sans dire, de ne pas perdre le mot ni la générosité des sens.

Ceux qui vont par les étranges terres arrive comme un remède. Comme si des poètes étaient encore capables de retrouver un souffle quand l’espoir s’éloigne, et redonner de l’air à toutes les compassions, nous incitant à ne pas laisser tomber, à ne pas croire à l’amertume des défaites précédentes, à l’accablement face aux morts trop nombreux. Claude Favre fait bien plus que prêcher des convaincus, elle redonne de l’énergie pour tout un groupe d’humains qui cherche au-delà des frontières la simple place pour vivre et aimer. Claude Favre signe Ceux qui vont par les étranges terres, comme une manière de raviver nos élans, remplis d’amour et de rage.

 

Éditions LanskineCeux qui vont par les étranges terres Claude Favre

88p

Adrien

À propos Adrien

Passionné de poésie contemporaine et attaché à l'écriture sous toutes ses formes, engagée ou novatrice.

Vous aimerez aussi

Pierre Barrault – Protag

Quand on connaît les livres de Pierre Barrault, on sait que la littérature est pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money